Château de Montvuagnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Montvuagnard
Image illustrative de l’article Château de Montvuagnard
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Famille Vuagnard
Destination initiale Résidence
Coordonnées 45° 49′ 39″ nord, 6° 00′ 17″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Genevois
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Alby-sur-Chéran

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Château de Montvuagnard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montvuagnard

Le château de Montvuagnard, est une ancienne maison forte dont il ne subsiste que de très rares vestige, qui se dressait sur la commune d'Alby-sur-Chéran une commune française, dans le département de Haute-Savoie et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il est l'un des sept châteaux, avec Châteauvieux, Le Donjon, Montconon, Montdésir, Montpon et Pierrecharve, qui assuraient la défense d'Alby.

Ces châteaux constituaient un système défensif permettant de contrôler le passage du torrent.

Situation[modifier | modifier le code]

Il se dressait entre les villages de Chèdes-des-Dessus et Vons, situés au-dessus de la commune d'Alby-sur-Chéran, sur un monticule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château est mentionné sous les formes latines Mons Wagnardorum ou Castrum Montis Wagnardi, selon l'historien Léon Menabrea[2]. Il appartint dès son origine à la famille Vuagnard, originaire du Genevois.

Vers 1650[3], il passe à la famille de Montpon, et, en 1746[3], il est entre les mains du sénateur Cormand de Montpon. Ce dernier utilise une partie de ses pierres pour restaurer et agrandir son château de Montpon. Un siècle plus tard, le comte Joseph de Thiollaz, en fait de même, lors de la construction d'une nouvelle aile dans sa demeure de Montpon.

Description[modifier | modifier le code]

Entièrement détruit, il n'en subsiste que la trace de quelques murs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Georges Chapier 2005] Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 386-387.

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. Léon Menabrea, Des origines féodales dans les Alpes occidentales, Imprimerie royale, , 596 p. (lire en ligne), p. 327.
  3. a et b Georges Chapier 2005, p. 386-387.