Chester Nimitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nimitz.
Chester Nimitz
L'amiral de la Flotte Chester Nimitz(CINCPAC/CINCPOA), en 1945
L'amiral de la Flotte Chester Nimitz
(CINCPAC/CINCPOA), en 1945

Naissance
Fredericksburg, Texas
Décès (à 80 ans)
Yerba Buena Island
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme Seal of the United States Department of the Navy.svg Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Grade US-O11 insignia.svg Amiral de la flotte
Années de service 19051947
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement CINCPAC
Faits d'armes bataille de la mer de Corail
bataille de Midway
bataille de la mer des Philippines
bataille du golfe de Leyte
Distinctions Navy Distinguished Service Medal
Army Distinguished Service Medal
Ordre du Bain
Légion d'honneur
Hommages Porte-avions, classe de porte-avions et la Interstate 880 à son nom
Autres fonctions Chef des Opérations Navales
assistant spécial du secrétaire de la marine pour la zone ouest

Chester William Nimitz (, Fredericksburg, Texas) a été le troisième amiral de la Flotte de la Marine des États-Unis, durant la Seconde Guerre mondiale. Il a été le Commandant-en-chef de la Flotte du Pacifique et le Commandant-en-Chef interarmées des Zones de l'Océan Pacifique, jusqu'en décembre 1945. Il a fini sa carrière comme premier Chef des opérations navales de l'après-guerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison natale de Chester Nimitz, à Fredericksburg, convertie en musée

Nimitz est né à Fredericksburg dans l'État du Texas où sa maison natale a été transformée en musée. Son père meurt peu de temps avant sa naissance et c'est son grand-père, Charles H. Nimitz, qui prit en charge une grande partie de son éducation. Ancien de la marine marchande allemande, Charles Nimitz inculqua à son petit-fils les valeurs de la marine et la passion de la navigation.

Chester Nimitz tenta d'entrer à l'Académie militaire de West Point afin de devenir officier dans l'armée de terre, mais il n'y avait plus de place disponible. Un membre du congrès lui indiqua qu'il restait une place de libre dans la Marine, à l'Académie navale d'Annapolis, mais qu'elle était réservée au meilleur des candidats. Nimitz étudia alors avec encore plus d'entrain afin d'obtenir cette place. Il fut intégré au sein de l'académie en 1901 et fut diplômé en janvier 1905, classé 7e sur 144 cadets.

Début de carrière jusqu'à la Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Nimitz au rang de cadet à l'époque d'Annapolis

Il rejoint le cuirassé pré-dreadnought USS Ohio à San Francisco sur lequel il navigua dans les eaux de l'Extrême-Orient. En septembre 1906, il est transféré sur le croiseur protégé USS Baltimore (C-3) et le , après deux ans en mer, il obtient le grade d'ensign. Stationné en Asie en 1907, il servit successivement sur la canonnière USS Panay[1], le destroyer USS Decatur (DD-5)[2] et le croiseur léger USS Denver (CL-16)[3].

En 1908, à 23 ans, l'ensign Nimitz a commandé le Decatur.

En 1908, l'enseigne Nimitz reçut le commandement du Decatur, mais suite à une mauvaise manœuvre qui l'échoua sur un banc de sable, il fut envoyé en cour martiale pour avoir mis en péril un navire de la Marine, malgré la mauvaise qualité ou l'absence des cartes maritimes de l'époque. Il reçut une lettre de réprimande et cet incident qui aurait pu avoir des conséquences fatales pour sa carrière militaire, n'en eut finalement pas.

