Andragoras (IIIe siècle av. J.-C.)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andragoras.
Pièce à l'effigie d'Andragoras.
Au recto : le roi porte la barbe et le diadème.
Au verso : la légende grecque ΑΝΔΡΑΓΟΡΟΥ (« Andragoras ») est surmontée par un quadrige conduit par une Niké et un guerrier armé.

Andragoras (mort en -238)[réf. nécessaire] fut un satrape séleucide de la Parthie, sous le règne des rois séleucides Antiochos Ier Soter et Antiochos II Theos[1].

Il tenta de s'émanciper de l'Empire séleucide en profitant des démêlés des séleucides avec l'Égypte ptolémaïque, et frappa des pièces à son nom le représentant portant le diadème royal. Il était probablement allié de Diodote Ier de Bactriane, qui réussit à faire sécession au même moment pour fonder le royaume gréco-bactrien.

Andragoras ne gouverna que quelques années, avant d'être vaincu et tué par les Parni conduits par Arsace Ier vers -238[réf. nécessaire], le fondateur de l'empire Parthe[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (Justin, xli. 4)
  2. « Il (Arsace) menait une vie de pillage et de vol, quand il fut informé de la défaite de Séleucos face aux Gaulois. N'ayant plus peur du roi, il attaqua les Parthes avec une bande de voleurs, vainquit leur préfet Andragoras, et, après l'avoir tué, il prit le pouvoir sur la nation » (Hic solitus latrociniis et rapto uiuere accepta opinione Selencum a Gallis in Asia uictum, solutus regis metu, cum praedonum manu Parthos ingressus praefectum eorum Andragoran oppressit sublatoque eo imperium gentis inuasit ) Justin, xli. 4.