Alexandre Bonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Bonnier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Alexandre Bonnier est un artiste peintre, sculpteur, créateur d'installations et graveur de tendance surréaliste né à Chalon-sur-Saône le et mort à Paris le [1]. Surnommé « A. B. » dans les milieux artistiques et littéraires, il était également écrivain et cinéaste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Bonnier fit ses études à l'école des beaux-arts d'Aubusson (Creuse). Après quatre années d'obligations militaires en Algérie, il fut nommé directeur de l'École des beaux-arts de Moulins (Allier)[2] puis de celle de Lille[3], enfin responsable des arts plastiques à l'Institut de l'Environnement[4] (qui prendra en 1974 le nom de "Service de l'enseignement de l'architecture et des arts plastiques").

Peignant et écrivant simultanément (son plus ancien Autoportrait connu correspond à son retour d'Algérie[5]), ne dissociant intellectuellement pas du reste ces deux disciplines (« Il peignait l'été, écrivait l'hiver » témoignera son amie Jeanne Gatard en 1993[6],[7]), son engagement dans l'administration française des enseignements artistiques se coupla rapidement d'une activité picturale soutenue: après une toute première exposition à Toulouse en 1964, il fit partie des peintres permanents de la Galerie Pierre Domec à Paris, aux côtés de Robert Lapoujade, Robert Wogensky et Geùla Dagan. Il laisse à sa mort de nombreux inédits.

Les récurrences contenues dans l'œuvre d'Alexandre Bonnier, celles du fantasme (Éros) et de la mort (Thanatos), ne manquent pas de suggérer les écrits de Georges Bataille (en particulier Madame Edwarda[8]) et ont été résumées par Jean-Pierre Delarge: « Evocateur des aventures mentales les plus extrêmes, Bonnier transpose sur toile les perceptions des sens, proposant des équivalences plastiques aux sensations captées[9] ». Si donc les corps, discernables mais non objectivement figurés, sont présents dans les premières toiles d'Alexandre Bonnier (Homme nu, 1964, Madame Petit Cul, 1966[10]), ceux-ci vont tendre à disparaître, ne laissant rien d'autre à constater plus tard à Jean Paulhan (« Que sont devenus les êtres qui peuplaient ses premières toiles? » s'interroge-t-il[11]) qu'une peinture de sensations transposées dans une abstraction nuagiste, informelle.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Homme nu, Huile sur toile 1964-1965, format 130x97cm, exposition Galerie Pierre Domec 1965.
  • Madame Petit Cul, Huile sur toile 1966, format 92x65cm, exposition Galerie Pierre Domec, 1967.
  • Mamiemamort, installation, 1975, Musée de Saint-Étienne.
  • Autoportrait en Antonin Artaud, pastel et crayon, 1980, format 77x57cm, Musée de Saint-Étienne.
  • Sida, acryliques sur papier, 1989, formats 75 x 56cm, Paris, Musée national d'art moderne.

Livres illustrés par Alexandre Bonnier[modifier | modifier le code]

Livres écrits par Alexandre Bonnier[modifier | modifier le code]

  • Le Rose. Éloge et inventaire, Paris, Institut de l'Environnement, 1973.
  • Les Bagues amoureuses, Pages sans titre, 1976.
  • Triche, triche, triche et chie dans la mort... (Editions hors commerce François Norguet, collection "Pages sans titre", 1978. Tirage limité à 80 exemplaires numérotés et signés.)
  • Les Tartines, Marseille, Institut scientifique de Recherche paranaturaliste, 1979. (Tirage limité à 50 exemplaires numérotés et signés.)
  • Journal d'esthétique I, Éditions du musée de Tourcoing, 1981.
  • Couillos Démios et Jules suivi de Compte-Conte, Œ et de Mozart-Tennis, préface d'Igor Glose (pseudonyme d'Alexandre Bonnier), Paris, galerie NRA, 1982.
  • Portraits philosophiques en forme de médaillons, Éditions de la Galerie N.R.A., Paris, 1984.
  • Portraits, autoportraits et quelques écrits, précédé de "Portrait de profil", par Jean-Marie Touratier, Paris, Limage 2, coll. "L'Imaginée", 1984.
  • La Mort quotidienne, Marseille, les éditions chemin de ronde, 1985.
  • Les Jeux de dames, avec 10 linogravures de Joël Desbouiges, postface de Serge Hélias, Montmorency, Carte Blanche, 1985.
  • Les Dessins en crise de Jeanne Gatard, Angoulême, A.C.A.P.A., 1986.
  • Journal intact, Limoges, Éditions Sixtus, 1990.
  • Journal d'esthétique II, Éditions Lefor-Openo/Voix, 1991.
  • L'Encrier ou la Plume, Paris, Éditions Area, 1994.
  • La Mort quotidienne, Cadenet, les éditions chemin de ronde, coll. "Cadratins”, 2016.

