Chadenac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chadenac
Chadenac
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Pons
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Saintonge
Maire
Mandat
Gérard Guibert
2014-2020
Code postal 17800
Code commune 17078
Démographie
Gentilé Chadenacais
Population
municipale
489 hab. (2016 en augmentation de 22,25 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 32″ nord, 0° 26′ 27″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 112 m
Superficie 14,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chadenac

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Chadenac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chadenac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chadenac

Chadenac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Chadenacais et les Chadenacaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Chadenac se situe dans le sud du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chadenac
Biron Échebrune Jarnac-Champagne
Avy Chadenac Neuillac
Marignac Neulles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Chadenac est très légèrement vallonnée, ce qui est propice à la culture de la vigne (destinée au cognac) dont les plantations représentent une importante surface de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jacques Poussard, chevalier et seigneur de Payré, conseiller et chambellan du Roi, maire de La Rochelle en 1378, 1383 et 1391, acquit le 11 juin 1414, la forteresse et tour de Chadenac. Il était l'époux de Catherine de Vivonne.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 En cours Gérard Guibert DVD Retraité agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Chadenac appartient au canton de Pons dont elle constitue l'une des 19 communes, mais elle adhère à la Communauté de communes de la Haute-Saintonge dont le siège administratif est situé à Jonzac.

Par contre, elle rejoint son chef-lieu de canton dans le cadre de l'adhésion au Pays de Haute-Saintonge où le siège administratif demeure fixé à Jonzac.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 489 habitants[Note 1], en augmentation de 22,25 % par rapport à 2011 (Charente-Maritime : +2,64 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
721748678875860807796827793
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
801826814797740687655661640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
626644670592551556544512516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
601531473429424425422392474
2016 - - - - - - - -
489--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d'hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 12,8 %, 30 à 44 ans = 15,3 %, 45 à 59 ans = 27 %, plus de 60 ans = 27,6 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 16,3 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 32,1 %).
Pyramide des âges à Chadenac en 2007 en pourcentage[7]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,0 
13,8 
75 à 89 ans
15,8 
13,3 
60 à 74 ans
15,3 
27,0 
45 à 59 ans
21,9 
15,3 
30 à 44 ans
16,3 
12,8 
15 à 29 ans
13,3 
17,3 
0 à 14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est une ressource économique importante. La commune est située en Petite Champagne, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[9].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
Article détaillé : Église Saint-Martin de Chadenac.

Cette église romane bâtie aux XIIe et XIVe siècles était à l'origine une dépendance de l'abbaye Saint-Sauveur de Charroux.

Elle est constituée d’un chœur rectangulaire voûté d’ogives, de transepts et d’une nef unique à six travées étroites dont la voute fut détruite pendant les guerres de religion. Le bras de transept sud et la chapelle sont aussi voûtés d’ogives. La coupole est octogonale. La façade remarquable notamment autour du portail central, montre diverses figures et personnages. Elle est appelée « Marquise de Saintonge ».

L'église Saint-Martin est classée au titre des monuments historiques, par arrêté du 11 août 1883[10].

Borne milliaire[modifier | modifier le code]

Une borne romaine[11] est visible sous un abri, avec d'autres vestiges, auprès de l'église Saint-Martin de Chadenac.

Cette pierre calcaire dont l'inscription est datée des années 45-46 ap. J.-C. (sous l'empereur Claude) a été remployée en cuve de sarcophage dès l'Antiquité tardive ou au haut Moyen Âge, après avoir été retaillée, ce qui a amputé les premières lignes écrites ainsi que l’unité de longueur. Au vu de la distance de 24 milles partiellement indiquée dans le texte[12], que comme les éditeurs du CIL Louis Maurin (auteur de la Carte archéologique de la Gaule du département) envisage depuis Mediolanum (Saintes) en direction de Guimps[13], et bien que le nom du chef-lieu reste discuté, il est probable que la borne a été déplacée d'environ 4 km depuis son emplacement premier[14], sur la voie antique dans l'axe de la frontière sud de la commune[15].

Mis au jour en 1863 lors des premières fouilles du cimetière gallo-romain du « Terrier de la Chapelle » (une chapelle détruite au XVIIIe siècle et dédiée à sainte Sône), à environ 600 m à l’est-sud-est du bourg[16], le milliaire est d’abord déplacé au bord de la route près du lieu de découverte. Au XXe siècle, il est installé à son emplacement actuel, auprès de l'église Saint-Martin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Évolution et structure de la population à Chadenac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 janvier 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 janvier 2010)
  9. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  10. « Église Saint-Martin », notice no PA00104638, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Voir plus de détails sur la base petrae (Louis Maurin, 2014), une vue géolocalisée (45° 32′ 31″ N, 0° 26′ 38″ O) sur Street View, et aussi d'autres bornes dans la liste des bornes milliaires de France protégées aux monuments historiques (le monument en question étant propriété de la commune et dans le périmètre de protection de l'église Saint-Martin).
    Bibliogr. :
    * Louis Maurin, CAG-17-1. Charente-Maritime, 2000, p. 125 et à propos du cimetière p. 126-129 (partiellement en ligne).
    * Gerold Walser, CIL XVII-2, 1986, inscr. 428 (CIL 17-02, 00428).
    * Theodor Mommsen, et al., CIL XIII, 1907, inscr. 8900 p. 655 (en ligne).
  12. [Ti(berius) Claudius] / [Drusi f(ilius) Caes(ar) Aug(ustus)] / [Germanicus, pont(ifex) max(imus)], / ṭṛịḅụṇ[ic(ia) potest(ate) ---], / imperatọṛ XI, [p(ater) p(atriae)], / co(n)s(ul) I̅I̅I̅ design(atus) [IIII], / (milia passuum) X̅X̅I̅V̅ Ṃ[ed(iolano)]
    Traduction de Louis Maurin (2014) : Tibère Claude César Auguste Germanicus, fils de Drusus, souverain pontife, en sa 5e (?) puissance tribunicienne, acclamé imperator 11 (?) fois, père de la patrie, consul 3 fois, désigné pour la 4e. 24e mille depuis Mediolanum.
  13. Peut-être jusque Périgueux, comme cela est parfois envisagé.
  14. Qui, très hypothétiquement, serait alors aux environs de 45° 30′ 19″ N, 0° 23′ 06″ O, dans la commune de Neuillac.
  15. Une autre hypothèse non communément admise propose que l’unité de mesure soit une lieue gauloise de 2 416 m et que la borne ait indiqué la distance depuis Aubeterre-sur-Dronne. Cf. Jacques Dassié, « Archéologie aérienne, la grande lieue gauloise », (consulté le 5 octobre 2014). Il faut souligner que ces hypothèses publiées depuis 1999 ne sont pas reprises dans les publications archéologiques récentes, comme celles de Louis Maurin.
  16. Aux environs de 45° 32′ 17″ N, 0° 25′ 58″ O.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]