Valentina Lisitsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valentina Lissitsa
Warsaw-valentina-lisitsa-cr-alexei-kuznetsoff-14.jpg
Valentina Lisitsa en 2003.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
KievVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Queen of RachmaninoffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activité
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web

Valentina Evguenievna Lisitsa (en russe : Валентина Евгеньевна Лисица ; en ukrainien : Валентина Лисиця, Valentyna Lyssytsia) est une pianiste ukrainienne née à Kiev le et habitant en Caroline du Nord.

Cette artiste de niveau international a acquis sa renommée de façon originale par des vidéos postées sur YouTube. En effet, bien qu'elle ait remporté en 1991 avec Alexeï Kouznetsov le prestigieux concours pour deux pianos de la Fondation Murray Dranoff (Miami, États-Unis), sa carrière peine à décoller jusqu'à ce qu'elle poste des vidéos gratuites sur YouTube afin de se faire connaître. Plus tard, son mari et elle-même investiront leurs économies afin de produire un premier disque.

Depuis les manifestations Euromaïdan qui ont conduit à la fuite du président de l'époque Viktor Ianoukovytch, Lisitsa exprime régulièrement des critiques féroces contre le gouvernement ukrainien ainsi que son soutien au séparatisme pro-russe à travers son compte Twitter[1]. Plusieurs concerts de Valentina Lisitsa ont été annulés à cause de ses critiques contre les nationalistes ukrainiens qu'elle a qualifiés de « nazis »[2].

Suite au quasi-départ de l'armée ukrainienne de Marioupol et étant elle-même une pro-Poutine très contestée[3], elle a décidée également de fêter le 9 mai 2022 en jouant du piano près de l'ambassade ukrainienne pour les habitants de cette ville comme le musicien Mstislav Rostropovitch célébrant lui la chute du mur de Berlin en 1989[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Valentina Lisitsa naît à Kiev (Ukraine) en 1973. Elle commence à jouer dès l'âge de trois ans, et donne son premier récital à l'âge de quatre ans[6]. Malgré ses talents musicaux précoces, elle rêve alors avant tout de devenir joueuse d'échecs professionnelle. Elle intègre l'école de musique de Lyssenko, puis le conservatoire de Kiev où elle rencontre son futur mari, Alexeï Kouznetsov. Son professeur est le docteur Loudmilla Tsvierko. C'est à cette époque et avec la rencontre d'Alexeï qu'elle commence à envisager sérieusement une carrière dans la musique et qu'ils remportent ensuite le premier prix du concours Murray Dranoff. La même année, ils emménagent aux États-Unis pour prolonger leur carrière de pianistes. Cette carrière débute avec le Mostly Mozart Festival au Centre Lincoln en 1995.

Valentina Lisitsa donne des concerts dans de nombreux endroits tels que le Carnegie Hall, l'Avery Fisher Hall et le Musikverein de Vienne. Elle joue en outre le rôle de pianiste principale d'un récital en collaboration avec la violoniste Hilary Hahn (son enregistrement des quatre sonates pour piano et violon de Charles Ives, en collaboration avec Hahn, est édité en ). Plusieurs enregistrements de Valentina Lisitsa sont disponibles sur YouTube.

À ce jour elle a enregistré six CD pour Audiofon Records (dont deux en solo, et deux autres avec Alexeï Kouznetsov), un CD pour Cisco musique avec la violoniste DeRosa, un récital pour VAI, des DVD des 24 études de Chopin, de Liszt et Schumann, et 10 CD pour Decca de l'intégrale des œuvres pour piano solo de Tchaïkovsky.

Encore relativement peu connue des mélomanes français, elle jouit en revanche d'une notoriété importante dans de nombreux pays anglo-saxons et fait partie des pianistes Bösendorfer. Cependant, sa réputation en France se diffuse, notamment grâce à un récital qu'elle effectue salle Pleyel en en remplacement du pianiste russe Boris Berezovsky, où elle fait un triomphe[7], ainsi que quelques mois plus tard en , par une autre représentation où elle interprète Ludwig van Beethoven (sonates pour piano), salle Gaveau rencontrant là-encore un vif succès[8]. Elle se montre lors de cette dernière occasion particulièrement sensible à la sonorité typique des pianos français, puisqu'elle fait pour ce concert à Gaveau, le choix du son « à la française » et romantique d'un grand queue de concert Pleyel, de préférence aux cinq instruments Steinway qu'elle vient d'essayer juste avant, explicitant les raisons de son choix[9]. Un album de Chopin sous label Naïve Records est également sorti en décembre 2021[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. #NedoUkraïnka
  2. http://www.cbc.ca/news/canada/toronto/tso-drops-ukrainian-pianist-valentina-lisitsa-over-offensive-comments-1.3022999
  3. https://www.ledevoir.com/culture/musique/711981/musique-classique-le-turbulent-retour-musical-et-politique-de-valentina-lisitsa
  4. https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/ukraine-pro-russe-la-pianiste-valentina-lisitsa-joue-a-marioupol/
  5. https://www.lefigaro.fr/musique/la-pianiste-valentina-lisitsa-joue-dans-les-ruines-de-marioupol-liberee-par-les-russes-20220516
  6. (en) « Calendar of Events and Exhibitions », National Museum of Women in the Arts (consulté le )
  7. « Valentina Lisitsa - Salle Pleyel - Artistikrezo », sur Artistikrezo, (consulté le ).
  8. Concert du 21 mai 2014 salle Gaveau, Ludwig van Beethoven, Sonate no 17 La Tempête, par Valentina Lisitsa, Visionner en ligne
  9. Choix du piano par l'artiste pour cette représentation salle Gaveau : un Grand queue de concert Pleyel, de préférence aux cinq Steinway qu'elle vient juste d'essayer Visionner en ligne. Dans les « commentaires », plus bas, en réponse au message d'un internaute (« Martin van Boven »), elle complète ses premières explications situées juste en dessous de la vidéo (elles aussi en anglais), lire ici : « On the background, behind Pleyel, you can see a tail of Steinway, Hamburg D, an excellent piano on its own - but what a shock it was to move between that piano and Pleyel. Until now I thought of Pleyel pianos as feminine weak instruments suitable for some Chopin or Mendelsohn. I would never thought it can win by a big margin in Beethoven or Bach. Going to this piano after playing same pieces on Steinway produced effect akin to taking ear plugs out. Not only for me but for independent listeners present. »
  10. lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]