Nimitz retourna aux États-Unis sur l'USS Ranger (plus tard USS Nantucket)[4] quand le vaisseau fut converti en navire-école et en juillet 1909, il commença son instruction dans la première flottille de sous-marins, un domaine où il effectua une grande partie de son service. En mai de la même année, commandant de l'USS Plunger, plus tard rebaptisé A-1, il reçut en plus, le commandement de la flottille. Il commanda l'USS Snapper (en) (plus tard rebaptisé C-5) à partir du et l'USS Narwhal (en) (plus tard rebaptisé D-1) à partir du . Parallèlement, le commandement de la 3e division de sous-marins torpilleurs dans l'Atlantique (la 3rd Submarine Division Atlantic Torpedo Fleet) lui fut confié le . En novembre 1911, il fut rappelé à l'arsenal de Boston pour assister à la mise en eau de l'USS Skipjack (en) dont il allait assurer le commandement à partir du . Le , le lieutenant Nimitz porta secours au pompier de 2e classe W. J. Walsh qui était en train de se noyer. Il reçut la Médaille d'Argent de Sauvetage pour cet acte héroïque [5]. Après avoir commandé la flottille de sous-marins postés dans l'Atlantique (entre mai 1912 et mars 1913), il supervisa la construction des moteurs diesel pour le navire citerne USS Maumee (en), qui était en cours d'assemblage à la Compagnie de Construction de Bateaux et de Moteurs de New London (New London Ship and Engine Building Company) basée à Groton (Connecticut). En avril 1913, il s'était marié avec Catherine Vance Freeman. Pendant l'été 1913, il étudia la conception des moteurs dans des usines de moteurs diesel situées à Nuremberg en Allemagne ainsi qu'à Gand en Belgique. De retour a l'arsenal de New York, il devint commandant-en-second et ingénieur-mécanicien sur l'USS Maumee entré en service le 23 octobre 1916.

Le , Nimitz fut placé au rang de second de l'amiral Robinson, commandant des forces de sous-marins américains de la Flotte de l'Atlantique.

Le , il fut nommé chef d'état-major et reçut une distinction pour son service méritoire. Le , il fut envoyé au bureau du Chef des opérations navales et le 25 octobre, il poursuivit son service avec la mention de Senior Member du comité de conception des sous-marins.

Entre deux-guerres[modifier | modifier le code]

De mai 1919 à juin 1920, Nimitz servit à bord du cuirassé dreadnought USS South Carolina en tant que commandant-en-second. Il commanda ensuite l'USS Chicago et la 14e division de sous-marins basée à Pearl Harbor. Il retourna aux États-Unis pendant l'été 1922 et suivit les cours de l'École de Guerre Navale (Naval War College). En , il fut nommé aide et chef d'état-major assistant du Commandant de la Flotte de Bataille, et plus tard assistant du Commandant-en-Chef de la Flotte des États-Unis. En août 1926, il se rendit à Berkeley (Californie) afin de mettre en place la première unité du Corps d'Entrainement des Officiers de Réserve (Reserve Officers Training Corps) de la Marine.

Nimitz perdit un bout de doigt à la suite d'un accident avec un moteur diesel, évènement qui aurait pu être plus grave s'il n'avait porté ce jour-là sa bague reçue à l'académie d'Annapolis. Il souffrit également d'une grave infection aux oreilles qui le rendit en partie sourd. Il compensa son handicap en devenant un bon lecteur sur les lèvres.

En juin 1929, il prit le commandement de la 20e Division de Sous-marins. En juin 1931, il assura le commandement du bâtiment auxiliaire de soutien de destroyers, USS Rigel (AR-11), et des destroyers basés à San Diego. En octobre 1933, il prit les commandes du croiseur lourd USS Augusta (CA-31) et effectua une mission en Extrême-Orient. En décembre de la même année, l'USS Augusta devint le bâtiment amiral de la Flotte d'Asie. En avril 1935, il retourna sur le continent américain et travailla en tant qu'assistant en chef du Bureau de la Navigation, avant de devenir commandant de la 2e Division de Croiseurs de la force de combat. En septembre 1938, il fut nommé à la tête de la 1re division de cuirassés de la force de combat. Le , Nimitz accéda au poste de chef du Bureau de la Navigation.

Commandant-en-Chef de la Flotte du Pacifique de janvier 1942 à décembre 1945[modifier | modifier le code]

L'amiral Nimitz en 1942, dans la tenue de toile kaki clair, avec insigne de grade aux pattes d'épaule de la veste et au col de la chemise, qu'il affectionnait.

La Seconde Guerre mondiale éclata peu de temps avant l'arrivée de Nimitz à la tête du Bureau de la Navigation. Dix jours après l'attaque sur Pearl Harbor le , le Président Roosevelt le nomma Commandant-en-Chef de la Flotte du Pacifique (CINCPAC) avec le grade d'amiral avec effet au 31 décembre. L'amiral Nimitz a reçu cette charge à l'un des moments les plus critiques de la guerre dans le Pacifique et, malgré le manque de ressources à sa disposition, il réussit à organiser une première défense pour ralentir l'avancée japonaise.

