Le Donjon (Alby-sur-Chéran)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Donjon
Image illustrative de l’article Le Donjon (Alby-sur-Chéran)
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction Av. fin XIIe siècle
Propriétaire initial Seigneurs de Montpon
Destination initiale Surveillance
Coordonnées 45° 49′ 07″ nord, 6° 01′ 11″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Genevois
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Alby-sur-Chéran

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Le Donjon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Donjon

Le Donjon, est une ancienne maison forte, dont il ne subsiste que de rares vestiges, qui se dressait sur la commune d'Alby-sur-Chéran dans le département de la Haute-Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il était l'un des sept châteaux, avec Châteauvieux, Montconon, Montdésir, Montpon, Montvuagnard et Pierrecharve, qui assuraient la défense d'Alby.

Ces châteaux constituaient un système défensif permettant de contrôler le passage du torrent.

Situation[modifier | modifier le code]

Les vestiges du Donjon sont situés dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune d'Alby-sur-Chéran. Il se dressait à l'ouest du Chéran, au centre du bourg autrefois fortifié, au sommet de la colline. À son emplacement s'élève l'église Saint-Maurice et son presbytère[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le haut Moyen Âge le site fut fortifié. Les Burgondes, sur les deux collines entre lesquelles coule le Chéran, y établirent des fortifications. Elles sont à l’origine des deux plus anciens châteaux d'Alby-sur-Chéran ; Donjon et Châteauvieux. Ils commandaient alors le passage à gué sur la rivière sur la route reliant Annecy à Chambéry.

Il devait dépendre des seigneurs de Montpon, qui transposèrent leur résidence, plus au nord, sur des terres leur appartenant, dans une boucle du Chéran. Il semble qu'il fut détruit à la fin du XIIe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Il n'en subsisterait que la chapelle castrale, réemployée dans le chœur de l'église et les maigres vestiges d'une tour.

La tour maitresse devait s'élever devant l'église. À droite du presbytère, s'élevait une autre tour, plus petite, découronnée à la Révolution et dont il reste quelques vestiges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Georges Chapier 2005] Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti », , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 382-383.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • ...