Au poste !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Au poste)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Au poste !
Réalisation Quentin Dupieux
Scénario Quentin Dupieux
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 73 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au poste ! est un film français réalisé par Quentin Dupieux, sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le commissaire Buron est chargé d'enquêter sur le meurtre d'un homme retrouvé gisant dans son sang par Fugain. Celui-ci est logiquement considéré comme le principal suspect, il s'ensuit alors un interrogatoire qui va durer toute la nuit.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Avant le générique de début, un homme en slip de bain dirige un orchestre de musique classique dans une clairière. Il s'enfuit lorsqu'arrivent des gendarmes.

L'homme en slip est amené au poste de police. On ne le reverra plus. Dans un vaste bureau, le commissaire Buron parle au téléphone en essayant d'organiser un rendez-vous avec son interlocuteur. Il raccroche et poursuit l'interrogatoire de l'homme qui se trouve assis face à lui, dénommé Fugain, sans l'autoriser à faire une pause pour manger. Fugain a découvert un homme baignant dans son sang devant chez lui ; il a fouillé les poches du cadavre avant d'appeler les secours, ce qui étonne le commissaire qui insiste pour reprendre l'interrogatoire.

Buron sort quelques instants pour parler avec son fils et en profite pour manger un hot-dog. Pendant ce temps, Philippe, un policier borgne débutant, est chargé de surveiller Fugain. Philippe accepte d'engager la conversation et veut montrer à Fugain son badge de police. Il trébuche sur un tiroir ouvert et tombe raide mort, son unique œil transpercé par une équerre d'écolier qu'il tenait à la main. Fugain, paniqué, cache le corps dans un placard et cache à la va-vite les traces de sang.

Buron revient et poursuit l'interrogatoire. Surveillant le placard, Fugain lui raconte les raisons pour lesquelles il est sorti sept fois de son domicile au cours de la nuit avant de découvrir le corps dans la rue. Buron l'écoute en fumant. Comme de la fumée sort de son flanc droit, il explique qu'il a un trou dans la poitrine. Il donne à Fugain une huître qu'un collègue lui a ramenée ; Fugain croque l'huître au lieu de la gober.

Les souvenirs se mêlent à la réalité : Fugain voit Philippe apparaitre dans ses souvenirs et interagir avec lui. Plus tard, Fugain se plaint d'être affamé, aussi lorsque Buron lui raconte qu'il a eu très faim lui aussi, lorsque son hélicoptère a eu un accident sur une île déserte, Fugain voit l'image de Buron sur la plage. De même Buron entre dans ceux de Fugain et apparaît dans son appartement, remarquant l’étrange ressemblance entre la voisine espionne de Fugain et un de ses collègues.

Pendant ce temps, l'épouse de Philippe annonce qu'elle est enceinte et cherche son mari ; Fugain ment et dit qu'il est parti à cause d'un mal de ventre. Elle aussi entre dans les souvenirs de Fugain, et finit par donner son habitude de ponctuer ses phrases par « C'est pour ça » à Buron et Fugain.

Enfin un collègue de Buron, Champonin, apporte le rapport de médecine légale : l'homme trouvé mort par Fugain a été victime d'une « hémorragie digestive ». C'est un accident et Fugain s'attend donc à être libéré.

À ce moment le rideau s'ouvre : le bureau de police est en fait la scène d'un théâtre. Le public applaudit debout et les personnages saluent. Ce sont des acteurs, sauf Fugain qui croyait être réellement suspect de meurtre. Ils vont dîner ensemble dans une brasserie, évoquant leurs jeux d'acteur et les premières critiques qui tombent.

En sortant du restaurant, Fugain, encore confus, remercie Buron pour cette expérience. Buron reprend son sérieux et passe les menottes à Fugain en lui annonçant que l'interrogatoire reprendra au matin. Fugain est ramené au poste de police et Buron rentre chez lui à pied.

Après le générique, dans le théâtre, le public regarde un rideau baissé.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4/5, et des critiques spectateurs à 3,4/5[1].

Box-office[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Alain Chabat est crédité au générique comme cris de douleur. Cela fait référence au précédent film de Quentin Dupieux, Réalité, dans lequel le personnage joué par Chabat, un réalisateur débutant, était chargé par son producteur de trouver le meilleur gémissement de l'histoire du cinéma.
  • Pedro Winter, musicien connu sous le pseudonyme Busy P. et producteur de musique fait une courte apparition à la fin du film, accompagné de Michel Hazanavicius.
  • Les scènes du commissariat ont été tournées à l'Espace Niemeyer, 2 place du Colonel Fabien, 75019 Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Au poste ! », sur Allociné (consulté le 4 juillet 2018).
  2. JP-Boxoffice.com ; page du film Au poste !, consulté le 17 juillet 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]