De Pearl Harbor à la bataille de Midway[modifier | modifier le code]

Il fut aidé dans son entreprise par son état-major, dont les membres venaient en grande partie de l'État-major de l'amiral Kimmel, Commandant-en-Chef de la Flotte du Pacifique, au moment de l'attaque de Pearl Harbor. Il a conservé, pendant six mois, dans les fonctions de chef d'état-major, le contre-amiral Draemel[6], qui avait occupé cette fonction pendant l'intérim du vice-amiral Pye, entre l'amiral Kimmel[Note 1] et l'amiral Nimitz, et le captain McMorris[7], à la section des plans de guerre[Note 2].

Les premiers mois de la guerre ont été marqués par une avance extrêmement rapide et apparemment irrésistible des forces japonaises, en Malaisie, aux Philippines, contre les territoires américains de Guam et de l'île de Wake, dans les territoires sous mandat australien de Nouvelle-Bretagne et de Nouvelle-Irlande, dans les Indes orientales néerlandaises. Les forces américaines de la Flotte d'Asie (United States Asiatic Fleet) de l'amiral Hart ne connurent qu'un bref succès tactique devant Balikpapan, mais la plupart des unités de surface ont connu un sort funeste au sein du Commandement Américain-Britannique-Hollandais-Australien (ABDACOM), fin février début mars 1942, dans les combats de la mer de Java. Seules les attaques de porte-avions de la Flotte du Pacifique, conduites à l'instigation de l'amiral King, contre les îles Marshall et Gilbert, au début de février, ont été préoccupantes pour le Haut Commandement de la Marine impériale japonaise.

Plus d'un mois après la capitulation de Singapour et le bombardement de Port-Darwin, le Conseil Suprême Interallié (en), en anglais : Combined Chiefs of Staff (CCS), réunissant les plus hauts responsables des forces militaires des États-Unis et du Royaume-Uni, désigna, le , le théâtre du Pacifique comme une zone stratégique sous contrôle américain. Six jours plus tard, la réunion des Chefs d'État-Major (Joint Chiefs of Staff) américains divisa la zone en trois parties : les Zones de l'Océan Pacifique, en anglais : Pacific Ocean Areas (POA)), la Zone du Pacifique Sud-Ouest (SouthWest Pacific Area (SWPA) confiée au général MacArthur) et la SEPA (South East Pacific Area). L'amiral Nimitz fut placé à la tête des Zones de l'Océan Pacifique avec le titre de Commandant-en-Chef (CINCPOA). Il s'agissait d'un commandement interarmées et interallié, qui ne se limitait aux forces navales américaines, mais s'appliquait à l'ensemble des Forces Alliées (Air, Terre et Mer) dans ces zones. Il conserva sous son autorité directe la Zone du Pacifique Central, et délégua le commandement des Zones du Pacifique Nord au vice-amiral Theobald et du Pacifique Sud au vice-amiral Ghormley .

Nimitz et Halsey en 1943

Au fur et à mesure que les navires et les hommes devinrent disponibles, l'amiral Nimitz les lança dans la bataille. Un premier coup d'éclat a été le raid sur Tokyo, mené par des bombardiers des United States Army Air Forces qui avaient décollé du porte-avions USS Hornet qui venait d'arriver des États-Unis pour sa première opération de guerre. Cela conforta la position de l'amiral Yamamoto, Commandant-en-Chef de la Flotte Combinée, qui comptait provoquer une « bataille décisive » avec la Flotte américaine du Pacifique en allant occuper l'atoll de Midway.

Article détaillé : Bataille de la mer de Corail.

Au début mai, la bataille s'achevait aux Philippines, avec la capitulation américaine à Corrigedor, tandis que les Britanniques attaquaient Madagascar. Alerté par le décrytage de messages radio par les Britanniques qu'une force de deux grands porte-avions japonais, rentrant d'un raid fracassant contre la Flotte britannique d'Orient (British Eastern Fleet), se dirigeaient vers Truk, dans les îles Carolines, où se trouvait le Q.G. de la Flotte japonaise des mers du Sud, l'amiral Nimitz décida de déployer en mer de Corail les quatre porte-avions dont il disposait, pour contrer une éventuelle attaque contre Port-Moresby dont le général MacArthur comptait faire sa base de départ pour menacer Rabaul. Seuls les deux porte-avions du contre-amiral Frank J. Fletcher ont participé à la bataille qui s'ensuivit, les porte-avions du vice-amiral Halsey, revenant trop tard du raid sur Tokyo. La bataille fut un des derniers succès tactiques de l'aéronautique navale japonaise, infligeant aux Américains la perte du grand porte-avions USS Lexington et ne subissant que la perte d'un porte-avions léger, mais, pour la première fois depuis Pearl Harbor, les porte-avions japonais ne remportaient pas une éclatante victoire et les dégâts causés au Shokaku et au Zuikaku les ont empêché de participer à la bataille suivante.

Article détaillé : Bataille de Midway.

La capacité des services de renseignement de la Marine américaine à décrypter les codes japonais a permis à l'amiral Nimitz d'acquérir la conviction qu'une offensive japonaise allait viser cette fois l'atoll de Midway. Le chantier naval de Pearl Harbor reçut l'ordre de rendre opérationnel dans les délais les plus courts le porte-avions USS Yorktown, gravement endommagé en mer de Corail, de façon à pouvoir disposer de trois porte-avions, sachant que la Marine japonaise pouvait aligner au moins quatre à six porte-avions d'escadre et trois porte-avions légers. Le 28 mai, les trois porte-avions américains étaient en route pour se mettre en embuscade à quelque 350 nautiques au nord-est de Midway à l'insu de Japonais.

L'indisponibilité du vice-amiral Halsey, qui a dû être hospitalisé en urgence, alors qu'il devait avoir le commandement supérieur à la mer, a conduit à confier les deux porte-avions de sa Task Force 16 au contre-amiral Spruance, que l'amiral Nimitz avait choisi pour être son nouveau chef d'état-major, mais cette recommandation du vice-amiral Halsey devait se révéler très judicieuse. L'idée de manœuvre de l'amiral Nimitz était de lancer en avant les USS Enterprise et Hornet du contre-amiral Spruance et d'en assurer la couverture avec l'USS Yorktown du contre-amiral Fletcher, commandant supérieur à la mer.

L'amiral Yamamoto avait conçu un plan ambitieux, attaquant à la fois dans le Pacifique central, avec quatre porte-avions d'escadre en première ligne, et dans le Pacifique nord, contre les îles Aléoutiennes, avec trois porte-avions. C'est cette dispersion des forces, mais aussi la faiblesse du renseignement militaire japonais, et la mauvaise coordination entre les porte-avions et les cuirassés qui ont donné un avantage sensible aux forces américaines, qui ont souffert pour leur part d'une certaine inefficacité de l'aviation de bombardement basée à Midway.

La force destinée à envahir Midway a été repérée le 3 juin et attaquée sans résultats par les bombardiers basés à terre. Le 4 juin au matin une reconnaissance aérienne a signalé deux porte-avions japonais. Le contre-amiral Fletcher a demandé au contre-amiral Spruance de les attaquer. L'aviation de reconnaissance japonaise a repéré les bâtiments américains mais n'a pas aussitôt signalé la présence de porte-avions, ce qui a abouti à des ordres successifs et contradictoires sur les porte-avions japonais. Malgré les difficultés de l'aviation embarquée américaine à localiser les porte-avions japonais, les bombardiers en piqué des USS Entreprise et Yorktown ont surpris les navires du vice-amiral Nagumo et mis hors de combat trois porte-avions (Akagi, Kaga, et Sôryû) sur quatre. Dans l'après-midi du 4 juin, ce sont l' USS Yorktown et le Hiryu du contre-amiral Yamaguchi qui ont été mis hors de combat. La bataile s'est achevée le 7 juin, après que l'aviation embarquée du contre-amiral Spruance a coulé, le 6, un croiseur lourd et gravement endommagé son jumeau, tandis qu'un sous-marin japonais a torpillé et coulé l'épave en remorque de l'USS Yorktown

La bataille de Midway a définitivement clos la période des succès de la Marine japonaise.

