Complément d'objet indirect

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir COI.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et doit être internationalisé(e). (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les section à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

En français, le complément d'objet indirect ou complément indirect (COI/CI) est une fonction, à l'instar du COD/CD - qui lui, est direct. Il suit généralement le verbe, sauf quand il est pronominalisé. Il répond à la question « à qui/quoi », « pour qui/quoi », « de qui/quoi », etc. posée après le verbe. Il complète le verbe indirectement, par l'intermédiaire d'une préposition (à, de, pour, vers, par, en, etc.). Cette préposition est déterminée par le verbe, au contraire des prépositions des compléments circonstanciels. C'est pourquoi le COI/CI, comme le COD/CD et à l'inverse du complément circonstanciel, est un complément essentiel.

Le COI/CI peut être constitué :

Exemple  :

Je ressemblais à un Esquimau plutôt qu'à un Français. (Balzac, Le Colonel Chabert).

Exemple  :

Il lui ressemblait.

  • d'un verbe à l'infinitif (qui lui-même peut avoir un complément comme c'est le cas ici) :
Exemple  :

Il pense toute la journée à jouer du piano.

  • Compléments propositionnels :
    • Proposition subordonnée substantive :
      Exemple  :

Il parla à qui voulait bien venir.

    • Proposition complétive :
      Exemple  :

Je tiens à ce qu'il soit là.

Par ailleurs il ne faut pas confondre ces constructions indirectes avec les constructions de verbes impersonnels :

Exemple  :

Il convient de se taire. (pas de COI/CI, car passivation impossible).

Enfin toute préposition n'introduit pas forcément le COI/CI du verbe qui la précède. Ainsi, dans : « il se demanda à qui il pouvait bien ressembler » ; il y a un COI et un COD de demander (le COI est se, pronominalisation de « à lui-même », et le COD/CD est à qui il pouvait bien ressembler), et par ailleurs un COI/CI de ressembler (à qui). La préposition à introduit donc ici le COI/CI à qui.

COS (anciennement complément d'attribution lorsqu'il était un animé)[modifier | modifier le code]

Un COI/CI est souvent complément d'un verbe qui a déjà un COD/CD. On parle alors de complément d'objet second (COS) pour ce deuxième complément (voir l'article).

Voir également[modifier | modifier le code]