Miquelon-Langlade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Miquelon-Langlade
Miquelon-Langlade
Vue de Miquelon depuis le Calvaire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Saint-Pierre-et-Miquelon
Maire
Mandat
Franck Detcheverry
2020-2026
Code postal 97500
Code commune 97501
Démographie
Gentilé Miquelonnais
Population
municipale
591 hab. (2017 en diminution de 5,59 % par rapport à 2012)
Densité 2,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 00″ nord, 56° 22′ 45″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 240 m
Superficie 205 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Saint-Pierre-et-Miquelon
Voir sur la carte administrative de Saint-Pierre-et-Miquelon
City locator 14.svg
Miquelon-Langlade
Géolocalisation sur la carte : Saint-Pierre-et-Miquelon
Voir sur la carte topographique de Saint-Pierre-et-Miquelon
City locator 14.svg
Miquelon-Langlade
Liens
Site web miquelon-langlade.fr

Miquelon-Langlade est avec Saint-Pierre l'une des deux communes françaises de la collectivité d'outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon, un archipel au large du Canada.

Avec une population de 596 habitants en 2016, Miquelon-Langlade est la moins peuplée des deux communes (10 % de la population totale de l'archipel). Le village de Miquelon-Langlade est situé au sud de la presqu'île du Cap, sur le bord de l'anse de Miquelon et à proximité immédiate du Grand Étang de Miquelon au sud, qui sépare Le Cap de Grande Miquelon. Toute la population de l'île de Miquelon est regroupée dans le village de Miquelon-Langlade. Il y a toutefois des habitations dans les autres presqu'îles de Miquelon, notamment à Langlade, mais il ne s'agit que de résidences secondaires habitées temporairement et qui ne dépendent qu'administrativement de la commune de Miquelon-Langlade.

Le village dispose d'une banque (la BSPM, Banque de Saint-Pierre et Miquelon), d'un DAB de la Caisse d'Épargne (dépendant de l'agence à Saint-Pierre), d'une école maternelle privée, d'une école primaire publique, d'un collège, d'une église (l'église Notre-Dame-des-Ardilliers, nom donné en hommage à l'église située à Saumur qui fut sa donatrice), d'un musée relatant les vestiges des naufrages[1], d'une bibliothèque municipale, d'un dispensaire médical composé d'un médecin généraliste (salarié de la sécurité sociale), de deux infirmiers diplômés d’État et de deux aides-soignants. On y trouve également un petit supermarché Match et quelques commerces de détails situé dans la rue principale.

La commune est reliée à la ville de Saint-Pierre par une navette maritime depuis le petit port local et par une navette aérienne depuis l'aérodrome de Miquelon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Miquelon-Langlade se compose d'un ensemble dénommé communément l'île de Miquelon, formé de trois parties géologiquement distinctes liées par des tombolos (grandes bandes du sable dunaire) :

  • la presqu'île du Cap, qui accueille le village de Miquelon, chef-lieu de la commune ;
  • la presqu'île de Grande Miquelon, qui dispose d'une lagune connue sous le nom de Grand Barachois où vit une grande population de phoques et d'autres animaux. Elle est également un site exceptionnel pour l'observation d'oiseaux ;
  • la presqu'île de Langlade (ou Petite Miquelon).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type océanique froid.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Miquelon peut être atteinte en bateau ou en avion depuis Saint-Pierre. L'aérodrome, situé près du village, est desservi par la compagnie locale Air Saint-Pierre avec des vols réguliers vers l'aéroport de Saint-Pierre-et-Miquelon, qui permet un transit plusieurs fois par semaine vers les villes d'Halifax, Montréal ou Québec et Saint-Jean de Terre-Neuve.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Miquelon est d'origine basque et signifie « Michaël ». Plusieurs familles de pêcheurs portent d'ailleurs ce patronyme sur l'île. En 1579, les noms Micquetõ et Micquelle sont apparus pour la première fois dans un guide de navigation de Martin de Hoyarsabal (ou Martin Oiarzabal), navigateur basque. Le nom a évolué avec le temps en Miclon, puis Micklon et finalement Miquelon[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Miquelon vers 1930

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Denis Detcheverry DVD Sénateur (UMP puis RDSE) depuis 2004
mars 2008 mars 2014 Stéphane Coste DVG Conseiller territorial, suppléant du sénateur
mars 2014 novembre 2017
(Démission)
Jean de Lizarraga SE Retraité de la Fonction publique territoriale
novembre 2017 juin 2020 Danièle Gaspard[3] DVG Professeure des écoles retraitée[4]
juin 2020 septembre 2020 Yannis Coste   Président de la délégation spéciale[5]
septembre 2020 En cours Franck Detcheverry[6]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1984, la commune de Miquelon-Langlade est jumelée avec la localité des Îles-de-la-Madeleine, un archipel du Québec situé à 400 kilomètres de Miquelon[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de Miquelon-Langlade est principalement d'origine basque, de la région de Saintes et acadienne, cette dernière étant arrivée après le Grand Dérangement.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1968. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

La loi relative à la démocratie de proximité du 27 février 2002 a, dans ses articles consacrés au recensement de la population, instauré des recensements de la population tous les cinq ans en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Mayotte et dans les îles Wallis-et-Futuna, ce qui n’était pas le cas auparavant

En 2017, la commune comptait 591 habitants[Note 1], en diminution de 5,59 % par rapport à 2012 (Saint-Pierre-et-Miquelon  : -1,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
627594698697626606624596591
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes jusqu'en 1999[11] puis population municipale à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héloïse Urtizbéréa, Miss Saint Pierre et Miquelon 2017 est originaire de Miquelon-Langlade, concours à l'élection Miss France 2018.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople au chef ondé tiercé en pal : d'azur cantonné d'une étoile d'or, d'argent et de gueules ; à la champagne d'azur chargée de deux morues d'argent. Un Harelde de Miquelon au naturel broche sur l'ondé du chef, tenant dans son bec, réunis, les drapeaux basque, breton et normand au naturel, ces derniers flottant et brochant sur la champagne[14].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]