Les campagnes de Guadalcanal et de la mer des Salomon (août 1942-novembre 1943)[modifier | modifier le code]

Durant les phases finales de la guerre dans le Pacifique, Nimitz lança l'offensive sur les îles Mariannes et envahit Saipan. Il infligea une défaite décisive à la flotte japonaise durant la bataille de la mer des Philippines. Il s'empara du reste des îles dont Guam et Tinian qui allaient devenir des bases arrières importantes pour les bombardiers américains. Ses forces navales réussirent à isoler les bastions ennemis dans les îles Caroline et sécurisèrent rapidement Peleliu, Angaur, et Ulithi. Dans les Philippines, la flotte américaine repoussa la marine japonaise avec un tournant en faveur des Américains durant la bataille du golfe de Leyte entre le et le .

Entre temps, le 7 octobre 1943, il était devenu commandant en chef de la flotte du Pacifique et de la POA. Un acte du Congrès approuvé le créa le grade d'Amiral de la flotte dans l'U.S. Navy, le grade le plus élevé de la marine américaine. Le lendemain, Roosevelt, soutenu par le Sénat, attribua ce grade à Nimitz et celui-ci prêta serment le .

Nimitz poursuivit sa stratégie à long terme grâce à des assauts amphibies sur Iwo Jima. Il persuada l'Air Force de procéder à des bombardements sur les ports japonais et les lignes maritimes grâce aux B-29, une action menée à bien dans le cadre de l'Operation Starvation qui mit à mal la logistique et le ravitaillement japonais.

Signature par Nimitz des actes de capitulation du Japon ()

En janvier 1945, Nimitz déplaça son quartier-général de la flotte du Pacifique de Pearl Harbor vers Guam. Le quartier-général demeura sur l'île jusqu'à la fin de la guerre. Sa femme quant à elle resta sur le continent pendant la guerre et ne le rejoint pas alors qu'il se trouvait à Hawaii ou à Guam. Le , Nimitz signa l'acte de capitulation du Japon à bord du [[]]Missouri dans la baie de Tokyo. Le , désigné Jour de Nimitz à Washington, il reçut une étoile en or en lieu et place de la Navy Distinguished Service Medal. Le président Truman mentionna son service exceptionnel en tant que commandant en chef de la flotte du Pacifique et des zones océaniques du Pacifique, de juin 1944 à août 1945.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Chef des Opérations Navales de décembre 1945 à décembre 1947[modifier | modifier le code]

Le sa nomination en tant que Chef des Opérations Navales fut confirmée par le Sénat. Elle fut effective à partir du 15 décembre, date à laquelle il releva l'amiral Ernest King. Nimitz demanda explicitement au président Truman de n'avoir à assurer qu'un mandat de deux ans à ce poste. Il entreprit alors la restructuration de la marine qui avait atteint un potentiel important pendant la guerre mais qui devait maintenant s'adapter à l'après-guerre. Il mit en place les structures nécessaires au service actif et aux unités de réserve.

Le , il quitta comme prévu son poste de Chef des opérations navales.

Déposition au procès de Dönitz à Nuremberg[modifier | modifier le code]

Nimitz fit une déclaration sous serment lors du procès de Nuremberg au sujet de l'utilisation des sous-marins durant le conflit. Elle concernait plus particulièrement le sauvetage des naufragés. L'amiral allemand Karl Dönitz avait donné l'ordre durant la guerre de ne pas entreprendre de telles opérations de secours. Nimitz affirma qu'il avait ordonné une consigne similaire afin d'éviter de mettre en péril la sécurité des sous-marins [8].

À la question « Était-il courant dans de telles zones (de théâtre des opérations) de procéder avec les sous-marins à des attaques des navires marchands sans avertissement, à l'exception des leurs et de ceux des alliés ? », Nimitz répondit « Oui, à l'exception des navires sanitaires, d'autres vaisseaux sous contrôle, et des transits pour des raisons humanitaires ». À la seconde question qui lui demandait s'il avait reçu de tels ordres, Nimitz déclara « Le Chef des Opérations Navales ordonna le une utilisation sans restriction des sous-marins dans la guerre contre le Japon. » [9]

Malgré les charges à son encontre, Dönitz ne fut pas condamné à mort, ce qui peut laisser penser que l'intervention de Nimitz lui avait permis de consolider sa défense de manière significative.

