Ben & Jerry's

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ben & Jerry's
logo de Ben & Jerry's
illustration de Ben & Jerry's

Création 1978 à Burlington, Vermont
Dates clés 1978 : Création de Ben & Jerry's

2000 : Rachat de Ben & Jerry's Homemade Holdings, Inc par Unilever

Fondateurs Ben Cohen
Jerry Greenfield
Personnages clés Jostein Solheim (CEO)
Ben Cohen (en) cofondateur
Jerry Greenfield (en), cofondateur
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social South Burlington, Vermont
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Jostein Solheim (CEO)
Actionnaires UnileverVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Vente
Produits yaourts glacés
crèmes glacées
sorbets
Société mère Unilever
Sociétés sœurs Miko
Site web (fr) http://www.benjerry.fr

(en) http://www.benjerry.com

Ben & Jerry’s est une marque américaine, fondée en 1978 par Ben Cohen (en) et Jerry Greenfield (en) qui commercialise des crèmes glacées et des sorbets. L’entreprise a son siège social à South Burlington dans l’État du Vermont aux États-Unis et appartient au groupe Unilever depuis 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jerry Greenfield (à gauche) et Ben Cohen, en 2010

Ben Cohen et Jerry Greenfield se rencontrent sur les bancs de l’école en 1963. Leur point commun : ils sont les seuls élèves à ne pas pouvoir courir un kilomètre en moins de sept minutes.

Après des études de poterie pour Ben, et deux tentatives d’entrée en école de médecine ratées pour Jerry, les deux amis apprennent en 1977 à fabriquer des crèmes glacées via des cours par correspondance de l’Université d'État de Pennsylvanie.

Le , avec un capital de 12 000 $, ils ouvrent la première boutique Ben & Jerry’s à Burlington (Vermont), dans une ancienne station-service[1].

En 1979, la marque célèbre son premier anniversaire en offrant ses glaces lors d’un événement appelé Free Cone Day.

En 1981, le magazine Time attribue à Ben & Jerry’s le titre de « Meilleures glaces du monde »[2].

En 2000, le groupe Unilever rachète l’entreprise pour 326 millions de dollars. Yves Couette est nommé PDG de Ben & Jerry’s. La marque conserve cependant son indépendance avec un siège social dans le Vermont séparé d’Unilever, et un comité de direction indépendant[3]. Bien que les noms des fondateurs soient toujours attachés au produit, ils n'occupent aucun poste de direction et ne sont pas impliqués dans la gestion quotidienne de l'entreprise.

Parfums de glaces[modifier | modifier le code]

Parfums disponibles en France[modifier | modifier le code]

  • Chocolate Fudge Brownie
  • Caramel Chew Chew
  • Caramel Brownie Party
  • Cherry Garcia
  • Chocolate Fudge Brownie
  • Chunky Monkey
  • Coffee, Coffee BuzzBuzzBuzz!
  • Cookie Dough
  • Fairly Nuts
  • Mint Chocolate Chunk
  • New York Super Fudge Chunk
  • Phish Food
  • Strawberry Cheesecake
  • Specu-love
  • Vanilla
  • Peanut Butter Cup
  • Vermonster
  • Raspberry Cheesecake Cookie Core
  • Half Baked
  • Netflix and Child

Parfums disponibles en Belgique[modifier | modifier le code]

  • Cookie Dough
  • Chocolate Caramel Cookie Dough
  • Love Is
  • Cocunutterly Caramel'D
  • Half Baked
  • Chocolate Fudge Brownie
  • Chunkey Monkey
  • Blondie Brownie
  • Peanut Butter Cup
  • Salted Caramel Brownie
  • Peanut Butter & Cookies

Engagements[modifier | modifier le code]

Rémunérations des employés[modifier | modifier le code]

Initialement, en tant qu'entreprise socialement responsable, chez Ben & Jerry's, aucun salaire horaire ne pouvait être supérieur à cinq fois celui des employés les moins bien payés[4].

En 1994, les salaires de base étaient de 12 US$/heure, et l'employé le mieux rémunéré était le président et directeur d'exploitation Chuck Lacy, qui gagnait annuellement 150 000 US$. Quand, en 1994, Ben Cohen démissionna de son poste de directeur général et que Ben & Jerry's annonça être à la recherche d'un nouveau DG, l'entreprise mit fin à sa politique de modération salariale[5].

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Ben & Jerry’s Foundation[modifier | modifier le code]

Selon Ben & Jerry’s, en 1985, les deux fondateurs créent la fondation Ben & Jerry’s avec un don de 50 000 actions de la part de Ben Cohen et la décision d’y allouer 7,5 % des profits annuels de la société avant impôts. La fondation supporte des projets communautaires aux États-Unis et dans l’État du Vermont avec chaque année, environ 1,8 million de $ versés à des organisations[6][source insuffisante].

Prises de position de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Selon Ben & Jerry’s, début , Ben & Jerry’s est la première entreprise[réf. nécessaire] à publiquement soutenir le mouvement de protestation des indignés de Wall Street à New York[7][source insuffisante].

