Grigory Sokolov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sokolov.
Grigori SokolovГригорий Липманович Соколов
Description de l'image Grigory Sokolov (2015).jpg.
Nom de naissance Grigori Lipmanovitch Sokolov
Naissance (67 ans)
Leningrad, URSS
Activité principale Pianiste
Formation Conservatoire de Leningrad
Maîtres Leah Zelikhman
Récompenses Concours international Tchaïkovski (1966)

Grigori Lipmanovitch Sokolov (en russe : Григорий Липманович Соколов), né à Leningrad le , est un pianiste russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entreprend l'étude du piano dès l'âge de cinq ans, suscitant l'attention du monde musical russe pour ses dons extraordinaires et précoces. À l'âge de sept ans, il est admis au conservatoire de Leningrad dans la classe de Leah Zelikhman, avec qui il travaille pendant onze ans. Il donne son premier concert à l'âge de douze ans.

En 1966, tout juste âgé de seize ans, Grigori Sokolov s'impose au monde musical comme l'un des talents les plus intéressants et les plus prometteurs de sa génération en remportant le Premier Prix du Concours international Tchaïkovski à l'unanimité du jury, présidé cette année-là par Emil Gilels. Il devient ensuite l'élève de Moiseï Khaifin et commence une brillante carrière internationale, notamment aux Etats-Unis. À partir de 1975, il enseigne au Conservatoire de Leningrad. Il donne son premier concert en 1990.

La profondeur de son approche musicale, l'étendue de son répertoire (de Byrd à Schoenberg), le sérieux et l'originalité de ses intentions musicales ainsi que la précision dans ses réalisations, trouvent auprès du public et de la critique mondiale la plus haute reconnaissance. Il est invité régulièrement dans les plus importantes salles de concert en Europe, aux États-Unis et au Japon. Il a joué à Londres, Paris, Vienne, Berlin, Amsterdam, Munich, New York.

Il a collaboré avec les orchestres les plus prestigieux, tels les Philharmoniques de New York, de Londres, de Munich, et avec plus de 200 chefs d'orchestre comme Chung Myung-whun, Neeme Järvi, Herbert Blomstedt, Sakari Oramo, Valeri Guerguiev, Trevor Pinnock. Il ne donne cependant plus, depuis le début des années 2010, que des récitals solistes.

« L'homme est avant tout un intellectuel : à vingt-deux ans, il enregistrait L'Art de la fugue de J.S. Bach, mais il sait aussi démonter et remonter un piano ; il note scrupuleusement la liste de tous ses concerts, la marque et le numéro du piano sur lequel il a joué. Parmi ses passions : le vin, la peinture et la littérature. »[1]

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Sokolov mène avec le label Melodiya, et plus récemment avec Opus 111, des enregistrements de ses concerts dont la critique ne cesse de faire l'éloge. Ainsi sont nés des enregistrements historiques de pièces de Bach, Beethoven, Chopin, Schubert, Brahms, Rachmaninov, Prokofiev. Au sujet de son enregistrement de L'Art de la fugue de Bach chez Opus 111 (réalisé entre 1978 et 1981), le critique Bill Newman décrit l'interprétation de Sokolov comme « habitée de hardiesse, de clarté et de brio rythmique (…) celle d'un pianiste fabuleux ». Sa version des Variations Diabelli de Beethoven (chez Opus 111) est également saluée par la critique.

Après quelques années où il refuse de laisser paraître tout enregistrement de ses concerts, il signe un nouveau contrat d'exclusivité avec Deutsche Grammophon : le premier enregistrement sous ce nouveau label est celui de son récital de 2008 au Festival de Salzbourg.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouveau Dictionnaire des interprètes, sous la direction de Alain Pâris, Robert Laffont, collection « Bouquins », 2015, p. 900.

Liens externes[modifier | modifier le code]