Châtillon-sur-Broué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Châtillon-sur-Broué
L'église de la Nativité de la Vierge.
L'église de la Nativité de la Vierge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Vitry-le-François
Canton Sermaize-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes Perthois-Bocage et Der
Maire
Mandat
Joël Reser
2014-2020
Code postal 51290
Code commune 51135
Démographie
Population
municipale
68 hab. (2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 48″ N 4° 42′ 14″ E / 48.5467, 4.703948° 32′ 48″ Nord 4° 42′ 14″ Est / 48.5467, 4.7039
Altitude Min. 121 m – Max. 141 m
Superficie 6,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Broué

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Broué

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Broué

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Broué

Châtillon-sur-Broué est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Châtillon-sur-Broué se situe dans le sud-est de la Marne, à proximité de l'Aube et de la Haute-Marne. Le village se trouve au sud-ouest du lac du Der-Chantecoq. La commune comprend le village-rue de Châtillon-sur-Broué, le long de la route départementale 55, ainsi que plusieurs fermes aux alentours[1].

La commune est arrosée par le ruisseau des Gros Prés, qui prend sa source à Drosnay, et ses affluents : la Varanne et le ruisseau de Braux, qui se jettent dans les étangs voisins (à Outines et Droyes). Au sud-ouest du village, on trouve un bois appelé la Culée, et un autre au nord, au lieu-dit la Côte du Vieux Moulin[1].

Châtillon-sur-Broué est limitrophe des communes d'Outines à l'ouest, de Droyes au sud et de Giffaumont-Champaubert à l'est. Le territoire communal forme un triangle grossier entre ces communes[1].

Communes limitrophes de Châtillon-sur-Broué
Outines Châtillon-sur-Broué Giffaumont-Champaubert
Droyes

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes du Bocage champenois, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes Perthois-Bocage et Der.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[2], trois petites communautés de communes préexistantes :
- la communauté de communes du Bocage Champenois ;
- la communauté de communes Marne et Orconte ;
- la communauté de communes du Perthois  ;
ont fusionné pour créer la nouvelle communauté de communes Perthois-Bocage et Der, à laquelle se sont également jointes une commune détachée de la communauté de communes de Val de Bruxenelle (Favresse) et la commune isolée de Gigny-Bussy[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Joël Reser    
2008[4] 2014 Pierre Le Thies    
2014[5] en cours
(au 4 juillet 2014)
Joël Reser    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 68 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100 126 107 97 134 142 141 156 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
149 162 163 159 160 154 158 136 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
142 131 130 98 85 90 87 75 72
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
58 57 43 53 53 60 61 62 68
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité-de-la-Vierge.

L'église de la Nativité-de-la-Vierge est une église à pans de bois des XVIe et XVIIe siècles. Elle est inscrite sur la liste des monuments historiques en 1977[8]. Elle compte un intéressant clocher à doubles pans, sur portique, et des vitraux du XIXe siècle.

L'église abritait autrefois une statue de la Vierge à l'Enfant, classée, datant du XVIe siècle, mais elle est aujourd'hui disparue[9]. De même, les vitraux de l'église représentant les disciples d'Emmaüs, la Vierge de Pitié, l'Assomption et une donatrice ont été détruits en 1973 par un ouragan. Ils étaient eux aussi du XVIe siècle et classés monument historique[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte IGN de Châtillon-sur-Broué sur Géoportail. Consulté le 20 mai 2013.
  2. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  3. « Arrêté préfectoral du 17 avril 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes du Bocage Champenois, de la Communauté de communes du Perthois et de la Communauté de communes de Marne et Orconté en y incluant les communes de Favresse et de Gigny-Bussy », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Marne, no 5,‎ , p. 25-30 (lire en ligne [PDF]).
  4. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 16 août 2015).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  8. « Notice no PA00078661 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 20 mai 2013.
  9. « Notice no PM51000271 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 20 mai 2013.
  10. « Notice no PM51000272 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 20 mai 2013.