En , le co-fondateur de Ben & Jerry's, Ben Cohen, crée une saveur de crème glacée appelée « Bernie's Yearning » pour soutenir la candidature du sénateur américain Bernie Sanders à la présidence lors des primaires démocrates de 2016 contre la secrétaire d'État Hillary Clinton[8].

Pour le mariage homosexuel[modifier | modifier le code]

Selon Ben & Jerry’s, en , Ben & Jerry’s soutient la décision du Vermont (État d’origine de Ben & Jerry’s) de reconnaître officiellement le mariage de couples de même sexe. La glace Chubby Hubby (« mari dodu » en anglais) est ainsi renommée Hubby Hubby (« mari mari » en anglais)[9][source insuffisante].

Pour l'immigration[modifier | modifier le code]

À travers plusieurs spots publicitaires et messages sur ses pots de glace, Ben & Jerry’s affirme ses positions ouvertes en matière d'immigration. Ainsi, à partir de 2018, des millions de pots de glace Ben & Jerry’s portent le slogan « refugees welcome ». Dans un tweet du , Ben & Jerry’s France demande la régularisation de la totalité des sans-papiers présents en France pour les soigner gratuitement et rapidement dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

En , Ben & Jerry's attire les critiques de plusieurs commentateurs britanniques et responsables gouvernementaux pour avoir défendu les traversées de la Manche des migrants en provenance de France, qui avaient commencé après un tweet envoyé à la secrétaire d'État à l'Intérieur Priti Patel, appelant à leur traitement en tant que demandeurs d'asile. La société soutient alors que les personnes ne peuvent pas être illégales, même lorsqu'elles entrent dans un pays pour des raisons économiques en provenance d'un pays développé comme la France. Une source du ministère de l'Intérieur a répondu que la secrétaire d'État travaille pour mettre fin à ces traversées en bateau « facilitées par des gangs criminels internationaux », qui « préoccupent à juste titre le peuple britannique », même, « si cela signifie bouleverser l'équipe des médias sociaux pour une marque de malbouffe trop chère »[10]. Le ministre James Cleverly a également critiqué les déclarations de l'entreprise comme étant statistiquement inexactes[10]. Le magazine Spiked considère les déclarations comme hypocrites en raison des propres pratiques de l'entreprise dont les fournisseurs traitent « ses travailleurs migrants comme du bétail »[11]. Renvoyant à une campagne menée par des travailleurs migrants dans des fermes laitières qui approvisionnaient Ben & Jerry's, la publication a également allégué l'embauche d'immigrants illégaux lesquels auraient été traités avec de mauvaises conditions de travail, logés dans des granges et des remorques non chauffées, et effectuant des journées de 12 à 14 heures pour un salaire à peine minimum[11].

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2010, Ben & Jerry's a dû retirer la mention « All Natural » de ses pots sous la pression d'associations de consommateurs américains. Ces associations considéraient cette mention trompeuse, car les glaces en question contiennent de la poudre de sirop de maïs, du dextrose anhydre, de l'huile de soja partiellement hydrogénée et d'autres ingrédients modifiés chimiquement[12],[13],[14].

Autour de la marque[modifier | modifier le code]

  • Ben & Jerry’s fait visiter son usine historique de Waterbury, toujours en activité. Il s’agit d’un des lieux touristiques les plus visités du Vermont[15][source insuffisante].
  • La mascotte officielle de Ben & Jerry's est une vache du nom de Woody.
  • En 2004, les Français Michel et Augustin se sont inspirés de l'esprit de Ben & Jerry's pour fonder leur entreprise[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Rubrique histoire du site Ben & Jerry's France
  2. Jacqueline Coignard, « Ben & Jerry's à la poursuite d'Häagen Dazs en France. Les hippies glaciers cherchent de nouveaux marchés. », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. (fr) Article de l'Expansion du 12 avril 2000
  4. Blanca Torres, « Debate swirls around CEO pay », The Baltimore Sun,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  5. Peter Carlin, « Pure Profit – For Small Companies That Stress Social Values as Much as the Bottom Line, Growing Up Hasn't Been an Easy Task. Just Ask Ben & Jerry's, Patagonia and Starbucks », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Ben & Jerry's Foundation
  7. (en) Occupy Movement sur le site Ben & Jerry's USA
  8. (en) « Ben & Jerry's founder creates Bernie Sanders ice cream flavor », TODAY (consulté le )
  9. Hubby Hubby sur le blog Ben & Jerry's France
  10. a et b (en-GB) « Patel takes on Ben and Jerry's over migrant boats », BBC News, (consulté le )
  11. a et b (en) « Ben & Jerry's woke hypocrisy », sur spiked-online.com (consulté le )
  12. « Ben and Jerry's chasse «all natural» de ses étiquettes », La Presse.ca,‎ (lire en ligne)
  13. « 'All Natural' removed from Ben & Jerry's labels », The Guardian.com,‎ (lire en ligne)
  14. (en) 'All Natural' removed from Ben & Jerry's labels, theguardian.com, 11 octobre 2010
  15. (en) Factory Tours sur le site Ben & Jerry's USA
  16. Laurence Girard, « La famille Pinault croque la marque de biscuits Michel et Augustin », Le Monde,‎ (lire en ligne)