Fantasme (sexualité)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fantasme.
Une des illustrations de De Figuris Veneris de Édouard-Henri Avril représentant un homme fantasmant alors qu'il se masturbe.

Un fantasme sexuel (ou fantasme érotique) est une représentation imaginaire qui permet à une personne des scénarios plus ou moins obscènes, en fonction de ses désirs refoulés ou secrets. Le fantasme reste un stimulant efficace lorsqu'il n'expose pas le rêveur à des scènes qui deviennent obsessionnelles et qui nuiraient à son épanouissement social[1].

Cette image mentale ou un schéma de pensée qui stimule la sexualité d'une personne et peut créer ou améliorer son excitation sexuelle. Il peut être créé par l'imagination ou la mémoire de la personne et peut être déclenché de manière autonome ou par une stimulation externe, telle une lecture érotique, de la pornographie, un objet physique ou une attraction sexuelle pour une autre personne. Tout ce qui peut donner lieu à une excitation sexuelle peut aussi produire un fantasme sexuel, et l'excitation sexuelle peut à son tour donner lieu à des fantasmes.

Les fantasmes sexuels sont presque universels, signalés dans de nombreuses sociétés à travers le monde. Cependant, en raison de la nature de certains, la mise en pratique de ceux-ci est beaucoup moins courante, en raison de contraintes culturelles, sociales, morales et religieuses. Dans certains cas, même une évocation de fantasmes sexuels est soumise à des tabous sociaux et à des inhibitions.

Certaines personnes trouvent commode d’exercer des fantasmes à travers un jeu de rôle sexuel.

Un fantasme peut être une expérience positive ou négative, voire les deux. Cela peut être en réaction à une expérience passée et peut influencer le comportement sexuel futur. Une personne peut ne pas souhaiter réaliser un fantasme sexuel dans la vie réelle, et comme le processus est entièrement imaginaire, il ne se limite pas à des fantasmes acceptables ou pratiques, qui peuvent fournir des informations sur les processus psychologiques du comportement sexuel.

Le fantasme sexuel peut aussi appartenir à un genre de littérature, de film ou d'œuvre d'art. Celles-ci peuvent être appréciées pour leur esthétique, bien qu'elles puissent rendre sentir mal à l'aise certaines personnes. Par exemple, les films de femmes en prison peuvent être décrits comme des fantasmes sexuels, tout comme les films pornographiques. Dans le cas des films, le terme peut décrire une partie du film, comme une scène ou une séquence de fantasme. Outre les films pornographiques, plusieurs films grand public ont inclus des scènes de fantaisie sexuelle, telles que Business Is Business (1971), Amarcord (1973), American Beauty (1999) et bien d’autres. Dans de nombreux cas, l'utilisation de scènes fantasmagoriques permet l'inclusion d'éléments allégoriques indiquant l'état mental sexualisé d'un personnage.

Le Rêve de la femme du pêcheur d'Hokusai est une représentation artistique du fantasme sexuel.

Méthodologie[modifier | modifier le code]

En raison de la difficulté d'identifier et d'apprécier objectivement la nature des fantasmes sexuels, de nombreuses études traitent de fantasmes conscients lorsqu'une personne est éveillée. Ces fantasmes sont souvent mesurés selon l'une des trois techniques suivantes :

  1. Fournir aux personnes sondées anonymement une liste de contrôle des fantasmes et leur demander d’indiquer ceux qu’ils ont expérimentés, à quelle fréquence et dans quel contexte. Cette méthode repose sur une mémoire rétrospective, ce qui peut limiter sa précision. Cette liste de contrôle peut ne pas être exhaustive et, par conséquent, peut être biaisée par rapport à certains fantasmes.
  2. Demander aux sondés anonymes d'écrire, sous forme narrative, leurs fantasmes sexuels. Cette méthode repose également sur la mémoire rétrospective. Certaines études limitent le nombre de fantasmes introduits (tels que les plus fréquents), et les répondants peuvent ne pas écrire tous leurs fantasmes de toute façon - ils peuvent oublier les fantasmes peu fréquents, ne pas vouloir écrire trop de choses ou être plus sujets à biais de désirabilité sociale qu'avec une liste de contrôle.
  3. Demander aux personnes interrogées de consigner les fantasmes vécus au cours d'une période donnée au moyen de listes de contrôle ou de journaux intimes. Cette méthode nécessite beaucoup de temps pour être représentative et peut ne pas être pratique.

Pour mesurer la fiabilité du témoignage de leurs fantasmes, les chercheurs peuvent comparer l'excitation sexuelle déclarée d'une personne à des mesures réelles d'éveil en utilisant des techniques telles que la photopléthysmographie vaginale, les jauges de contrainte péniennes ou d'autres outils tels que l'amplitude du pouls génital et fréquence cardiaque (pléthysmographie pénienne). Une étude réalisée en 1977 a montré que les hommes trahissaient mieux l'excitation que les femmes en termes de volume sanguin et que les hommes et les femmes étaient égaux lorsqu'ils étaient jaugés en fonction des mesures de l'amplitude du pouls. De plus, les femmes étaient plus aptes à être détectées à faible excitation.

La sexualité de groupe est un des fantasmes les plus fréquents.

Comme souvent dans les études sur la sexualité, les échantillons utilisés de population peuvent être trop réduits, ne pas être totalement aléatoires ou ne pas être entièrement représentatifs d'une population. Cela rend les similitudes entre les études particulièrement importantes. Les femmes peuvent être enclines à sous-estimer la fréquence des fantasmes parce qu'elles ne réalisent pas qu'elles deviennent excitées ou qu'elles ne le concèderont pas. Une des difficultés rencontrées est qu’elles imaginent des images romantiques et s’excitent, mais ne rapportent pas le fantasme parce que ce n’est pas sexuellement explicite. De nombreuses études sont modernes et menées dans la société occidentale, qui, à travers des facteurs tels que les rôles de genre et les tabous, ne sont pas très représentatives, d'où la nécessité de produire davantage d'études dans différentes sociétés et époques historiques. En ce qui concerne l'âge, il existe très peu d'information sur les fantasmes sexuels chez les enfants âgés de 5 à 12 ans et des études longitudinales sont nécessaires tout au long de la vie. Le sexe est souvent un sujet tabou, il peut donc être difficile de donner un exemple vraiment honnête et représentatif dans certains domaines. Par exemple, une étude réalisée en 1997 sur des sujets mâles gays d’Asie du Sud a révélé que près de 75% des enfants avaient peur d’être «découverts», ce qui complique les études.

Les scénarios des fantasmes sexuels varient considérablement entre les individus et sont influencés par les désirs et les expériences personnels, et vont du plus banal au plus bizarre. Les fantasmes sont fréquemment utilisés pour échapper à des contraintes sexuelles réelles en imaginant des scénarios dangereux ou illégaux, tels que le viol, la castration ou l'enlèvement. Ils permettent aux gens de s'imaginer dans des rôles qu'ils n'ont pas normalement, tels que le pouvoir, l'innocence et la culpabilité. Les fantasmes ont une influence énorme sur le comportement sexuel et peuvent être la seule cause d'un orgasme. Bien qu'il existe plusieurs thèmes communs dans les fantasmes, tout objet ou acte peut être érotisé.

Les fantasmes sexuels sont de plus en plus considérés comme une composante nécessaire à une relation saine. En conséquence, les théoriciens ont soutenu que les fantasmes peuvent être utilisés pour encourager et promouvoir le plaisir sexuel entre partenaires. Les chercheurs ont également trouvé une corrélation positive entre les occurrences de fantasmes sexuels et l'augmentation de l'orgasme, de l'excitation et de la satisfaction générale. Les avantages relatifs des fantasmes sexuels sont résumés dans une déclaration de Stroller ; « Les fantasmes sexuels sont une pornographie privée dans laquelle nous répétons encore et encore des besoins quasiment impossibles à satisfaire dans le sexe ». Il permet donc à un individu de satisfaire des désirs qui ne peuvent être réalisés de manière réaliste. En ce sens, les chercheurs affirment que la fantasme sur les relations sexuelles extra-conjugales ou entre partenaires multiples est positivement corrélée avec les relations amoureuses de long terme. En tant que tels, les fantasmes sexuels sont considérés comme un moyen de lutter contre l'insatisfaction sexuelle.

