Miellin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miellin
Le cœur du village et la mairie au premier plan.
Le cœur du village et la mairie au premier plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Mélisey
Intercommunalité Communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon
Commune Servance-Miellin
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Claude Tachet
2017-2020
Code postal 70440
Code commune 70345
Démographie
Population 73 hab. (2014)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 38″ nord, 6° 44′ 22″ est
Altitude Min. 470 m – Max. 1 180 m
Superficie 13,36 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Servance-Miellin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 15.svg
Miellin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 15.svg
Miellin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Miellin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Miellin

Miellin est une ancienne commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Le , elle fusionne avec Servance pour former la commune nouvelle de Servance-Miellin dont elle devient une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Miellin.

Miellin, village tout en longueur, se situe dans la vallée de la Doue de l'Eau, un affluent de l'Ognon, à 6,5 km à l'est et au-dessus de Servance, dans le parc naturel régional des Ballons des Vosges. Une petite route de forêt la relie également à Belfahy, la commune la plus élevée de Haute-Saône (via le col des Chevrères), et une autre à Haut-du-Them-Château-Lambert.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Haut-du-Them-Château-Lambert Rose des vents
Servance N Plancher-les-Mines
O    Miellin    E
S
Belfahy

Hameaux[modifier | modifier le code]

La commune a un centre autour de l'église et compte plusieurs petits hameaux qui se répartissent au fond de la vallée : la Forge, le champ de la Grange, les Cardots, les Frechins, le Damont et sur ses flancs les Perrigueys, les Landres du Dessus et du Dessous.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Miellin s‘est formé en 1111 autour d’une petite chapelle romane. Après quelques siècles d’évolution, Miellin a été rattachée au royaume de France sous Louis XIV par la paix de Nimègue en 1678.

Partie de Servance, Miellin fut érigé en commune le 11 avril 1821[1].

Au XIXe siècle, la vie de Miellin s'articulait autour de l'extraction du granit. D'importantes carrières fournissaient des pierres de très bonne qualité, qui étaient ensuite travaillées à la graniterie du Pont de Miellin, fondée en 1835. De ces carrières ont été extraites le piédestal du tombeau de Napoléon aux Invalides, des colonnes de l'Opéra Garnier de Paris, des colonnes de Notre-Dame de la Garde de Marseille, et même le socle d'un monument péruvien.

Ces carrières ont fermé au début de la Seconde Guerre mondiale, mais sont toujours visibles.

De mi-1939 à fin 1941, Miellin abrite un camp d'internement français d'environ 600 réfugiés républicains espagnols, essentiellement des femmes et des enfants, au lieudit le Champ de la Grange. En effet, à la suite de la déclaration de la guerre avec l'Allemagne du 3 septembre 1939, le gouvernement français retira les femmes et enfants réfugiés espagnols des villes et villages qui les avaient recueillis au moment de la Retirada en janvier 1939, pour les interner dans les camps de concentration existants ou en créant de nouveaux centres comme celui de Miellin[2],[3].

La commune a reçu la croix de guerre 1939-1945 à l'issue de la guerre[4]. En effet, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le village fut bombardé par les armées nazies pendant 52 jours, blessant ou tuant 10 % de ses 200 habitants et détruisant 59 des 75 maisons, avant d'être libéré le 22 septembre 1944[5]. Il lui fallu une dizaine d'années pour effectuer sa reconstruction[6].

La commune de Miellin fusionne avec celle de Servance pour former la commune nouvelle de Servance-Miellin le [7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis sa création en 1821 du canton de Mélisey[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton s'est agrandi, passant de 13 à 34 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la haute vallée de l'Ognon, intercommunalité créée au .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Miellin.
Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Gilberte Poulmar    
mars 2008[9] 2014 Yves Bonnet    
2014[10] janvier 2017
(fusion des communes)
Jean-Claude Tachet    
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017   Jean-Claude Tachet    

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[11] :

  • total des produits de fonctionnement : 108 000 , soit 1 352 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 88 000 , soit 1 101 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 15 000 , soit 186 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 51 000 , soit 632 par habitant ;
  • endettement : 89 000 , soit 1 116 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 16,83 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 11,26 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 60,15 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 58,19 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 14,23 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 73 habitants, en diminution de -8,75 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
764 725 729 691 648 544 579 583 604
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
566 572 581 523 447 442 422 372 334
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
307 251 211 194 181 182 159 133 99
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
82 82 90 80 73 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Aire de loisirs[modifier | modifier le code]

Une aire de loisirs avec table de ping-pong, terrains de tennis et de pétanque, est située derrière la mairie.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000 a lieu le « R’viro » (le retour de la fête, en patois) lors du dimanche qui suit celui de la saint Blaise[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Il existe à Miellin deux scieries occupant une dizaine de personnes chacune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Randonnées[modifier | modifier le code]

Paysage depuis la chapelle Saint-Blaise.

