Concerto pour piano nº 3 de Rachmaninov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concerto pour piano no 3
Opus 30
Image illustrative de l'article Concerto pour piano nº 3 de Rachmaninov
Le compositeur recopiant lui-même la partition.

Genre Concerto
Nb. de mouvements 3
Musique Sergueï Rachmaninov
Effectif Piano et orchestre symphonique
Durée approximative env. 41 à 43 minutes
Dates de composition 1909
Dédicataire Józef Hofmann
Création
Century Theatre (en)

Drapeau : États-Unis New York

Interprètes Sergueï Rachmaninov (pno.) ;

Orchestre Symphonique de New York, Walter Damrosch (dir.)

Versions successives
  • Version originale pour piano et orchestre (1909)
  • Arrangement pour deux pianos (1909)

Le Concerto pour piano en ré mineur, op. 30 est le troisième des quatre Concertos pour piano composés par Sergueï Rachmaninov. Il fut créé par l'auteur le à New York sous la direction de Walter Damrosch.

Considéré comme l'une des partitions les plus difficiles du répertoire du fait de l'extrême virtuosité technique exigée du pianiste, son exécution en public représente pour l'interprète, étant donné sa facture pianistique monumentale et foisonnante, une vraie prouesse artistique. Il est avec son deuxième concerto son œuvre la plus populaire. Le concerto suit la structure classique en trois mouvements :

  1. Allegro ma non troppo en ré mineur. Le premier mouvement tourne autour d'une mélodie diatonique déjà développée vers une figuration pianistique complexe. Le second thème s'ouvre avec des échanges calmes entre l'orchestre et le piano avant tout dans une clé majeure. La première partie du premier mouvement du premier thème s'articule à haute voix dans une section qui ouvre une toccata comme des croches et atteint un accord. L'ensemble de développement montre des similitudes à un canon.
  2. Intermezzo : Adagio en ré mineur. Le second mouvement s'ouvre par un orchestre et celui-ci commence par des variations autour d'un unique luxe. Puis le thème arrive en fa dièse mineur. Une mélodie romantique s'accentue par une note tonique majeur, et après le premier thème de développement et de récapitulation, la mélodie principale du premier mouvement réapparaît. Le second mouvement se termine en ré bémol majeur, où le piano occupe une partie de la cadence.
  3. Finale : Alla breve en ré mineur. Le troisième mouvement paraît rapide et vigoureux dans les variations qui le suivent. Cependant, celui-ci se régule et monte en ré majeur dans le second thème, où il s'achève avec les mêmes notes, selon la signature de Rachmaninov.

Son exécution complète dure 41 à 43 minutes en moyenne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Composé dans le cadre paisible de la propriété de campagne de sa famille, Ivanovka, le concerto est achevé le 23 septembre 1909. Rachmaninov a écrit cette pièce pour montrer ses propres talents de compositeur mais également de pianiste. Le concerto est contemporain de sa Première sonate pour piano et de son très célèbre Poème symphonique L'Île des morts. Le concerto est respecté, craint et réputé pour sa difficulté diabolique. Rachmaninov ne pouvait même pas jouer un rappel après l'exécution de son 3e concerto ; en témoigne ce commentaire d'un journal américain : « Monsieur Rachmaninov fut rappelé plusieurs fois par le public qui insista pour qu'il rejoue, mais il leva les mains dans un geste signifiant qu'il était d'accord pour rejouer mais que c'étaient ses doigts qui ne l'étaient pas. Cela fit beaucoup rire le public qui, à ce moment-là seulement, le laissa partir[2]! ». Josef Hofmann, le pianiste à qui l'œuvre est dédicacée et que Rachmaninov considérait meilleur que lui, n’a jamais tenté de la jouer, disant d’elle que « ce n’était pas pour lui ».

À cause de contraintes de temps, Rachmaninov n'a pu travailler la pièce en Russie. C'est pourquoi il a pris avec lui un piano silencieux sur le bateau qui l'emmena aux États-Unis, sur lequel il put s'exercer.

