Décembre 1941 (guerre mondiale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1938 1939 1940  1941  1942 1943 1944
Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologie de la Seconde Guerre mondiale
Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Jun
Jul - Aou - Sep - Oct - Nov - Déc
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la Seconde Guerre mondiale

Novembre 1941 - Décembre 1941 - Janvier 1942

  • Décembre :
    • Création de la première « brigade prolétarienne » par Tito en Yougoslavie.
    • Publication du premier numéro du journal de la résistance française Franc-Tireur
  • 3 décembre :
    • Władysław Sikorski remet à Staline une liste, encore incomplète, comportant les noms de 30 845 officiers polonais retenus prisonniers en URSS et qui ne donnent plus aucun signe de vie.
    • En Finlande, les Soviétiques évacuent la forteresse d'Hanko, le territoire finlandais est alors entièrement libéré et retrouve ses frontières de 1939 avant l'attaque soviétique[1].
    • Sur pression des Soviétiques, le Royaume-Uni déclare la guerre à la Finlande, la Hongrie et la Roumanie[1].
  • 4 décembre :
    • Władysław Sikorski signe avec Staline un accord aux termes duquel les forces polonaises en URSS devaient être portées à 96 000 hommes ; Władysław Sikorski réussit à obtenir l’autorisation de Staline d’évacuer 25 000 Polonais vers l'Iran pour compléter les Forces armées polonaises au Moyen-Orient.
  • 6 décembre
    • Contre-attaque soviétique au nord du front, à l'est de Léningrad[1].
La catastrophe militaire du 7 décembre 1941 a profondément changé la perception stratégique globale de l'amirauté des États-Unis. Cette défaite par surprise a provoqué une telle réaction que d'aucuns l'identifient rétrospectivement comme une victoire à la Pyrrhus, voire comme la plus grande défaite japonaise de la guerre.
  • 19 décembre
    • Hitler relève le Generalfeldmarschall Brauchitsch du commandement de la Heer (l'armée de terre allemande) qu'il commandera désormais lui-même[1].
    • Le Congrès américain vote des pouvoirs exceptionnels au président Roosevelt. Il peut ainsi exercer la censure sur la presse ou réorganiser le pouvoir exécutif à son gré[1].
    • Le juge de la Cour suprême américaine, Owen Roberts, est nommé président de la commission chargée d'enquêter sur le désastre de Pearl Harbour[1]
  • 20 décembre :
    • Rencontre entre le général Guderian et Hitler dans son QG de Rastensburg en Prusse orientale. L'entrevue est orageuse, Guderian demande de reculer la ligne de front à l'Est pour la raccourcir et occuper de meilleures positions défensives. Hitler refuse et annule toutes les autorisations de retraite données au début de l'offensive soviétique[1].
    • Les troupes allemandes battent en retraite devant Moscou.
  • 21 décembre
    • Début du massacre des Juifs du camp roumain de Bogdanovka en Transnitrie pour "éradiquer une épidémie de Typhus"[1].40 000 seront tués en 10 jours[1].

Le général MacArthur abandonne Manille pour se réfugier dans la presqu'île de Bataan[1].

  • 25 décembre :
    • Reddition de Hong Kong.
    • Attaque des Soviétiques contre les positions italiennes à Gorlovka et Rykovo par un froid polaire (-35°)[1]. Après des succès initiaux, les Italiens aidés par des blindés allemands repoussent l'offensive soviétique[1].
  • 26 décembre
    • Début de la troisième bataille de Changsa en Chine où les troupes de l'armée nationale chinoise de Tchang Kaï-chek attaquent les colonnes japonaises. Elles subissent une dure contre-attaque[1] et les Chinois se rétablissent sur la rivière Milo et se replient ensuite dans la ville de Changsa[1].
    • Les Soviétiques débarquent sur la péninsule de Kertch[1].
  • 27 décembre :
    • L’URSS parachute un premier groupe de communistes polonais, dévoués aux Soviétiques, dans les anciens confins orientaux de la Pologne pour y reconstituer le parti communiste dissous en 1938 et y contrebalancer l’influence des résistants qui s’étaient activés dès que les Allemands y avaient pénétré.
    • Opération commando britannique sur l'île de Vaagsö en Norvège méridionale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa et ab « Chroniques de décembre 1941 », Histoire(s) de la Dernière Guerre, no 15,‎ .