La meilleure façon de découvrir Miellin et son patrimoine est la randonnée. Deux sentiers sont balisés au départ de l'église. L'un permet notamment de découvrir l'ancienne verrerie, tandis que l'autre mène à la chapelle Saint-Blaise à 900 mètres d'altitude. Ces deux sentiers passent près des anciennes carrières.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Blaise
Point culminant de la commune à 900 mètres d'altitude, cette chapelle fut construite en 1822. Elle a remplacé une autre chapelle d'origine inconnue, qui était située une centaine de mètres plus haut.
À proximité de la chapelle se trouve une source connue pour ses propriétés contre les maux de gorge, avec sa devise « Eau de Saint-Blaise, tout mal apaise! ». Elle était autrefois un lieu de pèlerinage très fréquenté. Encore aujourd'hui, un pèlerinage y est organisé chaque lundi de Pentecôte.
  • L'église de Miellin a été construite entre 1849 et 1854 dans un style néo-gothique. Elle possède trois nefs. Ses lustres en verre ont été fabriqués dans la verrerie de Miellin.
  • Croix et calvaires
  • Plusieurs calvaires sont visibles à Miellin. Les plus anciens datent du XVIIIe siècle. La plupart ont été érigés après la mort violente d'habitants du village.

La communes comprend de nombreuses stèles et monuments rappelant les combats de la Libération de la France[16] ; notamment le monument des Zouaves et celui des démineurs au Champ de la Grange, la stèle Paul Castel et celle de l’aumônier Marcel Corallo[5], ainsi que la stèle érigée en hommage aux centaines de femmes, enfants et invalides internés au camp de Miellin, érigé le 25 septembre 2011.

  • Patrimoine industriel :
    • Maison forestière de la Verrerie. La verrerie de Miellin a fonctionné de 1730 à 1837. Elle remplaçait une autre verrerie plus ancienne fondée en 1695, dont on peut encore voir les ruines. Elle était célèbre pour son verre à vitre légèrement teinté de vert, mais fabriquait également toutes sortes d'objets et de vaisselle en verre : bouteilles, gobelets, lustres... Les bâtiments ont accueilli une maison forestière pendant quelques années et sont aujourd'hui abandonnés.
    • Scierie Mougenot[17].
    • Scierie Lamboley[18].

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Camp de Miellin (Haute-Saône, près de Belfort) », Amicale des anciens réfugiés républicains espagnols au centre d'accueil de Miellin (consulté le 17 novembre 2016).
  3. « Hommage aux réfugiés espagnols », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  4. « Communes de Haute-Saône ayant reçu la croix de guerre 1939-1945 ».
  5. a et b « Après 52 jours de bombardement », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  6. « L’enfer de Miellin : Ce samedi, Miellin célébrera le 70e anniversaire de sa libération survenue après 52 jours de bombardements en 1944. Marie Lamboley, professeure d’anglais, a vécu cette période et a consigné jour après jour dans un carnet le quotidien des villageois », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Arrêté préfectoral no 70-2016-09-26-005 portant création de la commune nouvelle de Servance-Miellin au 1er janvier 2017 », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de la Haute-Saône,‎ , p. 36-39 (lire en ligne [PDF]).
  8. « Les maires de Miellin », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 17 novembre 2016).
  9. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  10. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 4 novembre 2016).
  11. « Les comptes de la commune », sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 26 septembre 2016).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Au « R’viro » de la Saint-Blaise », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  16. « Synthèse des relevés - Miellin (70 - Haute-Saône) », sur memorialgenweb.org (consulté le 26 décembre 2016).
  17. « scierie Mougenot », notice no IA70000135, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « scierie Lamboley », notice no IA70000133, base Mérimée, ministère français de la Culture