Syntagme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Groupe nominal)
Aller à : navigation, rechercher

En grammaire moderne, un syntagme (ou groupe ou entité) est une unité syntaxique et sémantique composée d'un ensemble de mots dont la taille se situe entre le mot (élément terminal) et la phrase ; il est le constituant syntaxique de la phrase. Un syntagme peut être constitué de plusieurs autres : les sous-syntagmes. L'unité indivisible du syntagme est un nom, un mot-composé ou une locution.

Le syntagme est composé d'un noyau, appelé aussi « tête » (qui détermine sa nature et sa fonction) et d'éventuels satellites (ou subordonnés).

Il existe cinq types de syntagmes en français : verbal, adverbial, adjectival, prépositionnel et nominal[1].

Par exemple, la phrase suivante est un syntagme :

Il a acheté une modeste maison de briques rouges.
  • « une modeste maison de briques rouges » est un groupe ou syntagme nominal, sous-syntagme de la phrase, dont le noyau est « maison » ;
  • « de briques rouges » est un autre groupe nominal, sous-syntagme du précédent, dont le noyau est « briques » avec les satellites « de » et « rouges ».

Syntagme grammatical et syntagme sémantique[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

On n'a longtemps connu de la syntagmatique que les syntagmes grammaticaux qui sont largement développés dans cet article.

Il faut mentionner une nouvelle approche en matière de syntagme qui est la notion de syntagme sémantique[réf. nécessaire]. Dans cette notion, on regroupe avec le noyau du syntagme grammatical toutes les précisions qui se réfèrent au concept porteur du noyau du syntagme.

Ainsi un syntagme nominal dans l'exemple suivant est "un pantalon et une chemise parfaitement repassés" un pantalon est un syntagme grammatical, mais du point de vue sémantique le sens général de cette expression est "ses habits parfaitement repassés" on perçoit bien dans ce cas que parmi les éléments du langage ce qui est important du point de vue sémantique est l'expression "parfaitement repassés". Le fait qu'il s'agisse d'une chemise et d'un pantalon est une précision.

On a notamment besoin de ce concept pour appliquer les transformations de Chomsky, parce que des syntagmes grammaticaux nominaux doivent être manipulés avec le verbe qui les dirige au travers de prépositions.

Ainsi cet exemple tiré de l'industrie automobile :

  • VPP = "Recevant"
  • SN2 = "le message Can n°233 manquant comprenant le compteur de messages d'ouverture des portes"
  • VP = "est utilisé pour le besoin de resynchronisation par"
  • SN1 = "le Système"

On a une équivalence entre forme active et forme passive qui se formule par

<VPP><SN2><VP><SN1> ⇔ <SN1><VP><VPP><SN2>

L'application de cette transformation avec la découpe en syntagmes sémantique donne

  • SN1 = "Le système"
  • VP = "utilise pour le besoin de resynchronisation"
  • VPP = "le fait de recevoir"
  • SN2 = "le message Can n°233 manquant comprenant le compteur de messages d'ouverture des portes."

Cet exemple illustre le fait que le syntagme verbal VP n'a de sens que très pauvre s'il n'est pas amendé par "le besoin" qui n'obtient tout son sens que complété par "de resynchronisation".

Éléments constitutifs[modifier | modifier le code]

Noyau[modifier | modifier le code]

Le noyau (ou chef de groupe, ou support) est l'élément central d'un syntagme. Le noyau transmet toujours sa catégorie et sa fonction au syntagme dont il est le composant principal.

  • Le noyau d'un syntagme peut être une catégorie de base (mot simple ou mot composé), mais également un syntagme, c'est-à-dire, un sous-syntagme par rapport au syntagme de référence :
Une chemise en velours déchirée.
Dans ce syntagme nominal, le noyau est « chemise en velours », ce dernier étant lui-même un syntagme, ayant pour noyau le nom « chemise ».
  • Lorsque deux noyaux (ou davantage) sont présents dans un même syntagme, appartenant à la même catégorie et ayant la même fonction, ils sont dits parallèles. Deux noyaux parallèles sont, soit juxtaposés (c'est-à-dire, littéralement mis l'un à côté de l'autre), soit coordonnés, c'est-à-dire, reliés par un ou plusieurs coordonnants :
Il porte toujours un pantalon et une chemise parfaitement repassés.
Dans le syntagme nominal « un pantalon et une chemise parfaitement repassés », le noyau est double, constitué des syntagmes nominaux « un pantalon » et « une chemise », syntagmes coordonnés. L'unique satellite de ce syntagme est le syntagme adjectival « parfaitement repassés », épithète du double noyau.

Satellites[modifier | modifier le code]

Dans un syntagme, un satellite est un composant dépendant du noyau de ce syntagme.

À la place du mot satellite, certains grammairiens préfèrent parler d'expansion, de subordonné (avec un sens très général), ou encore, de complément (mais ce dernier terme pose un problème, puisqu'il est déjà employé en grammaire traditionnelle avec un sens précis).
  • Contrairement au noyau, tous les satellites d'un syntagme, sans exception, quelle que soit leur taille et leur aspect, peuvent appartenir à n'importe quelle catégorie (nom, article, conjonction…) :
Quel spectacle émouvant !
Le nom « spectacle » est le noyau de ce syntagme nominal. Les satellites en sont : l'adjectif exclamatif « quel » et l'adjectif qualificatif « émouvant ».
Jacques a aimablement invité Nathalie.
Le verbe « a invité » est le noyau de cette proposition (ou groupe verbal). Les satellites en sont : les deux noms propres « Jacques » (sujet du verbe) et « Nathalie » (C.O.D. du verbe), et l'adverbe « aimablement ».
  • Tout satellite peut donc être une catégorie ordinaire (mot simple ou mot composé), mais également un syntagme, c'est-à-dire, un sous-syntagme par rapport au syntagme de référence :
Une chemise bon marché.
Le nom « chemise » est le noyau de ce syntagme nominal. Les satellites sont : l'article indéfini « une » (mot simple) et l'adjectif qualificatif « bon marché » (locution adjectivale).
La voiture que j'ai achetée.
Le nom « voiture » est le noyau de ce syntagme nominal. Les satellites sont : l'article défini « la » (mot simple) et le syntagme verbal « que j'ai achetée » (proposition subordonnée relative).
  • Un même mot peut être noyau de plusieurs syntagmes concentriques :
Un gentil petit chat.
Ce syntagme nominal a pour noyau, non pas le nom « chat », mais le syntagme nominal « petit chat », ce dernier étant à son tour composé d'un noyau (le nom « chat ») et d'un satellite (l'adjectif qualificatif épithète « petit »).
  • À l'instar de ce qui se passe pour le noyau, lorsque deux satellites (ou davantage) d'un même syntagme appartiennent à la même catégorie et ont la même fonction, ils sont dits parallèles. Deux satellites parallèles sont dits coordonnés s'ils sont réunis par un mot-outil (un coordonnant), et juxtaposés (c'est-à-dire, littéralement mis l'un à côté de l'autre), dans le cas contraire :
Tu as mangé de la salade, une pizza achetée au marché, des cerises que mon voisin m'a offertes.
Les trois syntagmes « de la salade », « une pizza achetée au marché », et « des cerises que mon voisin m'a offertes », sont des satellites parallèles juxtaposés ; tous les trois sont des syntagmes nominaux, et leur fonction est C.O.D. du noyau verbal « as mangé ».
Le voisin dont je t'ai parlé et qui m'a offert des cerises, aimerait te rencontrer.
Les deux syntagmes verbaux « dont je t'ai parlé » et « qui m'a offert des cerises », sont des satellites parallèles coordonnés (reliés par la conjonction de coordination « et »); tous les deux sont des propositions subordonnées relatives, et leur fonction est complément de l'antécédent « le voisin ».

Types[modifier | modifier le code]

Seul un mot plein (ou à la rigueur, un pronom) peut être le noyau d'un syntagme, donc, selon la catégorie du noyau, on pourra distinguer seulement quelques types de syntagmes.

Syntagme nominal[modifier | modifier le code]

Un syntagme nominal a pour noyau un nom :

Le petit chien blanc de mon voisin a aboyé toute la nuit.
Le syntagme nominal « Le petit chien blanc de mon voisin » a pour noyau le nom chien.
Le courrier électronique est probablement le service le plus utilisé par les internautes.
Le syntagme nominal « le service le plus utilisé par les internautes » a pour noyau le nom service.
À midi, nous avons mangé quelque chose de bon.
Le syntagme nominal « quelque chose de bon » a pour noyau le pronom « quelque chose ».

Syntagme adjectival[modifier | modifier le code]

Un syntagme adjectival a pour noyau un adjectif qualificatif :

[J'ai un jardin] tout plein de roses odorantes.
Le syntagme adjectival « tout plein de roses odorantes » a pour noyau l'adjectif qualificatif « plein ».

Syntagme adverbial[modifier | modifier le code]

Un syntagme adverbial a pour noyau un adverbe :

Ils ont dû payer une amende conformément à la loi.
Le syntagme adverbial « conformément à la loi » a pour noyau l'adverbe « conformément ».

Syntagme verbal[modifier | modifier le code]

Un syntagme verbal a pour noyau un verbe. En conséquence, le syntagme verbal correspond, selon le cas, à une proposition ou bien à une phrase :

Il a travaillé courageusement toute la fin de semaine.
Le syntagme verbal « Il a travaillé courageusement toute la fin de semaine » a pour noyau le verbe « a travaillé ».

Lorsque le noyau d'un syntagme verbal est un verbe non conjugué, on peut préciser, selon le mode de ce verbe : groupe infinitif, groupe participe présent ou groupe participe passé.

Pour certains grammairiens, le syntagme verbal n'inclut pas toute la proposition, mais la proposition moins le syntagme nominal (ou pronominal) sujet. Il existe donc à ce titre, deux conceptions :

  • proposition = syntagme verbal (le sujet est un satellite du verbe noyau, au même titre que les autres satellites) ;
  • proposition = syntagme verbal + syntagme sujet (les satellites du sujet sont distincts de ceux du verbe).

