Coffrage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coffrage Cadres.

Le coffrage est une enceinte provisoire, un moule, destinée à maintenir en place un matériau de construction le temps que celui-ci devienne autoportant, soit par prise, séchage (béton, pisé), soit par d'autres contraintes physiques (pierres, dans le cas d'une voûte). Le coffrage a pour but de réaliser des ouvrages aux formes définies par la surface interne du coffrage[1],[2].

Rôles du coffrage[modifier | modifier le code]

Coffrages d'angle pour couler des murs à angle droit.

Un coffrage est d'usage généralement temporaire, servant au maintien du matériau, depuis le moment de sa mise en œuvre jusqu'à sa prise, à lui donner la forme souhaitée et éventuellement à assurer son état final de surface[3].

Choix du coffrage[modifier | modifier le code]

Les éléments à prendre en compte pour le choix d'un type de coffrage sont[4],[5] :

  • L'économie : compromis pérennité/amortissement (Représente 40 à 60 % du prix du BA)
  • L'adaptation aux formes prévues et la modularité
  • La facilité de mise en œuvre et de réglage
  • La disponibilité dans l'entreprise ou sur le marché de la location
  • Le poids du coffrage, nécessitant ou non des moyens de levage
  • La sécurité des salariés lors des phases de coffrage, de ferraillage et de bétonnage[6],[7],[8]
  • Le parement à obtenir (béton brut, soigné, enduit, l'assuré, architectonique...)
  • Les spécifications éventuelles du contrat
  • Les possibilités de réutilisation (pérennité)
  • Le taux de rotation

Les planches de pin de 18 ou 27 mm d'épaisseur et de 3 mètres ou plus de long fournissent un coffrage bon marché. Mais pour avoir une surface lisse sur le béton coffré, le contreplaqué est recommandé -avec des vis et non des clous pour le bois brut du pin[9].

Lors du coffrage[modifier | modifier le code]

Plusieurs points sont à contrôler lors du coffrage de béton afin d’assurer la qualité requise. Il faut que le béton soit mis en place dans des coffrages solides ayant les bonnes dimensions et les armatures installées correctement. L’équipement employé pour la mise en place du béton sert à empêcher que le béton se disperse lors de son séchage (cure)[10].

C'est pour cette raison que l'on doit tout d’abord préparer un plan de coffrage, soit un document de référence préparé par des ingénieurs civils afin de déterminer le type d’ossature de l’ouvrage. Les ingénieurs doivent tenir compte de plusieurs points techniques lors d'un calcul de coffrage :

Pour les éléments plans :

  • Poids propre des éléments constitutifs des coffrages
  • Poids propre du béton

Pour les éléments verticaux :

  • Pression du béton (attention : pression non hydrostatique, sauf dans le cas particulier du coffrage des colonnes)
  • Vent

Autres :

  • Stabilité : contraintes et en particulier le contreventement
  • Les déformations dues à la poussée du béton (très important)
  • Qualité des parements : réduction des flèches, bullage limité, étanchéité (peu de fuite de laitance)
  • Réglage : horizontalité et verticalité
  • Positionnement correct par rapport aux armatures métalliques (minimum de 2 cm),
  • Sécurité Protection, passerelle de service, échelles, garde-corps

Le plan de coffrage est très important également afin d’assurer la sécurité des travailleurs de coffrage. Un mauvais calcul et le tout peut s’effondrer causant accidents et délais de production[6],[7].

Équipements pour coffrage[modifier | modifier le code]

Bétonnière mobile[modifier | modifier le code]

Consiste en un camion ou une remorque contenant plusieurs compartiments où sont entreposés les différents composants du béton (eau, granulats fins, gros granulats, ciment). Le tout permet de préparer le béton une fois sur le site de livraison et ainsi d’obtenir du béton de meilleure qualité.

