Centrale d'enrobage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centrale d'enrobage pour la fabrication d'enrobé bitumineux.

Une centrale d'enrobage est une installation industrielle fixe ou semi-mobile où l'on produit, selon des préconisations techniques précises, de l'enrobé (appelé aussi enrobé bitumineux ou béton bitumineux) servant à constituer la surface de roulement des routes, pistes d'aéroports et autres aires de circulation.

Historique[modifier | modifier le code]

À la fin du xixe siècle, une amélioration de la route empierrée ou du macadam consista à améliorer sa résistance en augmentant son étanchéité. On procédait alors en répandant à la surface des routes des huiles lourdes de charbon ou goudron ; on parlait alors de routes goudronnées, généralement plus praticables que les routes simplement empierrées. Lorsque vint la fin du charbon, on substitua au goudron des huiles lourdes de pétrole ou bitume et l'on parla alors de routes bitumées. La construction de grandes routes à partir des années 1930 conduisit à en améliorer le revêtement et à concevoir le béton bitumineux, constituant les derniers centimètres de la piste de roulement, qui a sur le béton de ciment l’avantage d'une certaine plasticité.

Fonctions d'une centrale d'enrobage[modifier | modifier le code]

Une centrale d'enrobage a pour fonction de fabriquer, à partir de granulats constituant la charge d'une part, d'huiles bitumineuses constituant le liant d'autre part, un béton bitumineux destiné au revêtement des routes et aires de roulement. Ce béton bitumineux est plastique entre 100 et 200°C environ ; il est inélastique ou légèrement élastique au-dessous de ces températures.

La centrale a pour matières premières :

Structure d'une centrale d'enrobage
  • des granulats (sable, gravier concassé...)
  • du bitume.

Elle comporte les équipements nécessaires :

  • au séchage et au réchauffage des granulats,
  • avec élimination des poussières ;
  • au calibrage de la granulométrie des granulats ;
  • au réchauffage du bitume ;
  • au mélange intime des granulats et du bitume ;
  • au stockage temporaire du produit fini.

Types de centrale[modifier | modifier le code]

Par lots centrale de mixage d'asphalte[modifier | modifier le code]

L'asphalte Mobil usine de lot

Une lots usine de à partir de différents matériaux met trémies d'alimentation dans un chauffe-tambour, où les matériaux sont séchés. L' chaud agrégat est dépistage dans des bacs chauds selon sa taille. Chaque bin chaude libère une certaine quantité d'agrégat dans une trémie de pesage, alors il est déchargée dans un tambour de mélange où les ingrédients (secs) et de liant sont ajoutés. Le mélange est mélangé et évacué soit directement dans les véhicules de livraison ou une petite trémie de collecte.

Centrale d'enrobage tambour de mélange est différent de l'usine de traitement par lots. Elle fonctionne en permanence avec un rapport de mélange fixe.

Tambour mixage centrale d'enrobage[modifier | modifier le code]

Centrale d'enrobage fût pour mélange (également appelé poste d'enrobage en continu) est une série de machines qui produit asphalte. Ce est le type traditionnel de l'asphalte mélange plante. Différent du lot mixage centrale d'enrobage, centrale d'enrobage tambour de mixage produit de l'asphalte d'une manière continue.

Classification[modifier | modifier le code]

Selon la structure, le tambour usine de mélange d'asphalte peut être divisé comme seule plante de type tambour et double usine de type de tambour. Selon les fonctions, le tambour usine de mélange d'asphalte peut être divisé en usine de tambour fixe et l'usine de tambour mobile.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans centrale d'enrobage continue, granulats bruts est soulevée de trémies au sol et introduit dans un tambour de séchage similaire à lots mixage centrale d'enrobage. Le produit fini est généralement déversés dans un bac de stockage plutôt que d'un des véhicules. Centrales d'enrobage à tambour ne sont pas vraiment adapté pour les petites séries de production.

En France : installation classée pour la protection de l'environnement[modifier | modifier le code]

Selon la législation française, les centrales d'enrobage sont des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). En effet, ce type d'installation est concerné par la rubrique no 2521 de la nomenclature des installations classées (« station d'enrobage au bitume de matériaux routiers »)[1] :

  • Les centrales d'enrobage à chaud ainsi que les centrales d'enrobage à froid d'une capacité maximale supérieure à 1 500 tonnes par jour sont soumises à autorisation préfectorale. Cette autorisation est délivrée sous la forme d'un arrêté préfectoral qui impose à l'exploitant le respect d'un certain nombre de prescriptions techniques[2].
  • Les centrales d'enrobage à froid d'une capacité maximale supérieure à 100 tonnes par jour mais inférieure ou égale à 1 500 tonnes par jour doivent être déclarées. Les exploitants de ces installations doivent respecter les prescriptions techniques de l'arrêté ministériel du 30 juin 1997 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration sous la rubrique no 2521[3].

L'instruction des demandes d'autorisation d'exploiter ainsi que le contrôle du respect des prescriptions techniques par les exploitants sont réalisés par l'inspection des installations classées[4].

Impacts sanitaires et environnementaux[modifier | modifier le code]

En France se trouvent environ 500 centrales d'enrobage. L'impact sanitaire de ces usines a fait l'objet d'un reportage du magazine Envoyé spécial intitulé Bitume : La part d'ombre datant de 2015, reportage qui met en évidence une recrudescence des maladies auto-immunes et des cancers à proximité des usines, ainsi qu'une absence de contrôle indépendant par les organismes de l'État, car les industriels (Colas, Eiffage, Vinci Eurovia...) financent eux-même les études d'impact et les campagnes de mesures sur leurs usines[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]