Le fantasme sexuel peut également être utilisé pour résoudre des difficultés relationnelles, par opposition à l'insatisfaction sexuelle. Par exemple, on a constaté que les femmes expérimentant des difficultés dans leur mariage fantasmaient beaucoup plus souvent que les femmes mariées avec bonheur. La création de scénarios hypothétiques peut être utilisée comme mécanisme d'adaptation, en particulier par les femmes, dans la gestion du stress et de l'inconfort. En tant que tels, les fantasmes permettent aux individus d'entrer dans un nouveau domaine (par exemple, éprouver une position de pouvoir, d'innocence ou de culpabilité) qui contraste avec la source de l'angoisse et améliore le sentiment de confiance en soi.

Le but et la fonction des fantasmes sexuels sont expliqués différemment d'un point de vue évolutif. La théorie de l’attachement de John Bowlby (1969/1982) affirme que l’absence de figures d’attachement adéquates peut dévaster l’estime de soi. Il est suggéré que les personnes les plus anxieuses utilisent le sexe pour atteindre la sécurité émotionnelle. En conséquence, elles pourraient avoir des relations sexuelles en souhaitant une intimité sexuelle et augmenter la fréquence des comportements sexuels dans des conditions qui remettent en cause l'état de leur relation. À l'inverse, les personnes ayant le type d'attachement d'évitement appréhende l'intimité des relations sexuelles et prend des mesures actives pour éviter les sentiments de proximité. Les comportements sexuels comprennent les relations sexuelles sans émotion avec des partenaires occasionnels, les relations sexuelles pour se promouvoir et les sentiments de détachement pendant les rapports sexuels. Les fantasmes sexuels sont susceptibles de suivre des thèmes liés à l'attachement. Il est à noter que les individus attachés à l'anxiété rapportent significativement plus de fantasmes sexuels et décrivent le soi comme faible, fiable et impuissant. Les gens ayant un type d'attachement d'évitement rapportent des fantasmes dans lesquels les relations sont considérées comme froides, insensibles et impersonnelles. En tant que tels, les fantasmes sexuels ont pour fonction principale de réaliser des objectifs interpersonnels à travers le mode de représentation mentale.

La théorie de l'évolution fournit une explication alternative significative quant à l'objectif et à la fonction des différences entre les sexes dans les fantasmes sexuels. La littérature de recherche indique que les femmes sont plus susceptibles de donner la priorité à leurs propres sensations physiques et émotionnelles, où les hommes évoquent des images de partenaires sexuels. Les femmes sont également plus susceptibles de fantasmer sur une seule personne avec qui elles ont partagé leur histoire ou sur celles avec qui elles souhaitent entretenir une relation à long terme. Au fil du temps, il s'est avéré avantageux pour le mâle de s'accoupler avec des femelles jeunes et fertiles. Ils ont développé une capacité à déchiffrer les «nouvelles caractéristiques» des partenaires reproducteurs : peau claire, cheveux épais, lèvres plus pleines, etc. À titre de comparaison, les femmes sont attirée vers la reproduction à travers un investissement parental et d'un patrimoine génétique de qualité qu'amène l'homme. Du point de vue des femmes, les risques de copulation avec plusieurs partenaires masculins dépassent de loin tous les avantages potentiels. Il n'est donc pas surprenant que les hommes visualisent des caractéristiques physiques spécifiques. Ses origines et son but peuvent être trouvés dans l'évolution. Il s'ensuit également que, lorsque les hommes se projettent vers l'extérieur, en voyant les femmes et un moyen d'obtenir du plaisir sexuel, les femmes sont devenues conditionnées à rester passives dans ce rôle. Elles le font sous étroite surveillance de l’attention sexuelle masculine, afin de fantasmer sur un partenaire spécifique et spécial.