À la retraite[modifier | modifier le code]

L'USS Nimitz (CVN-68) en 1997, premier d'une classe de très grands porte-avions à propulsion nucléaire encore en service

Sa femme et lui déménagèrent à Berkeley (Californie) où ses trois filles, son fils (un officier de la Navy) ainsi que ses anciens collaborateurs lui rendaient visite. Après une chute sérieuse de l'amiral en 1964, les Nimitz quittèrent Berkeley pour s'installer dans des quartiers de la Marine sur l'île de Yerba Buena dans la baie de San Francisco.

Nimitz occupa le poste essentiellement honorifique d'assistant spécial du Secrétaire à la Marine pour la Zone Ouest. Il travailla ensuite au sein de la Fondation Historique de la Marine, et travailla à rapprocher les armées américaines et japonaises (restauration du cuirassé Mikasa, navire amiral de l'amiralTōgō, lors de la bataille de Tsushima en 1905).

En 1949, Nimitz fut nommé administrateur au Cachemire, sous le drapeau des Nations unies, mais la détérioration des relations entre l'Inde et le Pakistan fit échouer la mission diplomatique. De 1948 à 1956, il fut régent de l'Université de Californie. Celle-ci lui rendit hommage le à l'occasion du Nimitz Day.

Nimitz n'a jamais tenté de tirer profit de sa participation à la guerre et refusa d'écrire ses mémoires. Il pensait que toute réflexion sur le conflit n'aiderait pas la marine et que ce n'était pas rendre hommage à ceux qui étaient morts au combat. Vers la fin 1965, Nimitz eut une attaque, aggravée par une pneumonie. Il fut admis à l'hôpital militaire d'Oak Knoll en Californie. En janvier 1966, les médecins le laissèrent rentrer chez lui. Il mourut le soir du à son domicile dans le premier quartier militaire de Yerba Buena à 4 jours de son 81e anniversaire.

Il a été enterré au Golden Gate National Cemetery à San Bruno en Californie, le jour même où il devait fêter son 81e anniversaire.

Dans le film La Bataille de Midway, son rôle est interprété par Henry Fonda.

Décorations[modifier | modifier le code]

Armée américaine[modifier | modifier le code]

Armées étrangères[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Chester et Catherine Nimitz (1892-1979) ont eu quatre enfants :

  • Catherine Vance (née en 1914)
  • Chester, Jr., (1915-2002), diplômé en 1936 de l'Académie de la marine, sous-marinier jusqu'en 1957, retraité avec le grade de Rear Admiral
  • Anna Elizabeth Nimitz, dite Nancy (1919-2003), spécialiste de l'économie soviétique à la RAND Corporation
  • Mary Aquinas (1931-2006), sœur de l'Ordre des Prêcheurs, professeur de biologie à l'Université dominicaine de Californie avec des fonctions importantes dans la recherche

Hommages[modifier | modifier le code]

Un porte-avions (CVN 68) ainsi qu'une classe de porte-avions de la marine américaine portent son nom.

La Nimitz Freeway (Interstate 880) relie les parties est et sud de la baie de San Francisco.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. L'amiral Nimitz a toujours été très modéré dans ses jugements sur l'amiral Kimmel, estimant que les mêmes choses seraient sans doute advenues, quel que soit le titulaire du poste, qui lui avait d'ailleurs été proposé précédemment, ce qu'il avait refusé, se trouvant insuffisamment expérimenté pour l'accepter.
  2. Nommé en mai 1942 commandant du croiseur lourd USS San Francisco, il se voit attribuer la Navy Cross pour son action à la bataille du Cap Espérance (12 octobre 1942). Il est victorieux à la bataille des îles du Commandeur (27 mars 1943). Il remplace le vice-amiral Spruance comme chef d'état-major de l'amiral Nimitz en août 1943, et termine la guerre à ce poste.
Références

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ch.W. Nimitz et E-B Potter, La guerre sur mer (1939-1945), Éditeur Payot, Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :