Aller au contenu

Auberville-la-Manuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auberville-la-Manuel
Auberville-la-Manuel
Église Saint-André-Saint-Côme-Saint-Damien.
Blason de Auberville-la-Manuel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Albâtre
Maire
Mandat
Maryvonne Schild
2020-2026
Code postal 76450
Code commune 76032
Démographie
Gentilé Aubervillais
Population
municipale
138 hab. (2021 en augmentation de 11,29 % par rapport à 2015)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 43″ nord, 0° 35′ 22″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 85 m
Superficie 3,02 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Valery-en-Caux
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Auberville-la-Manuel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Auberville-la-Manuel
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
Auberville-la-Manuel
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Auberville-la-Manuel

Auberville-la-Manuel est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie

[modifier | modifier le code]
Carte de la commune.

Commune du pays de Caux située dans le canton de Saint-Valery-en-Caux.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Pays de Caux, frais, humide et pluvieux, légèrement plus frais que dans le Cotentin[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 863 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 8,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Ectot-lès-Baons à 26 km à vol d'oiseau[4], est de 10,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 905,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Au , Auberville-la-Manuel est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9] et hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75 %), prairies (15,5 %), zones urbanisées (9,3 %), forêts (0,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la localité est attesté sous les formes Osberni villa vers 1040[13], Osbervilla la Mulluel en 1234, Obertivilla super Wulettes en 1252, Osberville sur la Mer en 1319[14].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural », dont le premier élément Auber- représente un anthroponyme[13], conformément au cas général. La forme la plus ancienne Osberni villa permet de suggérer le nom de personne scandinave Ásbjörn employé sous la forme Osbern[13] dans la Normandie ducale (exemple : Osbern de Crépon). Il se poursuit dans le nom de famille Auber (à ne pas confondre avec Aubert). On le retrouve également en composé avec les appellatifs toponymiques -bosc (Auberbosc, Osber boscus fin XIIe siècle), -mesnil (Aubermesnil-Beaumais, Osberni maisnil 1040-1066), -tot (Aubertot, Osbertot vers 1210 cf. Osebernestoft, Grande-Bretagne, Bedfordshire, Osebernestoft 1313), etc.

Il n'y a pas lieu d'y voir une homonymie avec Auberville-sur-Eaulne (Albertivilla 1197 - 1206) et Auberville-sur-Yères (Alberti villa 1050) qui contiennent l'anthroponyme germanique continental Adalbehrt > Albert[13], dont la forme populaire est précisément Aubert.

Un déterminant complémentaire sur-Mer est attesté dès le XIVe siècle pour distinguer cette paroisse des nombreux autres Auberville du pays de Caux et du pays de Bray, mais ne s'est pas imposé aux dépens du plus ancien la-Meluel, la muluel devenu la-Manuel qui représente sans doute un nom de famille d'origine obscure[13].

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).
Le château d'Auberville-la-Manuel vers 1930.

La carte de Cassini ci-contre montre qu'au milieu du XVIIIe siècle, Auberville se nomme Auberville-le-Manuel ; c'est une paroisse avec son église.

Le château, classe aux Monuments Historiques en 1930, est représenté à l'ouest de la paroisse.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1899   Gremont    
1934 1945 Henry Roquigny    
  juin 1995 Jérôme Loevenbruck DVD  
juin 1995 septembre 2018[15] Jean-Marie Georges DVD Agriculteur retraité
Décédé en fonction
juillet 2020[16] En cours
(au 10 août 2020)
Maryvonne Schild   Commerçante retraitée
Réélu pour le mandat 2020-2026[17]

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2021, la commune comptait 138 habitants[Note 1], en augmentation de 11,29 % par rapport à 2015 (Seine-Maritime : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348330327456451470443463487
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
470461451408411362361333312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295251264239240239221208249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
240207166145127103117117128
2021 - - - - - - - -
138--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Château d’Auberville-la-Manuel.
  • Château des XVe et XVIe siècles, remanié, situé dans un enclos rectangulaire avec tourelles et agrémenté d'un important pavillon d'entrée avec des épis dus à Ferdinand Marrou. Possède un colombier[22],[23].
Église Saint-André-Saint-Côme-Saint-Damien.
  • Église Saint-André-Saint-Côme-Saint-Damien.
  • Démolition du réservoir servant à l'alimentation en eau potable de la commune. Celui-ci se situait à gauche de l'ancienne mairie-école (janvier 2007). Année de construction 1922.
  • Remise à neuf de la toiture du porche d'entrée principale du château par l'entreprise Béchet Compagnon en septembre 2012.
  • Passage du tour de France dans la commune. À cette occasion, une photo de la population a été réalisée devant la porte d'entrée de l'église.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • André Allain, né en 1921 dans la commune. Fusilier marin et commando et membre du commando Kieffer de 1942 à 1945.

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Armes d'Auberville-la-Manuel

Les armes de la commune d'Auberville-la-Manuel se blasonnent ainsi :
De gueules à la croix d'agent cantonnée au 1er d'une porte de château du lieu, au 2e de trois épis de blé empoignés, au 3e de trois fleurs de lin tigées et feuillées et au 4e d'une vache, le tout d'or.

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Charles Leroy (ill. Robert Flavigny), La Seigneurie d'Auberville-la-Manuel au pays de Caux, Rouen, Lestringant, Lainé, , 106 p.

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  4. « Orthodromie entre Auberville-la-Manuel et Ectot-lès-Baons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Ectot Les Baons » (commune d'Ectot-lès-Baons) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Ectot Les Baons » (commune d'Ectot-lès-Baons) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b c d et e François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150), p. 32.
  14. Christian Guerrin, « Les compléments toponymiques dans les noms de communes de Seine-Maritime », in Nouvelle revue d'onomastique, 2000, p. 311.
  15. « Jean-Marie Georges, maire d’Auberville-la-Manuel, est décédé : Dans la nuit de mercredi à jeudi, Jean-Marie Georges, maire de la commune d’Auberville-la-Manuel, située sur la Côte d’Albâtre, est décédé des suites d’une longue maladie », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Conseiller municipal depuis le 13 mars 1983, il est passé deuxième adjoint le 18 mars 1989 avant d’accéder à la fonction de maire le 23 juin 1995 jusqu’à ce jour ».
  16. « Maryvonne Schild est le nouveau maire d’Auberville-la-Manuel », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Elle a été conseillère municipale en 2001, puis deuxième adjointe en 2008 et première en 2014 ».
  17. « Liste des maires »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. Notice no PA00100547, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Philippe Seydoux, Châteaux du Pays de Caux et du Pays de Bray, Paris, Éditions de la Morande, , 128 p. (ISBN 2-902091-17-6), p. 14.