Fort-Lamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Fort-Lamy (Cameroun).

Fort-Lamy est le nom donné par les colons français à la ville de N'Djaména, actuelle capitale du Tchad.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fort-Lamy a été fondée par Émile Gentil le sur l'emplacement d'un petit village kotoko, sur la rive droite du fleuve Chari et à proximité de la confluence du Chari et du Logone.

Fort-Lamy fut baptisée en souvenir du commandant François Joseph Amédée Lamy, décédé à la bataille de Kousseri quelques jours plus tôt. La ville devient la 4e commune mixte d'Afrique équatoriale française en 1919[1].

Le , le président François Tombalbaye la renomme N'Djaména, du nom du village arabe voisin Am Djamena, signifiant « le lieu où l'on se repose ».

La commune a été décorée, le 26 décembre 1950, de la croix de guerre 1939-1945[2] avec palme de bronze.

Personnages notables[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Lisette a été maire de Fort-Lamy en 1956. Il est devenu l'année suivante vice-président du Conseil de Gouvernement du Tchad. Né le à Puerto Bello (Panama) et mort le à Port-de-Lanne (Landes, France), il a joué un rôle important dans la décolonisation du Tchad.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Virginia Thompson, Richard Adloff, The Emerging States of French Equatorial Africa, Stanford University Press, 1960, p. 52.
  2. Communes décorées de la croix de guerre 1939-1945.

Bibliographie[modifier | modifier le code]