Association internationale des femmes juges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Association internationale des femmes juges
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège
Organisation
Président
Susan Glazebrook (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

L'Association internationale des femmes juges (AIFJ / International Association of Women Judges IAWJ en anglais) est une organisation non gouvernementale créée en 1991.

Elle est constituée de magistrates du monde entier. Ses actions concernent notamment les problèmes de violence sexiste, de traite des êtres humains, de mariages précoces et forcés, de corruption et de discrimination dans l’emploi, l’héritage, l’éducation et les services de santé[1].

Elle représente en 2021 quelque 6 500 magistrats dans une centaine de pays[2].

Elle est présidée par Susan Glazebrook, juge à la Cour suprême de Nouvelle-Zélande[3]

L'association dispose de sections nationales dans de nombreux pays comme l'AIFJ-Bénin, l'Association des femmes magistrats de Côte d’Ivoire (AFEMCI) ou l'Association des juges et magistrats d’Afrique de l’Est (EAMJA)[4],[5],[6].

Création[modifier | modifier le code]

En 1989, cinquante femmes juges du monde entier sont invitées à la célébration du dixième anniversaire de l'Association nationale des femmes juges des États-Unis[7]. Deux ans plus tard, en octobre 1991 née l'Association internationale des femmes juges, fondée par des magistrates de 15 pays différents. La première réunion est organisée en octobre 1992 à San Diego en Californie, avec 82 juges originaires de 42 pays[7].

Principales actions[modifier | modifier le code]

Violence domestique[modifier | modifier le code]

Sextorsion[modifier | modifier le code]

L'Association internationale des femmes juges est à l'origine du terme « sextorsion » en 2008[8],[9]. Mot-valise formé de sexe et de extortion, il se définit comme « l'abus de pouvoir pour obtenir un avantage ou une faveur de nature sexuelle ». La sextorsion se situe à l'intersection de la corruption et de la violence sexuelle. Cette double dimension la distingue des autres types d’abus sexuels[10].

En 2012, la sextorsion est l'un des sujets majeurs discutés lors de la conférence internationale de l'AIFJ organisée à Londres sur le thème « Assurer la sécurité et le bien-être »[11].

Soutien aux magistrates Afghanes[modifier | modifier le code]

Suite au retour des Talibans au pouvoir en 2022, l'association indique vouloir être « la voix des femmes courageuses qui, durant vingt ans, ont contribué à maintenir un État de droit en Afghanistan »[2]. Elle fait pression sur le gouvernement de transition afin qu'il inclut dans sa bureaucratie les juges afghanes « qui se retrouvent dans une situation très précaire »[3].

Lutte contre la corruption sexuelle au Maroc[modifier | modifier le code]

En 2022, l'AIFJ participe à la création d'un guide publié par Transparency Maroc pour lutter contre la corruption sexuelle au Maroc, aux côtés de l’Union des femmes juges du Maroc : Nouvelles normes d’intégrité et de responsabilité : reconnaître l’impact de la corruption sur les femmes[12]. L'ouvrage est réalisé en réaction au scandale « sexe contre bonnes notes » soulevé par plusieurs universités[13].

Journée internationale des femmes juges[modifier | modifier le code]

L'AIFJ est à l'initiative de la Journée internationale des femmes juges[14]. Vanessa Ruiz, présidente de l'association a formulé cette cette demande, conjointement avec le juge en chef du Qatar Hassan Bin Lahdan Alhassan Almohanadi lors de la deuxième réunion de haut niveau du Réseau mondial pour l'intégrité judiciaire de l'Office des Nations unies contre les drogues et le crime (UNODC) qui s'est tenue à Doha[15].

Le 26 avril 2021, l'Assemblée générale des Nations unies adopte à l'unanimité une résolution visant à déclarer le 10 mars Journée internationale des femmes juges. Elle déclare ainsi « réaffirmer ainsi l’engagement pris de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies et des plans nationaux adaptés et efficaces en faveur de la promotion de femmes aux postes de direction, d’encadrement ou autres des systèmes et institutions judiciaires »[16].

Conférence internationale[modifier | modifier le code]

L'Association internationale des femmes juges organise tous les deux ans une conférence internationale :

  • 2014 à Arusha en Tanzanie
  • 2018 à Buenos Aires en Argentine : « Construire des ponts entre les femmes juges du monde »[17]

En 2022, l'AIFJ annonce que sa conférence 2023 aura lieu du 11 au 14 mai à Marrakech au Maroc, avec pour thème « Les femmes juges : réalisations et défis »[18].

Liste des présidentes[modifier | modifier le code]

Passation de pouvoir en 2018 entre Susana Medina (à gauche) et Vanessa Ruiz
Passation de pouvoir en 2018 entre Susana Medina (à gauche) et Vanessa Ruiz

La présidence de l'association est renouvelée tous les deux ans, lors de la conférence internationale.