Le concerto est pour la première fois donné le 28 novembre 1909 par la maintenant défunte Société symphonique de New York avec Walter Damrosch à sa tête et Rachmaninov apparaissant comme artiste invité au piano du New Theater (plus tard renommé en Century Theater). L'œuvre est redonnée quelques semaines plus tard sous la baguette de Gustav Mahler. Le manuscrit est quant à lui pour la première fois publié en 1910 par Gutheil. La création en Angleterre est donnée par George Thalben-Ball au Royal College of Music à Londres.

Il est popularisé en 1996 par le film Shine, lequel trace un portrait du fameux pianiste australien David Helfgott, jouant l'« œuvre la plus difficile au monde » lors d'une compétition au Royal College of Music d'Angleterre.

Le 3e Concerto et Horowitz

À la fin des années 1910, Horowitz connaît tout l'œuvre de Rachmaninov ; il choisit le 3e Concerto pour son épreuve de sortie de conservatoire. Son interprétation est si spectaculaire que l'audience, juges compris, se lèvent tous pour l'applaudir. Lorsqu'il débarque aux États-Unis pour sa première tournée de concerts, "Volodia" n'a qu'une idée en tête : rencontrer son idole. La première entrevue a lieu dans les sous-sol de l'atelier Steinway & Sons de New York, le 8 janvier 1928. Horowitz exécute 3e Concerto qu'il doit jouer à Carnegie Hall quelques jours plus tard : Rachmaninov est médusé par son interprétation, et lui déclare que cette œuvre lui appartient : « Il s'est jeté sur la musique comme un tigre affamé. Avec son audace, sa bravoure, son intensité, il l'a dévorée tout cru[3]. »

Orchestration[modifier | modifier le code]

Nomenclature du Concerto pour piano no 3
Cordes
Premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses

Bois
2 flûtes, 2 hautbois,

2 clarinettes en si♭, 2 bassons

Cuivres
4 cors en fa, 2 trompettes en si♭
Percussions
Timbales en do, ré et la

Analyse[modifier | modifier le code]

Allegro ma non troppo[modifier | modifier le code]

La célèbre introduction du piano

Le premier mouvement est axé sur une douce mélodie diatonique et allante qui se développe ensuite en figures pianistiques très complexes. Rachmaninov en parle en ces termes :

« Le premier thème de mon Troisième Concerto n’est emprunté ni au chant populaire, ni à la musique d’église. Il s’est tout simplement « composé lui-même » ! […] je ne pensais qu’à la sonorité. Je voulais « chanter » la mélodie au piano… et lui trouver un accompagnement adéquat… Rien de plus ! »

Le second thème s’ouvre par de légers échanges entre l'orchestre et le piano avant de plonger dans un thème lent en majeur. La première partie du premier thème est traitée une deuxième fois avant que le mouvement ne passe au développement.

Celui-ci s'ouvre par une sorte de toccata en croches au piano puis atteint un passage ponctué d'accords « lourds ». L'écriture de cette section prend parfois des airs canoniques, en particulier lors d'un passage en croches au piano dans lequel les deux mains se chevauchent.

Le premier thème réapparaît juste avant la coda.

L'apogée est atteint avec la cadence du piano. Rachmaninov en écrivit deux versions[4], la première est aujourd'hui notée comme ossia. Le compositeur jouait par ailleurs la seconde dans ses enregistrements de l'œuvre.

Piano Concerto 3 Cadenza.png
Extrait de la cadence

Intermezzo : Adagio[modifier | modifier le code]

Le second mouvement consiste en plusieurs mélodies qui se suivent sans schéma rigoureux. Il conduit au troisième mouvement sans pause.

