Breuchotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Breuchotte
Breuchotte
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Luxeuil
Maire
Mandat
Joël Daval
2014-2020
Code postal 70280
Code commune 70094
Démographie
Population
municipale
303 hab. (2016 en diminution de 2,26 % par rapport à 2011)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 13″ nord, 6° 28′ 12″ est
Altitude Min. 312 m
Max. 422 m
Superficie 4,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Breuchotte

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Breuchotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Breuchotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Breuchotte

Breuchotte est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Breuchotte
Raddon-et-Chapendu Amage
Froideconche Breuchotte
Esboz-Brest La Bruyère

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est baignée par les eaux du Breuchin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Luxeuil.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Luxeuil-les-Bains, puis, lors de sa scission en 1985, la commune a été rattachée au nouveau canton de Saint-Sauveur[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Mélisey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Luxeuil créée le

Dans le cadre du mouvement de réorganisation de l'intercommunalité en Haute-Saône induit par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, la commune souhaite, sans succès, être rattachée à la nouvelle intercommunalité constituée par la fusion de la communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon et de la majorité des communes membres de la communauté de communes des mille étangs[2]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989[3] En cours Joël Daval DVG Retraité de l'enseignement
Conseiller général de Saint-Sauveur (2008 → 2015)
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 303 habitants[Note 1], en diminution de 2,26 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
187191216235326306287402368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364439525557567540549530507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504528510402404401386373413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
378371317328335293308310306
2016 - - - - - - - -
303--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune est marquée par les restes de deux entreprises industrielles installées sur le site d'anciens moulins à eau :

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas érigé de monument aux morts, bien que 26 soldats originaires du village aient été tués pendant la Première Guerre mondiale. Le conseil municipal a décidé en 2015 d'honorer deux victimes, deux frères originaires du village, Albert Piercy, porté disparu le 23 juin 1916 à Verdun, et son frère Georges, tué le 25 septembre 1915 à Souain (Meuse). Une rue du village porte désormais leurs noms[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « La commune regarde toujours vers la Haute vallée de l’Ognon », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  3. « Joël Daval part pour un cinquième mandat », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Joël Daval, 61 ans, père de trois enfants, retraité de l’enseignement depuis le mois de septembre 2013 se représente pour un cinquième mandat à Breuchotte. Il réside au village depuis 1983 et a été élu maire en 1989 ».
  4. « Le maire a été réélu », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Féculerie et tissage de coton Forel, actuellement centrale hydroélectrique », notice no IA70000253, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Quatre Allemands ont investi près de 800.000 euros dans la micro-centrale de Breuchotte, pilotée à distance par internet et située sur l’ancien tissage Forel. Une entité destinée à capter de l’électricité revendue à l’opérateur historique. : « Produire de l’énergie propre » », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  10. « Tissage de coton Forel, puis atelier, actuellement logement », notice no IA70000254, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Recherches sur critères », Clochers de France.
  12. « Une rue dédiée à Albert et Georges Piercy », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).