Textes enregistrés[modifier | modifier le code]

  • Poèmes et fraiseuses de mots, disque compact, DAO La Petite École, Annecy, 1994. Textes d'Alexandre Bonnier dits par lui-même.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La mort d'Alexandre Bonnier Journal La Montagne, 4 septembre 1992.
  2. Voir le diaporama des œuvres d'Alexandre Bonnier consstitué par l'École des beaux-arts de Moulins sur son site
  3. Dictionnaire Bénézit (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  4. Archives A.C.A.P.A., Angoulême.
  5. Frédéric Valabrègue et Bernard Lattay: Alexandre Bonnier, peintre et écrivain (Cf. Bibliographie ci-dessus), voir page 28.
  6. Citée par Frédéric Valabrègue et Bernard Lattay, op. cit. Page 149.
  7. Sur Jeanne Gatard, artiste peintre et dessinatrice, voir Dictionnaire Bénézit, op. cit. Tome 5 page 897.
  8. Frédéric Valabrègue et Bernard Lattay (op. cit.) ont placé en page de tête de leur monographie un extrait de Madame Edwarda théorisant élogieusement l'extase, la transgression et la mort.
  9. Jean-Pierre Delarge: Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  10. Catalogues Galerie Pierre Domec 1965 et 1967. Tableaux vraisemblablement aujourd'hui en collections particulières.
  11. Jean Paulhan: A. B., dans Œuvres complètes (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  12. Henry Lhong, L'atelier, texte réédité par la revue d'arts plastiques Esprits nomades.
  13. Alexandre Bonnier, « interview à propos de son exposition à la galerie Pierre Domec », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 10 juin 1967.
  14. ACAPA - Artothèque d'Angoulême, Présentation d'Alexandre Bonnier

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • André Pieyre de Mandiargues : Alexandre Bonnier, plaquette biographique et analytique éditée par la Galerie Pierre Domec, Paris, 1965.
  • Henry Lhong, « L'atelier » in Bulletin d'information de l'Atelier de Toulouse, (lire en ligne) — réédité par la revue d'arts plastiques Esprits nomades.
  • Jean Paulhan : A. B. (sur Alexandre Bonnier) dans Œuvres complètes, Claude Tchou éditeur, 1970.
  • Vilèm Flusser : L'appartement d'Alexandre Bonnier dans revue Traverses, Centre Georges-Pompidou, 1970.
  • Igor Glose : Alexandre Bonnier (entretiens avec l'artiste), édité par la Maison de la Culture d'Amiens, 1975.
  • Gilbert Lascault : Alexandre Bonnier - Autour d'images et d'écrits, Editions Shakespeare International, 1982.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Centre Georges-Pompidou : Abécédaire des films sur l'art moderne et contemporain, 1905-1984, édité en partenariat avec le Centre national des arts plastiques, 1985. Voir page 57.
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Frédéric Valabrègue : Alexandre Bonnier, peintre et écrivain, monographie, éditions voix richard meier, 1994. (Photographies de Bernard Lattay.)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Emmanuel Bénézit : Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 2 page 542, article écrit par Jacques Busse. lire en ligne, (ISBN 9780199899913)
  • Jean-Pierre Delarge : Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001. Voir page 147.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les échelles multiples d'Alexandre Bonnier, film documentaire (25 min) de Bernard Lattay, 1972. Diffusion: Alexandre Bonnier.
  • Ma mort ou celle d'un autre, court-métrage (11 min) réalisé par Alexandre Bonnier, Jean-Claude Bonfanti et Jean-Louis Richet, 1972. Diffusion: Alexandre Bonnier.
  • Angkor, en corps, encore, moyen-métrage (26 min) réalisé par Alexandre Bonnier, texte de Fernand Jacquet, 1973. Production: Axe Films.
  • Fleur d'os, moyen-métrage (25 min) réalisé par Alexandre Bonnier, 1973. Diffusion: Institut de l'Environnement.
  • La Mort quotidienne, court-métrage (10 min) réalisé par Alexandre Bonnier, 1984.

Liens externes[modifier | modifier le code]