Belfahy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belfahy
2020-09 - Belfahy - 02.jpg
2020-09 - Belfahy - 16.jpg 2020-09 - Belfahy - 17.jpg
De haut en bas, de gauche à droite : la mairie et l'église et des vues générales du village.
Blason de Belfahy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes des mille étangs
Maire
Mandat
Julien Py
2020-2026
Code postal 70290
Code commune 70061
Démographie
Population
municipale
83 hab. (2018 en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 04″ nord, 6° 43′ 59″ est
Altitude 840 m
Min. 530 m
Max. 1 053 m
Superficie 3,07 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mélisey
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Belfahy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Belfahy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belfahy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belfahy
Liens
Site web cc-1000etangs.fr/belfahy.htm

Belfahy est une commune française de montagne située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté ainsi que faisant partie du massif des Vosges dont elle est la plus haute commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les Vosges saônoises, dans le département de la Haute-Saône dans la région française de Bourgogne-Franche-Comté[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Antenne au sommet du Ballon de Belfahy.
Vue depuis le Ballon de Belfahy.

Belfahy est une commune de montagne située au cœur du massif des Vosges et comprise entre 530 et 1 053 mètres d'altitude, en remontant la haute vallée de la Doue de l'Eau puis du Revers aux Chiens. Le centre du village se trouve à 840 mètres d'altitude ce qui fait de lui le village le plus haut de Haute-Saône et du Massif des Vosges[1],[2]. L'accès au village se fait depuis la vallée de l'Ognon en remontant la route des martins ou par le Col des Chevrères en passant par Miellin. Depuis la vallée du Rahin l'accès se fait par le col de la Chevestraye au départ de Plancher-les-Mines[1].

La commune de Belfahy est d'une superficie très modeste due en partie à son élévation sur les hauteurs du massif du Revers aux Chiens dont elle n'occupe par ailleurs qu'une petite partie. Les sommets présents sur le territoire communal sont peu nombreux : le haut de derrière les Roches (874 m), le haut du Village (913 m), le haut des Chevrères (932 m) et le point culminant, le Ballon de Belfahy (1 053 m)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de derrière les Roches et le ruisseau du Revers aux Chiens sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belfahy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (68,7 %), zones agricoles hétérogènes (31,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Belfahy vient du terme ancien "foyard", qui désignait le hêtre.

Belfahy signifierait donc "Beau hêtre".

Histoire[modifier | modifier le code]

Une station de sports d'hiver a été aménagée au lieu-dit Les cabanes en 1969-70. Le remonte-pente, qui fut le premier construit en Haute-Saône en 1966, a été définitivement arrêté en 1998, faute de neige[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des mille étangs.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Mélisey[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton s'est agrandi, passant de 13 à 34 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes des mille étangs depuis le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Belfahy.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 ? Bernard Py    
1997 mars 2014[12] Patrice Beurier[13]    
mars 2014[14] mai 2020 Jean-Jacques Stoecklin   Retraité
mai 2020[15] En cours
(au 28 mai 2020)
Julien Py    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a été classée première, sur 63 participants, au concours départemental des villes et villages fleuris dans la catégorie de moins de 300 habitants, pour les années 2015 et 2016[16].

L'adduction en eau potable est réalisée à partir de 3 sources, dénommées Au Ballon, Tête des Abatteurs et Cernay. Le hameau des Martins qui disposait d'un captage de qualité insuffisante, est raccordé en 2015 au réseau public du village[17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2018, la commune comptait 83 habitants[Note 3], en augmentation de 5,06 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
326221352378550569589629580
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
561536565546539512517519501
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427407400306260231213102151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
12811490747065698079
2018 - - - - - - - -
83--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée en 2015 d'une bibliothèque, ouverte deux demi-journées par semaine[21].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans le dernier dimanche de juillet se tient la fête de la myrtille. Elle accueille environ 10 000 visiteurs à chaque édition[22]. Elle a pour thème la promotion de l'artisanat local et régional traditionnel et la dégustation de spécialités culinaires à base de myrtilles.

Le Tour de France a traversé le village à deux reprises en 2014 et 2019, en arrivant par le col des Chevrères (914 m d'altitude) lors de deux étapes Mulhouse - La Planche des Belles Filles[23],[24].

Économie[modifier | modifier le code]

L'INSEE rattache le village au bassin de vie de Champagney - Ronchamp[25].

Le village a perdu ses commerces, sauf deux restaurants qui proposent la célèbre tarte aux myrtilles[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas du XIXe siècle ; retable du XVIIIe siècle[26]
  • Réserve biologique.
  • La Vierge de Belfahy : point de vue sur le village.
  • Le Sommet des Roches du Château : point de vue sur la vallée, et par beau temps, sur les Alpes Suisses.
  • La cascade de la Goutte des Saules.
  • Refuge du col des Chevrères (916 m).
  • Colonie de vacances CCAS.

Tourisme et gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Spécialité culinaire : la tarte aux brimbelles (myrtilles).
  • Auberge la Chevauchée à Belfahy (membre du réseau Bistrot de Pays).
  • Six cabanes en mélèze destinées à être louées à des touristes passionnés de nature ont été construites en 2016 à l'emplacement de l’ancienne « ferme du Téléski » à 970 m d’altitude au lieu-dit « Le Ballon de Belfahy »[27]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Belfahy Blason
D'argent à un bosquet de hêtres de sinople, fûtés d'or, sur un tertre de tenné[28].
Détails
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (fayard signifie "hêtre" en vieux français).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Carte IGN de Belfahy » sur Géoportail..
  2. a et b Patricia Louis, « Belfahy: la menuiserie de Jean-François Beurier dans les nuages : Dans sa menuiserie à Belfahy, point culminant de la Haute-Saône, Jean-François Beurier a la tête dans les étoiles. Mais il sait garder les pieds sur terre pour faire tirer son entreprise vers le haut », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « Belfahy : premier remonte-pente de Haute-Saône : Le site des cabanes conserve les traces de l’ancienne station des sports d’hiver. », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « 17 candidats pour sept sièges », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Dans le plus haut village du département, le maire sortant, Patrice Beurier, ne se représente pas. En raison notamment d’un volet de tâches administratives devenues de plus en plus lourdes et contraignantes au fil des années. Élu depuis 1983, et maire depuis 1997, il estime aussi : « Au bout d’un moment il faut savoir céder sa place. La gestion d’une commune a besoin de nouvelles méthodes de fonctionnement. Et puis il va y avoir un sacré événement en juillet prochain, avec le Tour de France qui passera pour la première fois de son histoire à Belfahy… ».
  13. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  14. « Un nouveau maire installé », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Passation de pouvoir en toute sérénité samedi soir à la mairie de la plus haute commune du département ; puisqu’au terme des deux tours de scrutin, ce sont finalement les sept candidats de la liste soutenue par le maire sortant Patrice Beurier (lequel ne se représentait pas), qui ont été élus ».
  15. « Julien Py, nouveau maire », sur L'Est républicain, (consulté le ).
  16. « Le fleurissement, l’affaire de tous », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  17. « Développement du réseau d’eau », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Une bibliothèque communale a été créée », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  22. Patricia Louis, « Bluet ou myrtille : à vous de choisir à Belfahy », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  23. « Tour de France 2019 : Mulhouse - La Planche des Belles Filles, vivez l'ambiance à l'arrivée de la 6e étape », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le ).
  24. « Le Tour 2014 passera par le col des Chevrères en Haute-Saône », sur France Bleu, (consulté le ).
  25. « Bassin de vie 2012 de Champagney - Ronchamp (70120) », sur INSEE.
  26. « retable (maître-autel) », notice no PM70002023, base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. Alain Roy, « Cabanes cosy au pays des myrtilles : « Bolet », « Faucon pèlerin », « Lynx »… Le gîte « Les cabanes de Belfahy » rendra cet été un hommage haut de gamme à la généreuse nature des Ballons vosgiens », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Ces cabanes hors normes offriront un confort soigné autour du bien-être (sauna, jacuzzi, baignoire scandinave). Elles devraient sortir de terre au printemps. Un projet qui n’est pas si fou que cela. Selon une étude de marché, cette installation touristique originale et tournée résolument vers le haut de gamme devrait attirer sur les hauteurs de Belfahy des amoureux de la nature venus de la grande région, mais aussi de Suisse et d’Allemagne. Ouverture prévue pour ces cabanes pas comme les autres à l’été 2016 ».
  28. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=2379