Une personne peut ne pas vouloir réaliser un fantasme : les gens utilisent souvent des fantasmes pour aider à planifier de futures rencontres sexuelles. Les fantasmes surviennent chez tous les individus et à tout moment de la journée, bien qu'il ait été suggéré qu'ils sont plus fréquents chez les "rêveurs". Le fantasme sexuel est fréquent pendant la masturbation, cela semble être plus vrai chez les hommes que chez les femmes.

Pendant le contact sexuel, certaines personnes peuvent utiliser leurs fantasmes pour « désactiver » les aspects indésirables d'un acte. À l'inverse, une personne peut utiliser le fantasme pour se concentrer et maintenir son excitation, par exemple un homme recevant une fellation évitant ainsi de se laisser distraire. Les hommes ont tendance à ne conscientiser que certaines parties d'eux-mêmes pendant les rapports sexuels - ils sont plus susceptibles de se concentrer sur la stimulation physique d'une zone et, en tant que tels, ne se considèrent pas comme un «tout».

Beaucoup de couples partagent leurs fantasmes pour se sentir plus proches et gagner plus d'intimité et de confiance, ou simplement pour devenir plus excités ou pour avoir une réaction physique plus puissante. Certains couples partagent les fantasmes comme acte sans pénétration ; ce qui pourrait expliquer la montée en puissance du BDSM dans les années 1980 - afin d'éviter de contracter le VIH. Les gens se sont tournés vers le BDSM en tant que possibilité sans risque de vivre des fantasmes sexuels. Les couples peuvent aussi jouer avec leurs fantasmes à travers un jeu de rôle sexuel.

Les fantasmes peuvent également être utilisés dans le cadre d'une thérapie sexuelle. Ils peuvent améliorer les rapports sexuels insuffisamment excitants pour promouvoir des niveaux plus élevés d'excitation sexuelle et de libération. Une étude de 1986 portant sur les femmes mariées a montré que les fantasmes sexuels les ont aidés à atteindre l'excitation et l'orgasme. Dans le cadre de la thérapie, les femmes anorgasmiques sont généralement encouragées à utiliser le fantasme et la masturbation.

Le sexe oral est l'un des fantasmes les plus courants chez les hommes et les femmes

Situation Réalisée (%) Fantasmée (%)
Infidélité 16 30
Triolisme 14 21
Sexe au travail 12 10

Selon une enquête américaine de 2004, l'incidence de certains fantasmes est supérieure à la concrétisation de la situation.

Différences selon les genres[modifier | modifier le code]

Les genres montrent des différences dans leurs fantasmes. Les hommes ont tendance à fantasmer sur les expériences sexuelles passées, tandis que les femmes sont plus susceptibles de visualiser un amant imaginaire ou une rencontre sexuelle qu’elles n’ont jamais expérimentée auparavant. Les fantasmes masculins ont tendance à se concentrer davantage sur l'imagerie mentale et les détails anatomiques explicites, les hommes étant davantage intéressés par la stimulation sexuelle visuelle et les fantasmes liés aux rencontres sexuelles occasionnelles, quelle que soit leur orientation sexuelle.

D'autre part, les fantasmes des femmes ont tendance à être davantage axés sur la stimulation sexuelle mentale et contiennent plus d'émotion et de connexion. Ainsi, les femmes sont plus susceptibles de rapporter des fantasmes sexuels romantiques riches d'intimité et d'affection, par exemple en associant leur partenaire masculin à l'héroïsme et en les considérant comme des sauveteurs chevaleresques. La théorie de l'évolution pose l'hypothèse à propos ce constat, que les femmes sont susceptibles de montrer leur engagement envers leur partenaire masculin en échange de son investissement en ressources pour aider à élever sa progéniture, augmentant ainsi les chances de survie des enfants.

De nombreuses recherches ont mis en évidence plusieurs différences entre les sexes dans les fantasmes sexuels. Parmi les modèles qui ont fréquemment émergé figurent la plus grande tendance des hommes à rapporter des fantasmes sexuels appartenant aux catégories suivantes : exploratoire, intime, impersonnel et sadomasochisme. Les fantasmes exploratoires incluent ceux des rencontres homosexuelles et du sexe en groupe, tandis que les fantasmes de voyeurisme et de fétichisme sont considérés comme des fantasmes sexuels impersonnels. Les femmes sont également susceptibles d'avoir des fantasmes impliquant une partenaire de même sexe, ou une personne célèbre, bien que les deux genres aient préféré les fantasmes intimes aux trois autres types décrits, dont les fantasmes de sexe oral et en extérieur.

Une représentation artistique du sexe en groupe : un fantasme sexuel trouvé plus commun chez les hommes. Avant le Déluge, peinture de Cornelis van Haarlem en 1615.

Une autre façon de différencier les sexes réside dans le fait que les hommes sont beaucoup plus susceptibles de fantasmer d'avoir plusieurs partenaires sexuels (c'est-à-dire d'avoir des trios ou des orgies) par rapport aux femmes et de rechercher une plus grande variation de leurs fantasmes sexuels. La théorie évolutionniste suggère que cela peut être dû à la capacité des hommes à produire de nombreux enfants à tout moment en fécondant plusieurs femelles, et prédit ainsi que les hommes seront plus ouverts au concept de partenariats multiples pour augmenter les chances de reproduction et de prolongation de leur ligne génétique .

Les sexes diffèrent également en termes de fantasmes de domination et soumission. Les hommes fantasment aussi souvent sur les deux aspects, alors que les femmes fantasment plutôt sur la soumission que sur la domination. Malgré ces différences, il est important de noter que la plupart des individus ne se conforment pas à ces stéréotypes sexuels, et que la sexualité masculine n’est pas intrinsèquement agressive, et que la sexualité féminine n'est pas non plus intrinsèquement passive et que ces stéréotypes peuvent diminuer avec l’âge.

Les fantasmes sexuels peuvent au contraire varier en fonction des différences individuelles, telles que la personnalité ou les expériences d'apprentissage, et non en raison du genre en soi. En effet, il a été suggéré que les différences entre les sexes dans les fantasmes sexuels se sont amoindries avec le temps et pourraient continuer à le faire, par exemple en ce qui concerne la variété des fantasmes sexuels et la quantité de ceux-ci rapportée par chacun des sexes.

Table 2. Proportion des fantasmes sexuels réalisés.
Pourcentage des fantasmes (%)
Homme Femme
Sexe en groupe 42 16
Personne célèbre 16 27
Homosexualité 10 19
Étranger 33 39

L'âge de la première expérience d'un fantasme sexuel diffère également entre les sexes. Les hommes sont susceptibles de le vivre plus jeune, généralement entre 11 et 13 ans, et les décrivent comme étant plus explicites dans leur contenu. Les thèmes communs aux deux sexes concernant les premiers fantasmes sexuels comprennent des relations sexuelles avec des célébrités (telles que des stars de cinéma) et des enseignants. Il a été remarqué que les préférences de fantaisie sexuelle des deux sexes changent également en fonction de l'âge. Par exemple, que les hommes plus jeunes avaient plus de fantasmes avec des partenaires multiples, une tendance diminuant avec l'âge, tandis que les fantasmes homosexuels augmentent légèrement. Pendant ce temps, pour les femmes, les fantasmes avec des inconnus et des partenaires de même sexe restent relativement stables tout au long de la vie.

Des différences de sexe ont également été constatées en ce qui concerne les fantasmes paraphiliques (c’est-à-dire ceux qui sont considérés comme atypiques). Les exemples de fantasmes sexuels paraphiliques comprennent l'inceste, le voyeurisme, le fétichisme transvesti, les relations sexuelles avec des animaux (voir zoophilie) et la pédophilie. Une étude a rapporté que plus de 60 % des hommes ont admis avoir eu un rapport sexuel avec un partenaire mineur, et 33% des hommes ont rapporté des fantasmes de viol. Avec d’autres fantasmes sexuels, on pense que l’âge d’apparition des fantasmes sexuels paraphiliques est généralement à 18 ans, avec de variations selon les fantasmes spécifiques.

