Osbern de Crépon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Osbern de Crépon
Titre Sénéchal de Normandie
Biographie
Décès fin 1040/début 1041
Le Vaudreuil
Père Herfast de Crépon
Conjoint Emma d'Ivry
Enfants Guillaume Fitz Osbern
Osbern Fitz Osbern

Osbern de Crépon[1] († fin 1040/début 1041), fut le sénéchal de deux ducs de Normandie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils d'Herfast de Crépon[2], et le neveu de Gunnor[3],[2], la seconde épouse de Richard Ier de Normandie (mariage « more danico »). Son apparition dans les actes du duc de Normandie remonte à la fin du règne de Richard II (années 1020) [4]. Sous Robert le Magnifique (1027-1035), il occupe la fonction de sénéchal[5]. Fonction qu'il conserve après la mort du duc en 1035[6]. Il devient l'un des protecteurs légaux du jeune successeur Guillaume le Bâtard (plus tard le Conquérant) alors âgé de 8 ans[6]. Le jeune duc est en danger, les Richardides cherchant à l'assassiner pour reprendre le pouvoir sur le duché, et les barons normands se rebellant.

Osbern est assassiné au Vaudreuil vers fin 1040-début 1041, en protégeant le jeune duc dans la chambre de l'enfant[7]. D'après Guillaume de Jumièges, il est égorgé par Guillaume, fils de Roger Ier de Montgommery[8]. Barnon de Glos-la-Ferrières venge la mort de son seigneur en assassinant le meurtrier[9].

Des historiens du duché[10] s'opposent sur l'origine des biens tenus par Osbern. Venaient-ils principalement de son père Herfast ou de son mariage avec Emma, fille du puissant Raoul d'Ivry, ou bien d'Hugues de Bayeux[11] ? En tout cas, il était possessioné dans des régions très dispersées de Normandie : dans le Bessin (Crépon), en Hiémois (près de Falaise), au niveau du confluent Seine-Andelle, autour de Cormeilles, dans le Talou, en Pays d'Ouche (Breteuil-sur-Iton, La Neuve-Lyre).

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Il épousa Emma d'Ivry, fille du comte Raoul[3]. Ils eurent trois enfants connus :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est ainsi que Robert de Torigni le désigne.
  2. a et b David C. Douglas, William the Conqueror, University of California Press, 1964, réédition 1992, p. 90, 145.
  3. a, b et c C. P. Lewis, « William fitz Osbern, earl (d. 1071) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  4. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), (coll. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXXVI), Caen, 1961, p. 150 (acte 43), 162 (acte 49).
  5. David C. Douglas, op. cit., p. 35.
  6. a et b David C. Douglas, op. cit., p. 37.
  7. David C. Douglas, op. cit., p. 40.
  8. Guillaume de Jumièges, Robert de Torigni, M. Guizot, Histoire des Normands, Caen : Librairie Mancel, 1826, p. 168.
  9. David C. Douglas, op. cit., p. 42.
  10. Pierre Bauduin, David Douglas, David Bates, Élisabeth Van Houts.
  11. Pierre Bauduin, La première Normandie, Presses Universitaires de Caen, 2002, p. 220-223. Hugues de Bayeux était le fils de Raoul d'Ivry. Il se révolta contre le duc Robert le Magnifique et fut exilé. Le duc en profita-t-il pour disposer d'une partie de la fortune foncière de l'exilé au bénéfice de son sénéchal ?
  12. C. L. Kingsford, « Osbern (d. 1103) », révisé par Marios Costambeys, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Douglas, « The Ancestors of William Fitz Osbern », The English Historical Review, vol. 59, no 233 (janvier 1944), p. 62-79.