Kindia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kindia
Kindia
Administration
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Région région de Kindia
Géographie
Coordonnées 10° 04′ 00″ nord, 12° 51′ 00″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guinée
Voir sur la carte administrative de Guinée
City locator 14.svg
Kindia

Kindia est une ville de Guinée située à 135 km de la capitale du pays, Conakry. C'est la capitale de la région de Kindia et le chef-lieu de la préfecture de Kindia, Cosmopolite, elle est peuplée en majorité de Soussous et de Peuls. De tradition agropastorale, elle est parfois surnommée « la cité des agrumes[1]».

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été fondée en 1904 sur le tracé du chemin de fer de Conakry à Kankan[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La commune urbaine de Kindia s'étend sur une superficie de 500 km2[3].
Le relief est constitué de plateaux dont l'altitude moyenne est de 400 m. Le mont Gangan culmine à 1 117 m[3].
Kindia est dotée d'un climat tropical humide de type Aw selon la classification de Köppen. La température moyenne annuelle est de 25,7 °C. Les précipitations sont d'environ 2 202 mm par an, moins importantes en hiver qu'en été[4]. Les vents dominants sont la mousson et l'harmattan[3].
La commune est arrosée par de nombreux cours d'eau qui alimentent les bassins de la Kolente et du Konkouré[3].
La végétation est constituée de savanes arborées, de savanes boisées et de forêts, dont plusieurs sont classées[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

C'est une ville cosmopolite où cohabitent de nombreuses ethnies, principalement des Soussous, des Peuls et des Malinkés. La langue dominante est le soussou[5].

À partir d'une extrapolation du recensement de 2014 (RGPH3), la population de Kindia Centre a été estimée à 182 280 personnes[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Wagons de la CBK.
Véhicule militaire se dirigeant vers le camp Kèmè Bouréma.

La Guinée abrite plus du tiers des réserves mondiales de bauxite, avec une production nationale de 60 millions de tonnes en 2018, principalement extraite en Guinée maritime par trois entités, dont la Compagnie des bauxites de Kindia (CGK) pour 6% de la production[7].

Kindia abrite aussi la première région militaire de Guinée, dont le siège se trouve au camp Kèmè Bouréma[8], connu à l'ère coloniale sous l'appellation de « camp Galliéni ». En 1960 on lui a donné le nom du général Kèmè Bouréma Touré, le plus jeune frère de Samory Touré[9].

Transport[modifier | modifier le code]

Kindia est une ville-carrefour où se croisent plusieurs routes nationales, en provenance de Conakry, Mamou, Télimélé, Forécariah et de la Sierra Leone. En 1991 une voie de contournement a été construite pour désengorger le centre urbain[10].

Les gares routières se sont développées et le transport urbain s’est considérablement accru : alors qu'en 1988 environ 1 300 véhicules traversaient la ville, leur nombre a été estimé à plus de 15 000 en 2010[10].
Un parc de taxis assure la desserte dans de nombreux quartiers. Des taxis-brousses relient le centre urbain à la totalité des districts[10].

Organisation de la commune[modifier | modifier le code]

La commune urbaine de Kindia est une collectivité territoriale gérée par un organe délibérant dont l'exécutif est constitué par le maire de la commune.

Elle compte une quarantaine de quartiers. En 2014 (RGPH3), les plus peuplés sont Gangan, Sambaya, Koliady I, Kenendé, Kindia-Gare, Sinaniya, Condetta III[11].

Kindia a connu le passage de différents maires depuis le , dont Ibrahima Sambegou Diallo, de l'Union pour le progrès et le renouveau (UPR), le premier maire de la commune urbaine de Kindia[12]. En 2014, Mamadou Dramé, maire de Kindia pendant 20 ans et président de l’Association nationale des communes de Guinée, a reçu les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur pour avoir fait de sa ville « un exemple de gestion innovant[13] ». Depuis les élections communales du , la mairie est gérée par Mamadouba Bangoura, un proche de Mamadou Sylla, de l'Union démocratique de Guinée (UDG[14]).

Sport[modifier | modifier le code]

Terrain de football dans la banlieue de Kindia.

La ville dispose d'un stade de 2 500 places, le stade Fodé Fisa[15]. C'est là que joue le Loubha FC de Télimélé.

Éducation[modifier | modifier le code]

Pour l'enseignement supérieur elle comporte l'Université de Kindia et l'ENI.

Personnalités nées à Kindia[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mams Sow, « Kindia : un weekend dans la cité des agrumes », http://guineeactu.info, 9 mai 2013 [1]
  2. Britannica, Kindia, britannica.com, USA, consulté le 23 juin 2019
  3. a b c d et e Commune urbaine de Kindia. Plan de développement communal horizon 2015, p. 2
  4. « Climat Kindia », climate-data.org [2]
  5. Commune urbaine de Kindia. Plan de développement communal horizon 2015, p. 3
  6. République de Guinée, Institut national de la statistique, Annuaire statistique 2016, p. 53 [3]
  7. Diawo Barry, « Guinée : le grand boom de la bauxite », Jeune Afrique, 16 mai 2019 [4]
  8. « 59e anniversaire de l’armée à Kindia : le colonel Ibrahima Kalil Condé sur l'historique du camp Kèmè Bouréma », guineematin.com, 2 novembre 2017 [5]
  9. (en) Mohamed Saliou Camara, Thomas O'Toole, Janice E. Baker, « Camp Kémé Bouréma », in Historical Dictionary of Guinea, Scarecrow Press, 2013 (5e éd.), p. 71 (ISBN 9780810879690)
  10. a b et c Commune urbaine de Kindia. Plan de développement communal horizon 2015, p. 4
  11. Annuaire statistique 2017 de l’administration du territoire et de la décentralisation, p. 158 [6]
  12. « Le premier maire de Kindia fut Ibrahima Sambégou Diallo, rappelle Habib Yimbering Diallo », africaguinee.com, 18 octobre 2018 [7]
  13. « Le docteur Dramé, maire de Kindia, Chevalier de la Légion d’Honneur », Ambassade de France à Conakry, 26 avril 2014 [8]
  14. « Guinée: Mamadouba Bangoura, nouveau maire de Kindia ? », africaguinee.com, 15 octobre 2018 [9]/
  15. « Stade Fodé Fisa », Soccerway [10]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nyankoye Belekana Thea, Monographie de Kindia 1920-1940, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1982, 104 p. (mémoire de maîtrise)
  • Seydouba Cissé, Michel Kourouma, Monique Pesche, Kindia, jardin de la Guinée, L'Harmattan, 2007, 100 p. (ISBN 9782296036055)

Liens externes[modifier | modifier le code]