Finale : Alla breve[modifier | modifier le code]

Le troisième mouvement suit le second sans pause (attaque). Rapide et vigoureux, il contient plusieurs thèmes qui rappellent le premier mouvement, donnant ainsi une unité cyclique au concerto. Le dernier mouvement se conclut par une mélodie triomphante.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Soliste Chef d'orchestre Orchestre Label Année d'enregistrement Format
Vladimir Horowitz Albert Coates London Symphony Orchestra HMV 1930 CD, LP
Sergei Rachmaninoff Eugene Ormandy Philadelphia Orchestra RCA Red Seal 1939 CD, LP
Vladimir Horowitz John Barbirolli New York Philharmonic APR 1941 CD, LP
Vladimir Horowitz Sergei

Kussevitzky

Los Angeles Philharmonic Urania 1950 CD
Vladimir Horowitz Fritz Reiner RCA Victor Symphony Orchestra RCA 1951 CD, LP
Emil Gilels André Cluytens Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire EMI Classics 1955 CD, LP
Van Cliburn Kirill Kondrashin Symphony of the Air RCA Red Seal 1958 CD, LP
Byron Janis Antal Dorati London Symphony Orchestra Mercury Records 1961 CD, LP
Earl Wild Jascha

Horenstein

Royal Philharmonic Orchestra Chandos Records 1965 CD, LP
Alexis Weissenberg Georges Prêtre Chicago Symphony Orchestra RCA Red Seal 1968 CD, LP
Jorge Bolet Charles Webb Indiana University Symphony Orchestra Palexa 1969 CD
Vladimir Ashkenazy André Previn London Symphony Orchestra Decca 1973 CD, LP
Alicia de Larrocha André Previn London Symphony Orchestra Decca 1974 CD, LP
Tamás Vásáry Yuri Ahronovitch London Symphony Orchestra Deutsche Grammophon 1976 CD, LP
Lazar Berman Claudio Abbado London Symphony Orchestra Columbia

Masterworks

1977 CD, LP
Vladimir Horowitz Eugene Ormandy New York Philharmonic RCA Red Seal 1978 CD, LP
Vladimir Horowitz Zubin Mehta New York Philharmonic Deutsche Grammophon 1978 DVD, CD
Alexis

Weissenberg

Leonard

Bernstein

Orchestre National de France EMI 1979 CD
Martha Argerich Riccardo Chailly German Symphony Orchestra, Berlin Philips 1982 CD
Jorge Bolet Ivan Fischer London Symphony Orchestra Decca 1982 CD
Dimitris Sgouros Yuri Simonov Berlin Philharmonic EMI 1983 CD, LP
Horacio Gutiérrez Lorin Maazel Pittsburgh Symphony Orchestra Telarc 1991 CD
Yefim Bronfman Esa-Pekka Salonen The Philharmonia Sony 1992 CD
Evgeny Kissin Seiji Ozawa Boston Symphony Orchestra RCA Red Seal 1993 CD
Zoltan Kocsis Edo de Waart San Francisco Symphony

Orchestra

Philips 1995 CD
Grigory Sokolov Yan Pascal Tortelier BBC Symphony Orchestra Deutsche Grammophon 1995 CD
Mikhail Pletnev Mstislav

Rostropovich

Russian National Orchestra Deutsche

Grammophon

2003 CD
Nikolai Lugansky Sakari Oramo City of Birmingham Symphony Orchestra Warner Music Group 2003 CD
Stephen Hough Andrew Litton Dallas Symphony Orchestra Hyperion 2004 CD
Denis Matsuev Valery Gergiev Mariinsky Theatre Orchestra Mariinsky 2009 CD
Leif Ove Andsnes Antonio Pappano London Symphony Orchestra EMI 2010 CD
Valentina Lisitsa Michael Francis London Symphony Orchestra Decca 2011 CD
Yuja Wang Gustavo Dudamel Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela Deutsche Grammophon 2014 CD
Alexis

Weissenberg

Emil Chakarov The Sofia Philharmonic Orchestra BNR Classics ? MP3

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-René Tranchefort, Guide de la musique symphonique, 1986, p. 615 (ISBN 2-213-01638-0)
  2. Commentaire du New York Herald, après l'exécution du troisième concerto avec Rachmaninov au piano
  3. Fousnaquer 1994
  4. Cox J, notice de l'enregistrement de l'œuvre par Earl Wild et Jasha Horenstein, éditions Chandos Classics

Liens externes[modifier | modifier le code]