Gélaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gélacourt.
Gélaucourt
Image illustrative de l'article Gélaucourt
Blason de Gélaucourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Meine au Saintois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey-les-Belles et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Michel Capdevielle
2014-2020
Code postal 54115
Code commune 54218
Démographie
Population
municipale
57 hab. (2012)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 19″ N 5° 59′ 25″ E / 48.4553, 5.990348° 27′ 19″ Nord 5° 59′ 25″ Est / 48.4553, 5.9903  
Altitude Min. 295 m – Max. 395 m
Superficie 2,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gélaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gélaucourt

Gélaucourt est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Gillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gélaucourt est un petit village de la campagne vallonnée du Saintois, à 9 km au sud-ouest de Vézelise et à 8 km à l'ouest de la colline de Sion. Le Rosières, ruisseau venu de Favières et coulant vers le Brénon, traverse la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence gallo-romaine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gélaucourt Blason Blasonnement : d'azur au dextrochère de carnation, vêtu de gueules, mouvant du flanc senestre, la main traversée par le dessus d'une flèche d'or la pointe en bas, le tout soutenu d'une biche gisante contournée d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 en cours
(au 16 avril 2014)
Michel Capdevielle    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 57 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
100 106 90 111 144 148 135 145 137
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
110 106 106 95 91 93 83 93 86
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
78 76 59 56 45 43 42 61 48
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2012
41 29 32 32 45 57 58 58 57
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Habitat des XVIIe et XVI|Ie siècles.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Commune sans église.
  • La chapelle Saint-Florentin a été détruite en 1899 ; son clocher a été dressé sur le toit de la mairie.
  • Une sculpture en bois représentant saint Florentin et une Vierge à l'Enfant de la même main, datées de 1650 environ, classées monuments historiques et conservées en mairie.
  • Calvaire Saint-Florentin du XVIIe siècle.

Village fleuri[modifier | modifier le code]

La commune est récompensée depuis 2005 par la distinction Grand Prix et quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris[3].

En 2007, Gélaucourt représentait la France au concours de l'Entente florale européenne, catégorie Villages. La commune a reçu une médaille d'argent[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  3. Source : Villes et Villages Fleuris
  4. Entente florale


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :