Raddon-et-Chapendu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raddon (homonymie).
Raddon-et-Chapendu
L'église de Raddon, pont.
L'église de Raddon, pont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Luxeuil
Maire
Mandat
Joël Brice
2014-2020
Code postal 70280
Code commune 70435
Démographie
Population
municipale
925 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 33″ nord, 6° 28′ 19″ est
Altitude Min. 319 m – Max. 497 m
Superficie 12,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Raddon-et-Chapendu

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Raddon-et-Chapendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Raddon-et-Chapendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Raddon-et-Chapendu

Raddon-et-Chapendu est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la communauté de communes des mille étangs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Raddon-et-Chapendu est une bourgade du nord de la Haute-Saône situé entre Luxeuil-les-Bains et Faucogney, dans une vallée verdoyante cernée par les contreforts des Vosges comtoises. Avec 982 ha de surface boisée, entre plaine, plateau, collines et étangs, le territoire de la commune est propice aux randonnées[1].

Ses habitants s'appellent les Radonnais et les Radonnaises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fougerolles Saint-Bresson Rose des vents
Froideconche N
O    Raddon-et-Chapendu    E
S
Breuchotte Amage

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Raddon, ruisseau d'une dizaine de kilomètres de long qui prend sa source à 650 m d'altitude dans les hauts de Saint-Bresson et se jette dans le Breuchin à Breuchotte, passe dans la commune[2].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La Fin, la Citadelle, la Maladière, le Rang-de-Fahy, Maestrik, le Haut-de-la-Côte, la Cubette, le Pas-de-Bœuf, Chapendu, les Forges, les Granges-Durand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1258, le village s’appelait Randon. Le nom de Raddon serait à rapprocher d'un nom d'homme germanique, Ratdo[3] ; c’est en 1510 qu’il prend définitivement le nom de Raddon. Selon Gilles Cugnier[4], Radon aurait été un disciple de Walbert, Raddon-et-Chapendu se situant à mi-chemin de Luxeuil et d'Annegray, deux lieux historiques associés à saint Colomban et à saint Valbert.

Chapendu est un hameau dont l'étymologie est incertaine (peut-être une déformation dialectale de champs pentus). Selon une autre version, le nom ferait référence aux moines qui suspendaient leurs chapes lors de leurs travaux aux champs ; une autre encore suggère que, pour conjurer le mauvais sort, les habitants de ce hameau pendaient des chats sur la porte de leur habitation[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée du hameau de Chapendu.

Une tradition non confirmée indique l'existence sur place d'un ancien camp romain[6], au lieu-dit de la Citadelle, dans la plaine allant à Amage. Le site est aujourd'hui loti.

Le village jusqu'au XIIIe siècle faisait partie du bailliage de Luxeuil et ensuite fit partie de la terre de Faucogney ; les habitants furent affranchis en 1424[6].

La commune de Raddon, créée lors de la Révolution française, absorbe celle de Chapendu entre 1790 et 1794 et devient Raddon-et-Chapendu[7].

Au XIXe siècle, de nombreuses exploitations animaient la commune : moulins à huile, carrières de grès (qui permit la construction de l'église) et de lave, papeterie et tissage[8],[9], puis, au XXe siècle, une activité industrielle avec notamment le tissage Desgranges, aménagé à l'emplacement d'un ancien moulin à blé et d'une scierie, et reconstruit après un incendie en 1902[10]. Ces locaux ont été détruits en 2014 pour permettre la construction de 4 logements pour personnes âgées[11].

En 1870, il semblerait[12] que le général de division Bourbaki soit passé par le village avec son armée en déroute, suite aux batailles de Metz, Villersexel et Belfort.

