Carrépuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carrépuis
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Joël Keller
2014-2020
Code postal 80700
Code commune 80176
Démographie
Population
municipale
273 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 19″ nord, 2° 49′ 18″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 97 m
Superficie 5,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Carrépuis

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Carrépuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Carrépuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Carrépuis

Carrépuis est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Limitrophe de Roye, le territoire communal est desservi par les routes départementales 1017 et 930.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme latinisée de Quadratus puteus est employée dès 1179. En 1184, Carrépuis est relevé[1].

Le nom du village est supposé venir de puits, du latin puteus, « trou, fosse », « gouffre, fosse très profonde », « puits d’eau vive » ou même « puits de mine ». Son sens s’est ensuite étendu au « trou creusé pour atteindre une nappe d’eau souterraine ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes de pierre et des débris de poteries ont été découverts au lieu-dit le Fort[1].

En 1220, Raoul Flamant est le seigneur du village[1].

Au XVe siècle, les chanoines de Roye cachent à Carrépuis les reliques de saint Florent que le roi Louis XI voulait enlever[1].

En 1567, la famille de Soyécourt possédait le fief de Carrépuis et l'a conservé jusqu'à la Révolution[1].

Vers 1870, le moulin à vent est démoli. Il se trouvait au point le plus élevé du village, à l'ouest, vers Roye[1].

À la fin du XIXe siècle et depuis trois siècles, les Cavillier se distinguent dans la fabrication des cloches[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Marie-Josèphe Deledalle    
mars 2008[2] 2014 Luc Arnoult    
2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Joël Keller    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 273 habitants, en diminution de -5,21 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410 349 479 401 310 275 257 256 245
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
234 216 205 214 200 200 182 207 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
196 212 178 151 180 201 190 181 147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
160 173 215 206 198 218 291 272 273
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas.
  • Chapelle funéraire de l'Immaculée Conception, vers Nesle, en sortant du village. Construite avec autorisation administrative en 1873[8].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Notice géographique et historique réalisée par M. Fayez, l'instituteur de la commune, 1899, Lire la notice en ligne sur le site des Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 282 (ASIN B000WR15W8)