Syntagme prépositionnel[modifier | modifier le code]

Un syntagme prépositionnel a pour noyau une préposition et pour sous-syntagme un syntagme nominal[2].

Je pars à trois heures.
Le syntagme prépositionnel « à trois heures » a pour noyau la préposition « à ».

Limite du syntagme[modifier | modifier le code]

Un syntagme divisible possède des éléments constitutifs autonomes : « une pomme de mon jardin ».

Les syntagmes suivants sont indissociables[réf. nécessaire] :

Si les mots composés sont reconnus par la langue (on dit qu'ils sont lexicalisés) et constituent ainsi des blocs associatifs nécessaires, les syntagmes au contraire, font l'objet d'une libre combinaison de la part du locuteur, et constituent donc de simples associations contingentes.

En ce qui concerne les mots composés, il faut noter au préalable que l'orthographe des composés unifiés, des composés à apostrophe et des composés à trait d'union, n'étant pas morcelée par des espaces, ces trois types apparaissent bien sur le papier comme des entités de base, indivisibles. En fait, seuls les composés lexicaux détachés, c'est-à-dire les locutions, peuvent poser problème, puisqu'il y a conflit entre leur apparence morcelée et leur nécessaire unité (une seule catégorie, une seule fonction, une seule signification).

Moyen pratique de les distinguer[modifier | modifier le code]

Dans un syntagme, les éléments constitutifs ont été librement combinés, selon les règles de la syntaxe, alors que dans une locution, il n'y a pas de libre combinaison : la locution est sélectionnée par le locuteur comme un bloc prêt à l'emploi, et à l'intérieur de celle-ci, il n'y a pas nécessairement de syntaxe.

  • Prenons par exemple le segment « paysage magnifique ». On remarque que chacun de ses deux éléments a un sens distinct et repérable, distinct de la signification globale du segment. En modifiant l'un des deux éléments du segment, nous pouvons obtenir une infinité de nouveaux segments : « paysage languissant », « paysage mystérieux », « paysage grandiose », etc., ou encore, « film magnifique », « spectacle magnifique », « château magnifique », etc. Si la signification générale du segment est bien changée, les rapports syntaxiques initiaux, eux, ne sont pas modifiés. En effet, il y a toujours deux éléments distincts ayant chacun sa fonction propre, et surtout, son sens propre. Par conséquent, « paysage magnifique » constitue un véritable syntagme.
  • En revanche, si nous faisons la même chose avec le segment « petit pois », nous constatons tout d'abord que nous ne pouvons pas modifier l'ordre des mots, car « pois petit » n'a pas le même sens. Ensuite nous remarquons que chaque élément de ce segment n'a pas de sens propre (un «petit pois», en effet, n'est pas un pois de petite taille, mais un type de légume particulier que l'on appelle ainsi afin de le distinguer d'autres légumes apparentés, tels que les « pois gourmands », par exemple). Par conséquent, « petit pois » est bien un nom composé, soit, une locution nominale.
  • C'est souvent le contexte qui seul permet de décider si l'on a affaire à un syntagme ou bien à une locution. Par exemple, si nous utilisons le segment « montagnes russes », pour désigner littéralement « des montagnes situées en Russie » (comme on peut dire : « plaines russes », « fleuves russes », « villes russes », etc., ou encore, « montagnes chinoises », « montagnes européennes », « montagnes françaises », etc.), il s'agit bel et bien d'un groupe nominal formé d'un nom et de son adjectif épithète. Par contre, si nous utilisons ce même segment pour désigner le toboggan de la fête foraine (métaphore lexicalisée), il ne s'agit plus alors d'un syntagme, mais d'une locution nominale, formée d'éléments indissociables.

Difficulté de la distinction[modifier | modifier le code]

Mais il faut reconnaître que dans la pratique, les limites entre la locution et le syntagme, sont souvent floues.

Par exemple, le segment « grand homme » (c'est-à-dire, un homme grand par ses qualités et ses actions), est-il un syntagme nominal (divisible en nom commun précédé d'une épithète) ou bien une locution ?

  • S'il s'agit d'un simple syntagme nominal, on doit pouvoir dire, par exemple, en conservant une signification analogue, « Marie Curie fut une grande femme ». Or, ce n'est pas le cas.
  • S'il s'agit d'une locution, on doit pouvoir dire, par exemple, en conservant une signification analogue, « Marie Curie fut un grand homme ». Or, ce n'est pas le cas non plus.

Par conséquent, le segment « grand homme » n'est plus tout à fait un syntagme nominal ordinaire, mais n'est pas encore tout à fait une locution (entre locution et syntagme, faudra-t-il inventer le concept de semi-locution ?).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Starets 2000, p. 25
  2. Starets 2000, p. 32

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moshe Starets, Théories syntaxiques du français contemporain, Presses Université Laval, , 206 p. (ISBN 978-2-7637-7756-6)