A Chapendu s'est déroulée en toute fin d'année 1918 l'une des affaires de sorcellerie les plus retentissantes de Franche-Comté, qui a ultérieurement fait l'objet d'une thèse de doctorat en médecine soutenue par le psychiatre Jean-Michel Abt[13]. Dans une maison où ne vivaient que des femmes, les hommes n'étant pas encore rentrés de guerre, des événements associés à des phénomènes de poltergeist ont nourri une rumeur qui ne tarda pas à drainer vers le hameau des centaines de curieux. Une chanson populaire fut même composée, dont le refrain scandait "Et nous irons bien entendu à Chapendu"[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la Communauté de communes du Pays de Luxeuil.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1793 du canton de Faucogney-et-la-Mer[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Mélisey.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait d'abord partie de la communauté de communes des mille étangs (CCME) créée fin 2002.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), la commune rejoint la communauté de communes du Pays de Luxeuil (CCPLx) le [15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste de maires d'Ancien Régime
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1535  ? M. Drouet Morel[16]    
Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ???? mars 1971 Gustave Leuvrey    
mars 1971 mars 1977 Bernard Trampol    
mars 1977 mars 1983 M. Lemoine    
mars 1983 mars 1998 Philippe Legras RPR Médecin
Député de Haute-Saône (1988 → 1997)
Conseiller général de Faucogney (1986 → 1997)
Démissionnaire
mars 1998 mars 2008 Michel Leuvrey   Neveu de Gustave Leuvrey
mars 2008[18] en cours
(au 11 septembre 2016)
Joël Brice UMP[19] Géomètre
Vice-président de la CC des mille étangs (2014 → 2016[20])
Réélu pour le mandat 2014-2020[21]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune se dote en 2015 d'une station d'épuration, qui accueille les eaux usées du village, sauf les hameaux éloignés et le lotissement de la citadelle soit 200 personnes environ, qui resteront en assainissement individuel[22].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 925 habitants, en augmentation de 1,09 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
516 539 631 659 962 974 995 1 054 1 089
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
937 1 046 1 098 1 132 1 102 1 142 1 139 1 101 1 152
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 177 1 200 1 227 1 012 984 951 919 846 859
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
827 822 798 779 791 835 895 945 925
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La Fête du Bois se déroule depuis 1984 tous les deux ans, le dernier dimanche de juillet (24e édition en 2016[26]). Concours du bûcheron de Haute-Saône[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Raddon.
  • L'église de Raddon est un édifice monumental en grès rose, de style néo-classique, dessiné par l'architecte luron Félix-Hercule Grandmougin. Érigée entre 1849 et 1852, elle trône au centre du village, en face de la mairie. Le chœur est orné de boiseries sculptées d'une grande finesse, et abrite une magnifique statue en bois doré et polychrome d'une Vierge à l'enfant portant une grappe de raisins. La statue provient de la chapelle qui était le lieu du culte avant la construction de l'église. À ce jour, son emplacement n'est plus connu.
  • Le village et ses écarts comptent un riche patrimoine vernaculaire, bien entretenu et mis en valeur : fontaines, lavoirs, croix de chemins, calvaires, du XVIIe au XIXe siècle.
  • Les blocs erratiques sont nombreux sur le territoire de la commune, ancienne vallée glaciaire. Certains sont le support de contes ou de légendes, comme les pierres aux sacrifices dont la tradition raconte qu'elles auraient servi jadis à des rites païens sacrificiels. La réalité est plus prosaïque : ces pierres à cupules, situées dans la forêt au-dessus du Rang-de-Fahy, étaient utilisées pour l'extraction de meules. En suivant la route de Fougerolles, on peut voir également la Pierre Pointue et la Pierre la Miche (table en pierre où saint Valbert aurait pris un repas et donc posé sa miche de pain, selon la légende).
  • Les chalots : petits greniers à grains annexés aux anciennes fermes.
  • Ancienne distillerie Ménigoz du début du XXe siècle[28] et ancienne distillerie Arnoux/Ogier, de la même époque[29].
  • Ancien moulin à eau Saguin[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sergent Harold Messerschmitt, tombé avec quatre autres soldats de la 3e division d’infanterie américaine le 17 septembre 1944 en libérant le bourg[31]. Une stèle honore sa mémoire.
  • Maurice Boigey, colonel, chef de la Résistance et libérateur du maquis de Haute-Saône.
  • Françoise Boigey[réf. souhaitée] - A publié notamment une Étude théorique d'un amplificateur B.F. à trois étages (1960).
  • Adrien Van der Becken, directeur général des établissements Battenfeld arrivé au mois de septembre 1962, il dirigea cet établissement jusqu'à son décès en 1966.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Raddon-et-Chapendu.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’argent à l’arbre stylisé fendu de sinople composé d’une moitié dextre de sapin et d’une moitié senestre de hêtre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Circuits des Pierres et des Étangs à Raddon et Chapendu » [PDF], Raddon > Circuits pédestres, sur http://www.ot-faucogney.fr (consulté le 9 novembre 2016).