Coffrage en bois[modifier | modifier le code]

Le coffrage en bois est utilisé en plus grande proportion dans le monde. Le coffrage peut être effectué en bois seulement s’il est constitué de panneaux de contreplaqué ayant des dimensions d’au moins 2 400 mm de longueur et de 600 mm de largeur. L’épaisseur minimale des panneaux est fixée à 15 mm en vue d’avoir des panneaux qui ne se déformeront pas. Un fait important à noter est que le bois ne peut être utilisé qu’une seule fois.[11]

Coffrage métallique[modifier | modifier le code]

Le coffrage métallique est surtout utilisé dans le cas de travaux d’envergures et pour la construction de colonnes et de chevêtres. Il peut également être réutilisé ce qui permet de monter des structures plus rapidement[11],[12].

Coffrages à béton isolants[modifier | modifier le code]

Idéal pour les sous-sols, cette nouvelle technologie permet des coffrages modulaires rigides au polystyrène. Après avoir coulé le béton, on laisse les coffrages de polystyrène en place, procurant une isolation thermique pleine hauteur. Cette Technologie améliore le confort et le rendement énergétique[13],[14].

Ouvrages de grande hauteur[modifier | modifier le code]

Pour la réalisation de constructions de grande hauteur (piles de pont, silos, cheminées, antennes, tours...), des techniques spécifiques peuvent être mise en œuvre, par exemple :

  • les coffrages grimpants ;
  • les coffrages auto-grimpants ;
  • les coffrages semi-grimpants ;
  • les coffrages glissants.

Panneaux verticaux coffrants[modifier | modifier le code]

Définition (norme NF-P-93-350) : « Les panneaux verticaux coffrants ou banche sont des coffrages outils qui, accouplés face à face, permettent de réaliser des murs.

Elles sont souvent insérées dans un train de banches au cours des cycles de construction, et peuvent être équipées de rehausses, de sous hausse et de rallonges. UN cycle est une série complète d'opérations et de situations se succédant dans un ordre déterminé, qui se renouvelle de façon identique. Elles constituent un poste de travail et doivent en tant qu'outil auto-assurer la sécurité des personnes. »

Épaisseur; les panneaux verticaux coffrants métalliques existent avec des joues métallique de 4 mm ou en 5 mm d'épais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coffrage - 5 définitions - Encyclopedie », sur www.encyclopedie.fr (consulté le 9 décembre 2020)
  2. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - coffrage », sur www.larousse.fr (consulté le 9 décembre 2020)
  3. Marie LENGLET, « Dinard. La piscine du Prieuré pourrait rouvrir avant fin octobre », sur Ouest-France, (consulté le 9 décembre 2020)
  4. « Choisir un coffrage : pour quels critères l'opter ? » (consulté le 9 décembre 2020)
  5. « Coffrages », sur Infociments (consulté le 9 décembre 2020)
  6. a et b (en) « Rechercher une nouvelle gouvernementale », sur www.quebec.ca (consulté le 9 décembre 2020)
  7. a et b « Coffrage avec panneaux préfabriqués - rappel des règles de sécurité », sur www.cnesst.gouv.qc.ca (consulté le 9 décembre 2020)
  8. IRSST, « Intégration de la sécurité aux techniques de coffrage du béton dans le secteur de la construction », sur IRSST, (consulté le 9 décembre 2020)
  9. « Planche de coffrage - GuideBeton.com », sur www.guidebeton.com (consulté le 9 décembre 2020)
  10. Transport Québec, « MANUEL DE CONSTRUCTION ET DE RÉPARATION DES STRUCTURES », sur http://collections.banq.qc.ca/, (consulté le 9 décembre 2020)
  11. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0
  12. Syndicat français de l’échaffaudage, du coffrage et de l’étaiement, « CAHIER D’UTILISATION DU COFFRAGE », sur Échafaudage coffrage etaiement, (consulté le 9 décembre 2020)
  13. Ressources naturelles Canada, « Étude de cas 1.3 sur LEEP: Coffrages à béton isolants », sur Ressources naturelles Canada, (consulté le 9 décembre 2020)
  14. « Quelle structure choisir ? », sur www.ecohabitation.com (consulté le 9 décembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]