Membres notoires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La justice et le droit à distance: la Cour d'appel de l'Ontario s'y met », sur l-express.ca, (consulté le )
  2. a et b Nicolas Bastuck, « Afghanistan : la communauté judiciaire se mobilise en France », sur Le Point, (consulté le )
  3. a b et c Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Afghanistan : un appareil judiciaire d’inspiration occidentale à la merci des talibans », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  4. Karim O. ANONRIN, « Loi sur les violences à raison du sexe des personnes : L’AIFJ-Bénin fait (...) - Fraternité », sur www.fraternitebj.info (consulté le )
  5. « Côte d’Ivoire: rencontre régionale des Femmes Juges/Magistrats d’Afrique à Abidjan - Abidjan.net News », sur news.abidjan.net (consulté le )
  6. (es) A. Agudo, L. Hierro, R. Santodomingo, « Africanas y líderes: ellas construyen el futuro de su continente », sur El País, (consulté le )
  7. a et b (en-US) « Lady Hale becomes President of the International Association of Women Judges », sur UKSCBlog, (consulté le )
  8. (en) Nancy H. Hendry, « Sextortion », dans The Fourth Industrial Revolution and Its Impact on Ethics: Solving the Challenges of the Agenda 2030, Springer International Publishing, (ISBN 978-3-030-57020-0, DOI 10.1007/978-3-030-57020-0_23, lire en ligne), p. 315–320
  9. « DeepL Traduction – DeepL Translate : le meilleur traducteur au monde », sur www.deepl.com (consulté le )
  10. (en-US) centreadmin, « The Perpetration of Sextortion against Migrant Men: Analysis of the Experience of Survivors through the Lens of Masculinity. – Centre for African Justice » (consulté le )
  11. a et b The Supreme Court, « International forum encourages judges to 'mind the gap' », sur www.supremecourt.uk (consulté le )
  12. A.C, « Corruption sexuelle : Transparency Maroc publie un guide pour accompagner les victimes », sur L'Opinion Maroc - Actualité et Infos au Maroc et dans le monde. (consulté le )
  13. « Un guide pour lutter contre la corruption sexuelle (Transparency Maroc) », sur Médias24, (consulté le )
  14. (es) « Historia de una carrera de obstáculos: cómo ser jueza en España », sur Ethic, (consulté le )
  15. (en) anastasia.platonova, « In Doha, 700 judges discuss the past, present and future of the Global Judicial Integrity Network », sur www.unodc.org (consulté le )
  16. United Nations, « Journée internationale des femmes juges | Nations Unies », sur United Nations (consulté le )
  17. (en-US) « Women of Iranian Resistance at IAWJ conference in Argentina », (consulté le )
  18. (en) « IAWJ Biennial Conference 2023 - International Association of Women Judges », sur www.iawj.org (consulté le )
  19. (en-US) « History of the IAWJ and the CCIAWJ | Canadian Chapter of the International Association of Women Judges » (consulté le )
  20. « Carmen Argibay | Gruber Foundation », sur gruber.yale.edu (consulté le )
  21. « Appointment of Judge Carmen Maria Argibay to ICTY | Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie », sur www.icty.org (consulté le )
  22. « Ms Justice Mella Carroll – An Inspiration Especially For Irish Women Who Wished To Pursue A Career In Law », sur The Honorable Society of King's Inns (consulté le )
  23. (en) « Portrait of Ms Justice Mella Carroll unveiled at DCU », sur Irish Legal News (consulté le )
  24. (en) « DCU unveils commissioned portrait of Justice Mella Carroll, a 'woman of many firsts' | Communications Department », sur Dublin City University, (consulté le )
  25. « Pioneer African Women in Law », sur African Women in Law (consulté le )
  26. « Remembering DCJ Emeritus Laetitia Kikonyongo 1940-2017 », sur judiciary.go.ug (consulté le )
  27. (en) « Jane Mathews, The Honourable Justice SC AO », sur womenaustralia.info (consulté le )
  28. « International Judicial Monitor », sur www.judicialmonitor.org (consulté le )
  29. « 2010 Midyear Conference | National Association of Women Judges », sur www.nawj.org (consulté le )
  30. (en-US) « Lady Hale becomes President of the International Association of Women Judges », sur UKSCBlog, (consulté le )
  31. (en) « African women judges decry patriarchy system », sur The New Times | Rwanda, (consulté le )
  32. (en) Mariamme D. Jadloc, « SC justice De Castro is IAWJ president », sur Université des Philippines Diliman (consulté le )
  33. « Women judges on justice for women », sur IDLO - International Development Law Organization, (consulté le )
  34. « Hon. Vanessa Ruiz to Receive the NAWJ Lady Justice Award | National Association of Women Judges », sur www.nawj.org (consulté le )
  35. (en-US) « Global rescue effort tries to help Afghanistan’s female judges escape the Taliban regime », sur PBS NewsHour, (consulté le )
  36. Claire Houngan Ayémonna et Association Internationale des Femmes Juges. Section Béninoise, Femmes juges du Bénin : visages et contribution à l'évolution du droit, AIFJ-Bénin, (ISBN 978-99919-66-68-7 et 99919-66-68-4, OCLC 318921647, lire en ligne)
  37. « Bénin: Claire Houngan Ayémona parle du drame des nouveaux-nés abandonnés », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le )
  38. a et b (en) Mohsin Dar, « Retired Justice Gita Mittal to be awarded Arline Pacht Global Vision Award by International Association of Women Judges », sur Bar and Bench - Indian Legal news (consulté le )
  39. (en-US) Salman Masood, « In a First for Pakistan, a Woman Is Cleared to Become a Supreme Court Justice », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  40. « SOPHIA A. N. WAMBURA (Tanzanie) », sur Mujeres por África (consulté le )