  2. Jonathan Chaumont, « Le Breuchin », Le Réseau Hydrographique, sur http://www.avuxon.fr (consulté le 9 novembre 2016).
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e éd, Guénégaud, 1989 (ISBN 2-85023-076-6)
  4. Gilles Cugnier, Histoire du monastère de Luxeuil à travers ses abbés, 590-1790 volume I
  5. « Pas de chats pendus à Chapendu », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Michel de La Torre, Haute-Saône, le guide complet de ses 546 communes, Deslogis-Lacoste, 1991 (ISBN 2-7399-5070-5)
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Site de découverte de la Haute-Saône
  9. Bernard Desgranges (autoédition), Luxeuil et la Vallée du Breuchin, évolution industrielle, t. 1, 1998
  10. « tissage de coton Desgranges, actuellement entrepôt commercial », notice no IA70000109, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « La fin d’une époque », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Les anciens bâtiments du tissage, route de Saint-Bresson, n’ont pas résisté longtemps aux premiers coups de pelles de la société Billote, spécialisée en démolition et déconstruction. (...) Ainsi disparaît le dernier vestige d’une aventure industrielle des frères Desgranges qui avait installé là un tissage, alimenté par leur filature des Maires d’Avaux à proximité.
    Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’affaire avait été cédée à la société cotonnière de Mulhouse, puis définitivement fermée dans les années 1960. La fin d’une aventure textile qui allait en s’accentuant dans toutes les vallées des Vosges saônoises. »
    .
  12. Transmission orale : une famille raddonaise porte le surnom "baki" car l'arrière-grand-père, enfant, a fait le tour du village en criant : "j'ai vu baki, j'ai vu baki", diminutif donné par l'enfant à la vue du Général Bourbaki et de cette expression leur surnom leur est resté encore aujourd'hui
  13. Jean-Michel Abt, La rumeur de Chapendu : réflexions autour d'une affaire de sorcellerie, Université Louis Pasteur (Strasbourg), Faculté de Médecine, 1977
  14. Jean-Christophe Demard, Traditions et mystères d'un terroir comtois au XIXe siècle, Guéniot, 1981
  15. « Com'Com des Mille- étangs et Haute Vallée de l'Ognon fusionnent », sur L'Est républicain, .
  16. Gilles Cugnier, Histoire du monastère de Luxeuil à travers ses abbés, 590-1790 volume III [réf. incomplète]
  17. « Les maires de Raddon-et-Chapendu », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 2 août 2016).
  18. « Joel Brice sollicite un nouveau mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Maire depuis 2008, Joel Brice a commencé son engagement municipal dès 1983 comme conseiller et en tant que premier adjoint dès 1995 ».
  19. « Raddon-et-Chapendu 70435 », Données du Monde, Le Monde (consulté le 2 août 2016).
  20. « CCME : Le divorce est prononcé », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Joël Brice, maire de Raddon, vient de démissionner de son poste de premier vice président. En cause le refus du président Laurent Seguin de proposer au vote une motion exprimant auprès de la préfète le souhait de ne pas démanteler la CCME et de conserver un rattachement en bloc. Dans son message adressé aux membres de la communauté et à la représentante de l’Etat, Joël Brice écrit : « A la suite de l’incompréhension - inexplicable - du refus de motion ou de vote, sur le rattachement en bloc vers la CCHVO (communauté de communes de la Haute-Vallée de l’Ognon), perçu comme un affichage clairement confirmé dune volonté délibérée d’éclatement de notre vallée, et surtout comme une volonté d’évincer certaines communes, pour des raisons que je ne commenterai pas, je vous informe de ma démission du poste de 1er vice-président de la com’com des Mille Etangs ».
  21. « Raddon-et-Chapendu : Joel Brice installé comme maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  22. « La rhizosphère entre en service », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  26. « Raddon-et-Chapendu : 24e fête du bois dimanche », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Cette fête, qui consacre le bois dans une commune qui en a fait sa principale source de revenus, est attendue de tous ceux qui, de près ou de loin, ont toujours gardé une âme de bûcheron comme affouagistes, mais aussi de tout ce public qui voit dans le bois une matière noble que la main de l’homme a toujours su valoriser ».
  27. « Concours de bûcherons, réalisations artistiques et artisanat… À voir dimanche à Raddon-et-Chapendu », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Le traditionnel concours des bûcherons consacrera ainsi les meilleurs candidats dans le maniement de la hache, de la tronçonneuse ou de la spectaculaire épreuve de passe-partout Il sera le fil conducteur de cette journée. Ils sont déjà 18 candidats inscrits venant du grand quart nord-est, mais aussi de Suisse à se disputer ce titre symbolique de meilleurs bûcherons ».
  28. « Distillerie et établissement vinicole Ménigoz, actuellement garage de réparation automobile », notice no IA70000110, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Distillerie, établissement vinicole et usine de boissons non alcoolisées Ogier, puis Peltey », notice no IA70000111, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Moulin à farine, puis minoterie et usine de produits pour l'alimentation animale Jules Saguin », notice no IA70000108, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « En souvenir des soldats américains », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).