De Havilland DH.89 Dragon Rapide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
De Havilland Dragon Rapide
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur {{{constructeur}}}
Rôle Avion de transport
Équipage
1
Motorisation
Moteur 2 moteurs De Havilland Gipsy Six (en) d'une puissance totale de 408 ch chacun.
Dimensions
Envergure 14 6 m
Longueur 10 5 m
Hauteur 3 1 m
Surface alaire 31 6 m2
Masses
À vide 1 460 kg
Avec armement 2 490 kg
Performances
Vitesse maximale 253 km/h (Mach 0,2)
Plafond 5 090 m
Vitesse ascensionnelle 260 m/min
Rayon d'action 920 km

Le de Havilland Dragon Rapide DH 89 est un avion civil britannique apparu peu avant la Seconde Guerre mondiale construit par de Havilland, utilisé dans le transport de passagers (6-8) à court rayon d'action. Il a été utilisé aussi bien par des compagnies aériennes civiles que par des forces armées, jusqu'à la fin des années 1950, malgré sa construction dépassée en contreplaqué de bois.

Conception[modifier | modifier le code]

Fin 1933, le Drangon Rapide fut conçu par la firme De Havilland comme un successeur plus rapide t plus confortable que le DH.84 Dragon.Il était en effet une version bimoteur à plus petite échelle du quadrimoteur DH.86 Express. Il partageait plusieurs aménagements avec le DH.85 Express, y compris ses ailes entoilées, les lignes de carénage et les moteurs Gipsy six mais il ne montrait aucun des défauts du DH.86 Express et devint, peut-être, l'avion de construction britannique commercial à court rayon d'action ayant le plus grand succès dans les années 1930.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Avant guerre[modifier | modifier le code]

Dragon Rapide des services aériens de l'île de Man en lignes régulières à l'aéroport de Manchester en 1938

En avril 1934, l'avion prototype fit son premier vol vers Hatfield. 205 avions furent construits pour les lignes aériennes et autres propriétaires tout autour du monde avant la rupture de la 2e Guerre mondiale. Conçu à l'origine comme "Dragon six", il fut commercialisé comme "Dragon Rapide" et plus tard désigné comme "Le Rapide". A partir de 1936, avec la mise en place de volets de bord de fuite améliorés, il fut nommé DH.89.

A l'été 1934, l'avion entra en service avec les lignes aériennes britanniques, avec les Hillmann Airvays étant les premières lignes a prendre livraison en juillet. D'août 1934, les Railway Air Services (RAS) mirent en service une flotte de Dragons rapides sur des routes reliant Londres, le nord de l'Angleterre et vers l'Irlande du nord et l'Ecosse. Les RAS DH.89 furent nommés d'après leur place dans le réseau, par exemple "Star of Lancashire"[1].

Les Isle of Man Air Services exploitèrent une flotte de Rapides sur des services réguliers de l'aéroport de Ronaldsway près de Castletown vers des aéroports du nord-ouest de l'Angleterre incluant Blackpool, Liverpool et Manchester. Quelques uns de ses avions ont été transfèrés après avoir servi les Railway Air Services

En 1936, il y eut un fameux incident quand deux agents britanniques du MI6 , le capitaine Cecil W. H. Bebb et le Major Hugh Pollard, conduisirent Francisco Franco dans le Dragon Rapide G-ACYR depuis les Îles Canaries au Maroc espagnol, au début de la rébellion militaire qui initia la Guerre civile espagnole. Une escale nocturne discrète est nécessaire à Casablanca[2] (Maroc sous protectorat français). L'avion est exposé au Museo del Aire à Madrid.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dominie de la Royal Navy

Au commencement de la 2e Guerre mondiale, plusieurs (Dragons) Rapides furent réquisitionnés par les Forces armées britanniques et servirent sous le nom de de Haviland Dominie. Ils furent utilisés pour des fins de communications et de transport de passagers. Plus de 500 autres furent construits spécialement à des fins militaires, motorisés avec le moteur amélioré de Haviland Gipsy Queen, atteignant un total de production de 731 unités. Les Dominies furent principalement utilisés par la Royal Air Force comme avion d'entrainement radio et navigation. Après la guerre, ils furent utilisés comme avions de liaison des Royal Navy air stations

DH.89B Dominie Mark II sous les couleurs de la Dutch Air Force (Militairy Luchtvaart Museum, Pays-Bas (2009)

D'autres Dragons Rapides civils continuèrent de voler pour les lignes aériennes britanniques faisant partie du Associated Airways Joint Committee' (AAJC). Les AAJC coordonnèrent les services prévus en temps de guerre sur vols au-dessus de l'océan.

Après le guerre, plusieurs survivants de l'ex-RAF entrèrent dans des services commerciaux. En 1958, 81 exemplaires étaient encore en vol sous immatriculation britannique. La production des Dominie se faisait par de Havilland et Brush Coachworks Ltd, ce dernier produisant le plus grand nombre.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Civils[modifier | modifier le code]

Drapeau de l’Argentine Argentine
Drapeau de l'Australie Australie
Dragon Rapide de VARIG conservé à Rio de Janeiro
Drapeau du Brésil Brésil
Flag of North Borneo.svg British North Borneo
Flag of the Crown Colony of Sarawak (1946).svg Crown Colony of Sarawak
Flag of Brunei 1906-1959.svg Protectorate of Brunei
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de la Finlande Finlande
Drapeau de l'Islande Islande
Drapeau de l'Inde Inde
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau de l'Irak Iraq
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau de la Lettonie Latvia
  • Valsts Gaisa satiksme
Drapeau du Liban Liban
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Modèle:Country data British Mandate for Palestine
Drapeau du Paraguay Paraguay
Roumanie Romania
Drapeau de l'Afrique du Sud South Africa
Modèle:Country data Spanish Republic
Modèle:Country data Spanish State
Drapeau de la Suisse Switzerland
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Modèle:Country data Kingdom of Yugoslavia

Militaires[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jackson, 1978, pp.362–363
  2. Op. cit. Conrad (1997) p. 38
  3. « Spanish Civil War Aircraft » (consulté le 14 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]