Châteauvieux (Alby-sur-Chéran)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Châteauvieux.

Châteauvieux ou château d'Alby
Image illustrative de l’article Châteauvieux (Alby-sur-Chéran)
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Comtes de Genève
Destination initiale Résidence seigneuriale
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Genevois
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Alby-sur-Chéran

Châteauvieux ou château d'Alby est un ancien château fort, du XIIIe siècle, qui se dressait sur la commune d'Alby-sur-Chéran dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il était l'un des sept châteaux, avec Le Donjon, Montconon, Montdésir, Montpon, Montvuagnard et Pierrecharve, qui assuraient la défense d'Alby. Ces châteaux constituaient un système défensif permettant de contrôler le passage du torrent.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges de Châteauvieux sont situés dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune d'Alby-sur-Chéran, sur la rive droite du Chéran, qu'il domine, en face de celui du Donjon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le haut Moyen Âge, le site fut fortifié. Les Burgondes, sur les deux collines entre lesquelles coule le Chéran, y établirent des fortifications. Elles sont à l’origine des deux plus anciens châteaux d'Alby-sur-Chéran ; Donjon et Châteauvieux. Ils commandaient alors le passage à gué sur la rivière sur la route reliant Annecy à Chambéry.

Ce fief qui relevait des comtes de Genève voit le comte Amédée II de Genève en faire hommage à Amédée V de Savoie en 1287[1], lors du traité de paix d'Annemasse[2].

En 1297, avec d'autres possessions, il fait partie de la garantie mise en place par Amédée II de Genève, sur une dot de 4 000 livres promise à son fils Guillaume III lors de son union avec la fille d'Amédée V de Savoie, Agnès de Savoie.

En 1308, un nouveau traité de paix est organisé entre les maisons de Genève et de Savoie, le nouveau comte de Genève, Guillaume III se doit de reconnaître tenir en fief du comte Amédée V « les châteaux et juridictions de Charousse, Alby, Hauteville et La Corbière »[3].

Il est donné en fief le 3 février 1340[1], par ce dernier, à son frère nommé également Amédée, branche collatérale qui gardera Châteauvieux jusqu'en 1505[1]. À la mort du dernier de cette branche, il passe au neveu de celui-ci en la personne de Jean de Boringe. Son fils le vend en 1551[1] à Henry Pelard, maître auditeur à la chambre des comptes d'Annecy, son beau-frère.

À son tour le fils de ce dernier, aide de camp des ducs de Savoie, en hérite. La famille Pelard le conservera jusqu'en 1751[1]. À cette date, il est vendu à Claude Mareschal de Luciane et par mariage échoit à la famille Buttet. Il est acheté en 1770[1] par Paul Joseph Biord, frère de l'évêque Jean-Pierre Biord, et le lègue en 1792[1] à ses neveux.

Déclaré bien national, il est vendu à Humbert Roux qui le cède à la famille Blanchet.

Description[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste de Châteauvieux que des débris de la muraille[4].

Châtellenie d’Alby[modifier | modifier le code]

Le château d’Alby est le siège d'une châtellenie, dit aussi mandement (mandamentum)[5]. Il s’agit plus particulièrement d’une châtellenie comtale, relevant directement du comte de Genève[6]. Dans le comté de Genève, le châtelain comtale est nommé par le comte et possède de nombreux pouvoirs[6],[7]. Avec l’intégration au comté de Savoie, à partir de 1401, celui-ci devient un « [officier], nommé pour une durée définie, révocable et amovible »[8],[9]. Il est chargé de la gestion de la châtellenie ou mandement, il perçoit les revenus fiscaux du domaine, et il s'occupe de l'entretien du château[10]. Le châtelain est parfois aidé par un receveur des comptes, qui rédige « au net [...] le rapport annuellement rendu par le châtelain ou son lieutenant »[11].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Nicolas Payraud, « Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle », HAL - Archives ouvertes, no tel-00998263,‎ , p. 3.4. La châtellenie de Sallanches (lire en ligne) extrait de sa Thèse de doctorat d'Histoire dirigée par Etienne Hubert, Université Lumière-Lyon-II (lire en ligne).
  • Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 383.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Maître est une qualité associée « aux procureurs, notaires, praticiens et commissaires »[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Georges Chapier 2005, p. 383.
  2. Traité spécial entre les comtes de Savoie et de Genevois, conclu à Annemasse, acte du , publié dans le Régeste genevois, 1866 (REG 0/0/1/1253).
  3. Traité de paix, à Saint-George d'Espéranche, entre les comtes de Savoie et de Genève du (REG 0/0/1/1626 et REG 0/0/1/1627).
  4. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 17.
  5. Payraud 2009, p. Annexe 8 : liste des ensembles fortifiés intégrés au corpus.
  6. a et b Pierre Duparc, Le comté de Genève, IXe-XVe siècle, t. XXXIX, Genève, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, coll. « Mémoires et Documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 616 p. (lire en ligne), p. 415.
  7. Pierre Duparc, Le comté de Genève, IXe-XVe siècle, t. XXXIX, Genève, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, coll. « Mémoires et Documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 616 p. (lire en ligne), p. 413-414.
  8. Christian Sorrel, Histoire de la Savoie : images, récits, La Fontaine de Siloé, , 461 p. (ISBN 978-2-8420-6347-4, lire en ligne), p. 146-147.
  9. Nicolas Carrier, « Une justice pour rétablir la « concorde » : la justice de composition dans la Savoie de la fin du Moyen Âge (fin XIIIe -début XVIe siècle) », dans Dominique Barthélemy, Nicolas Offenstadt, Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes du XXXIe Congrès de la SHMESP (Angers, 2000), Paris, Publications de la Sorbonne, , 391 p. (ISBN 978-2-85944-438-9), p. 237-257.
  10. Alessandro Barbero, « Les châtelains des comtes, puis ducs de Savoie en vallée d'Aoste (XIIIe-XVIe siècle) », dans Guido Castelnuovo, Olivier Mattéoni, « De part et d'autre des Alpes » : les châtelains des princes à la fin du moyen âge : actes de la table ronde de Chambéry, 11 et 12 octobre 2001, , 266 p. (lire en ligne).
  11. Nicolas Carrier, « A travers les archives médiévales de la principauté savoyarde - Les comptes de châtellenies », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org (consulté en mars 2018).
  12. « SA - Comptes des châtellenies, des subsides, des revenus et des judicatures », sur le site des Archives départementales de la Savoie - enligne.savoie-archives.fr (consulté en février 2018), p. 3
  13. Payraud 2009, p. 671-682, Annexe 11 : liste des châtelains recensés dans le cadre de cette étude.
  14. Laurent Perrillat, L'apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles : pouvoirs, institutions, société, vol. 113, t. 2, Académie salésienne, , 1070 p. (lire en ligne), « Annexe n°4 - Listes des châtelains et fermiers de châtellenies de l'apanage aux XVIe et XVIIe siècle », p. 939-940, « Faucigny ».
  15. Jean Nicolas, La Savoie au XVIIIe siècle, Noblesse et Bourgeoisie, Les Marches, La Fontaine de Siloé, coll. « Le Champ régional », , 1242 p. (ISBN 978-2-84206222-4, lire en ligne), p. 66.