Andry-Farcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andry-Farcy
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Nom dans la langue maternelle
Andry-FarcyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Pierre-André Farcy dit Andry-Farcy est un artiste et conservateur du musée français, né à Charleville le 18 mai 1882, décédé à Grenoble le 5 juillet 1950.

Il étudie à Paris, l'École nationale des Arts décoratifs , l'École Nationale des Beaux-ArtsFernand Cormon est son maître. Il expose au Salon d'automne en 1905 et au Salon de Lyon. Il devient journaliste, critique, et dessinateur au Petit Dauphinois à la même époque et intègre les milieux d'avant-garde à Grenoble.

Il est nommé conservateur au Musée de Grenoble en 1919 (succédant à Jules Bernard) à la suite d'un vote, puis d'un choix de la municipalité, contre l'autre candidat Tancrède Bastet.

Andry-Farcy obtient une reconnaissance européenne du musée de Grenoble à l'époque de l'exposition internationale de la houille blanche et du tourisme de 1925.

Soucieux de faire connaitre le musée, il obtient de faire installer des panneaux publicitaires et de l'inscrire dans les guides touristiques de Grenoble.

Il conserve son poste une trentaine d'années, soutenu par les édiles grenoblois qui souhaitent faire figurer le musée de Grenoble dans le patrimoine touristique de la ville, malgré l'opposition féroce d'une cabale conservatrice, académique et nationaliste qui lui reproche de faire entrer au musée des œuvres qui déshonorent la ville. Au point qu'il est arrêté et incarcéré en 1944 pour avoir exposé "des œuvres d'art dégénéré " .

Entre dons nombreux, achats et dépôts, il fait entrer l'art de son temps au musée lequel devient pionnier en exposition d'art contemporain dès les années 20, et sert de modèle de référence aux autres villes de France après la Seconde Guerre Mondiale.

Ayant tissé des relations fortes avec les artistes de son époque, il acquiert une importante collection d'art moderne (Picasso, Bonnard, Matisse), transformant le musée de la Place de Verdun en une des principales collections de France. Il reçoit le legs Agutte-Sembat grâce auquel des œuvres néo-impressionnistes et fauves occupent une salle, ainsi que la donation Fantin-Latour qui fait entrer gravures et dessins dans les collections.

D'autres artistes donateurs enrichissent la collection d’œuvres : Picasso, Bonnard, Matisse...

Même si toutes ses acquisitions ne sont pas de même qualité, il n'en demeure pas moins que les œuvres phares actuelles de ce musée sont dues à ses choix et à sa curiosité dans une époque ou bon nombre de musées refusaient d'acquérir et d'exposer ces artistes novateurs et contestés.

Références[modifier | modifier le code]

  • Hélene Vincent, Andry-Farcy un conservateur novateur : Le musée de Grenoble de 1919 à 1949, Grenoble, Musée de Grenoble,
  • Maurice Wantellet, Deux siècles et plus de peinture dauphinoise, Grenoble, édité par l'auteur, , 269 p. (ISBN 2-9502223-0-7)