Commune de plein exercice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Commune (France).

En France, une commune de plein exercice est une commune ultramarine dont l'organisation, le fonctionnement et les attributions sont comparables à ceux d'une commune métropolitaine.

Les communes de plein exercice apparaissent, à l'époque coloniale, avec la création des communes de Saint-Pierre et de Miquelon (aujourd'hui Miquelon-Langlade) à Saint-Pierre-et-Miquelon par le décret du et celle des communes de Saint-Louis et de Gorée au Sénégal par le décret du . Deux autres communes de plein exercice sont créées au Sénégal : Rufisque par le décret du et Dakar par le décret du .

En Nouvelle-Calédonie, Nouméa est créée par le décret du et, dans les Établissements français d'Océanie (aujourd'hui Polynésie française), Papeete est créée par le décret du .

Sous la IVe République, la loi du créée quarante-quatre communes de plein exercice, à savoir : Thiès, Kaolack, Ziguinchor, Diourbel, Louga et Gorée au Sénégal ; Bamako, Kayes, Mopti et Segou au Soudan (aujourd'hui Mali) ; Konakry (aujourd'hui Conakry), Kindia, Kankan, Mamou et N'Zérékoré (aujourd'hui Nzérékoré) en Guinée ; Porto-Novo, Cotonou, Ouidah, Abomey et Parakou au Dahomey (aujourd'hui Bénin) ; Abidjan, Bouaké et Grand-Bassam en Côte d'Ivoire ; Niamey au Niger ; Ouagadougou et Bobo-Dioulasso en Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso) ; Brazzaville et Pointe-Noire au Moyen-Congo (Congo-Brazzaville) ; Fort-Lamy (aujourd'hui N'Djaména) au Tchad ; Douala, Yaoundé et N'Kongsamba (aujourd'hui Nkongsamba) au Cameroun ; Lomé, Anecho (aujourd'hui Aného), Atakpamé et Sokodé au Togo ; Tananarive (aujourd'hui Antananarivo), Majunga (Mahajanga), Diégo-Suarez (Antsiranana), Tamatave (Toamasina) et Fianarantsoa à Madagascar[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi no 55-1489 du 18 novembre 1955 relative à la réorganisation municipale en Afrique occidentale française, en Afrique équatoriale française, au Togo, au Cameroun et à Madagascar, Journal officiel de la République française, , p. 11274-11279 (fac-similé, consulté le 8 octobre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]