Table 3. Types fantasmes parapubliques et age d'apparition.
age (années : mois)
Travestissement 13:6
Fétichisme 16:0
Voyeurism 17:4
Pédophilie hétérosexuelle (non incestueuse) 21:1
Pédophilie homosexuelle (non incestueuse) 18:2

Les fantasmes sexuels inhabituels sont plus fréquents chez les hommes, les fantasmes d'uriner sur leur partenaire sexuel et d'uriner étant significativement plus élevés chez les hommes. Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, quatrième édition (DSM-IV), stipule que les paraphilies sont rarement diagnostiquées chez les femmes, à l'exception du masochisme sexuel. En outre, on a constaté que l'excitation sexuelle était plus grande chez l'homme que chez la femme lorsqu'on demande d'imaginer à se livrer à une activité sexuelle paraphilique. Il se peut toutefois que les paraphilies soient moins souvent signalées chez les femmes car elles font l’objet de recherches insuffisantes. Ces paraphilies comprennent le sadisme, l'exhibitionnisme et la pédophilie.

Les fantasmes sexuels sont plus susceptibles d'être concrétisés dans la société d'aujourd'hui en raison d'attitudes plus libérées vis-à-vis du sujet sexuel auparavant tabou et d'une prise de conscience accrue de la variété des expériences sexuelles existantes. Les femmes ont plus tendance à agir selon leurs fantasmes sexuels que les hommes, car il a été suggéré qu'elles fantasment sur les activités sexuelles dans le cadre de leur expérience, ce qui les plus faciles à réaliser.

Le lien entre les fantasmes sexuels impliquant la domination (par exemple, les fantasmes de viol) et la probabilité de présenter un comportement agressif dans la vie réelle a été étudié. Des liens ont été trouvés avec des crimes sexuels commis par des hommes et des fantasmes de coercition sexuelle. C'est d'autant plus marqué si l'individu présente des niveaux élevés de traits psychotiques.

Étant donné que de nombreuses variables influencent la fantaisie sexuelle, les différences entre les genres peuvent être examinées au moyen de multiples cadres théoriques. Le constructivisme social prédit que la socialisation sexuelle est un puissant prédicteur du fantasme sexuel et que les différences entre les sexes sont le résultat d'influences sociales. De ce point de vue, on pense que la sexualité féminine est plus malléable car elle est davantage influencée par les opinions et les attentes culturelles concernant la façon dont les femmes doivent penser et se comporter. En revanche, la théorie évolutionniste (également appelée psychologie évolutionniste ou sociobiologie) affirme que le fantasme sexuel est prédisposé par des facteurs biologiques. Par exemple, certaines études ont montré que les femmes préfèrent fantasmer sur des amants familiers, alors que les fantasmes sexuels masculins impliquent des partenaires anonymes.

L'explication constructiviste sociale suggère que c'est ainsi, parce que les femmes sont éduquées à être chastes et sélectives avec les hommes, alors que la théorie de l'évolution peut affirmer que les femmes ancestrales préfèrent la sécurité reproductive d'un seul partenaire, de sorte que lui être fidèle se traduit par une plus grande probabilité qu’il investisse des ressources pour elle et sa progéniture, une idée encore enracinée chez les femmes modernes aujourd'hui. La psychologie évolutive peut également aider à mettre en lumière le fait que les femmes ont une plus grande proportion de fantasmes sexuels impliquant une célébrité masculine par la théorie que cette stratégie d’accouplement peut avoir été avantageuse pour nos ancêtres féminins, de sorte que l’affiliation à un homme de haut rang augmente le taux de survie des enfants grâce à la protection et à l'abondance de provisions.

Orientation sexuelle[modifier | modifier le code]

En 1979, Masters et Johnson ont réalisé l'une des premières études sur les fantasmes sexuels chez les hommes et les femmes homosexuels, bien que leur méthode de collecte de données ne soit pas claire. Leur échantillon était composé de 30 gays et lesbiennes, et ils ont découvert que les cinq fantasmes les plus courants chez les hommes homosexuels étaient des images d’anatomie sexuelle (principalement le pénis et les fesses), des rencontres sexuelles forcées, un cadre idyllique pour le sexe, le sexe de groupe et le sexe avec des femmes. Une étude de 1985 a révélé que les hommes homosexuels préféraient une activité sexuelle non spécifiée avec d'autres hommes, le sexe oral et les relations sexuelles avec un autre homme qui n'était pas impliqué auparavant. