Briennon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Briennon
Image illustrative de l'article Briennon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Charlieu
Intercommunalité Charlieu-Belmont Communauté
Maire
Mandat
Christiane Longère
2014-2020
Code postal 42720
Code commune 42026
Démographie
Gentilé Briennonais
Population
municipale
1 709 hab. (2014 en diminution de 0,7 % par rapport à 2009)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 00″ nord, 4° 05′ 11″ est
Altitude Min. 253 m
Max. 345 m
Superficie 23,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Briennon

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Briennon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briennon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briennon
Liens
Site web briennon.fr

Briennon est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est situé au nord du département de la Loire, aux confins de l’Allier, du Rhône et de la Saône-et-Loire.Le village est situé au bord du canal de Roanne à Digoin et à côté de la Loire. Le pont du fleuve rejoint Pouilly-sous-Charlieu sur l'autre rive. Roanne est à 14 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Melay
(Saône-et-Loire)
Iguerande (Saône-et-Loire) Saint-Pierre-la-Noaille Rose des vents
La Bénisson-Dieu N Saint-Nizier-sous-Charlieu
Pouilly-sous-Charlieu
O    Briennon    E
S
Noailly Mably Vougy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du mot gaulois Briennos (« corbeau »), accompagné du mot gaulois magos. Le mot gaulois magos a d'abord désigné un simple champ, puis un champ de foire, un marché et enfin le village ou la ville qui se développe autour de ce marché.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À l'époque gallo-romaine, le site s'appelait Briennonum et son port, sur les rives de la Loire, était un centre d'activité important. Une voie romaine de Roanne à Autun et Nevers passait à Briennon où l'on a trouvé des monnaies gauloises[1]. Au Moyen Age s'y croisaient le "Grand Chemin " de Belleville à Vichy et le " Chemin Ferré " de l'Hôpital de Malle- val à Roanne et Nevers établi sur l'ancienne voie romaine.

Vers 1066, un monastère de l'ordre de Cluny s'y installe. Le clocher et le chœur de l'église paroissiale de Briennon en son aujourd'hui les vestiges. Briennon faisait alors partie du Brionnais[2].

Briennon était sous la suzeraineté des comtes du Lyonnais et Forez.

La commune fut chef-lieu de canton pendant la Révolution.

Le canal fut construit de 1830 à 1836 et relie Roanne à Digoin (on comptait environ 3200 péniches environ par an en 1938).

À cette époque et grâce à la construction du canal de Roanne à Digoin, le travail de la terre cuite (tuilerie-briquerie) se développe à Briennon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1803 1804 Verne   Maire en l'an XII
1822 1830 Duroing    
1835 1835 Seguin    
1840 1848 Robelin    
1875 1875 Alfred Helle    
1876 1880 Étienne Valendru    
1881 1898 Claude Marie Thoral    
1923 1925 Auguste Belot    
1997 en cours Christiane Longère[3] UMP Sénatrice de la Loire
(du 17 avril 2010 au 30 septembre 2011)

La commune est jumelée avec celle de Lassee (Autriche).

La mairie

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2014, la commune comptait 1 709 habitants[Note 1], en diminution de 0,7 % par rapport à 2009 (Loire : +1,5 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 865 1 055 1 154 1 167 1 263 1 312 1 329 1 163
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 205 1 194 1 245 1 305 1 321 1 379 1 311 1 319 1 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 392 1 407 1 315 1 252 1 275 1 198 1 104 1 101 1 172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 245 1 237 1 236 1 580 1 652 1 681 1 705 1 721 1 709
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les 1 709 habitants de la commune, en 2014, ont moins de 30 ans pour 523 d'entre eux, 654 ont entre 39 et 59 ans et 532 ont 60 ans ou plus[8]

Parmi les 1 006 personnes qui, en 2014, ont entre 15 et 64 ans. 74,9 % sont des actifs ayant un emploi, 7,6 % sont chômeurs, 7  % sont élèves ou étudiants, 13,9 % sont retraités ou préretraités et 4,3 % sont d’autres inactifs.

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements existants dans la commune en 2014 est de 754 ; 701 sont des résidences principales, 15 des résidences secondaires ou des logements occasionnels et 38 sont des logements vacants. Le nombre de maisons est de 659 et celui des appartements de 94[9].

Économie et emploi[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal il existe, au 31 décembre 2015, 126 établissements actifs qui emploient 304 salariés au total[10].

  • 15 appartiennent au secteur de l’agriculture ( 0 salariés).
  • 10 au secteur de l'industrie (115 salariés) dont 1 entreprise de plus de 70 salariés.
  • 19 sont du secteur de la construction (38 salariés au total)
  • 72 sont du secteur du commerce, des transports et des services divers (74 salariés au total)
  • 10 sont du secteur de l’administration publique, de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale (77 salariés au total).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

72 odonymes recensés à Boën-sur-Lignon
au 12 avril 2014
Allée Ave. Bld Carr. Chemin Cité Clos Imp. Montée Pass. Place Pont Route Rue Ruelle Sentier Square Autres Total
4 [N 1] 1 [N 2] 0 0 8 0 0 3 [N 3] 0 0 2 [N 4] 1 [N 5] 3 [N 6] 12 [N 7] 0 0 0 38 [N 8] 72
Notes « N »
  1. Allée Borchamps, Allée des Bambous, Allée des Lilas et Allée des Saules.
  2. Avenue de Verdun.
  3. Impasse Champremier, Impasse des Acacias et Impasse des Cordeliers.
  4. Place de Verdun et Place des Tuiliers.
  5. Pont des Justices.
  6. Route de Brate, Route de Melay et Route de Roanne.
  7. Dont Rue du 8-Mai-1945.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Péniche-Musée : c'est une péniche à visiter le long du Parc des Canaux : logement du marinier, timonerie, salle des machines, espace d'exposition et de projection.
  • Port de plaisance.
  • Église Saint-Irénée : l'église comporte un vaisseau moderne et un chœur ancien.

La partie ancienne est datée de la fin du XIe ou du début du XIIe siècle et comprend l’abside voutée en cul de four et précédée d’un avant-chœur qui est la base du clocher à 3 étages. Le deuxième étage du clocher est pourvu de deux baies géminées par face. À l'origine, ce clocher ne comportait que 2 étages.

La nef obscure et étroite fut remplacée en 1837 par la nef actuelle et ses collatéraux.

La chaire, œuvre du sculpteur Picaud de Roanne, est en marbre blanc et date du XIXe siècle ainsi que la décoration polychrome de l'intérieur exécutée par Zachéo.

Le chœur et le clocher sont inscrits aux Monuments historiques depuis le 6 septembre 1978[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grande encyclopédie du Forez et des communes de la Loire, Horvath,, , 517 p., Roanne et son arrondissement
  2. J.B. Derost, « Essai historique sur le Brionnais », Bulletin de la Société d'études du Brionnais,‎ ([BNF/Gallica%20ark:/12148/bpt6k9707970f lire en ligne])
  3. Briennon sur le site de l'Association des Maires de France
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. « Dossier complet Commune de Briennon (42026) », sur insee.fr,
  9. Cf. INSEE dossier complet
  10. Cf.INSEE dossier complet
  11. « Base Mérimée », sur http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/ (consulté le 15 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]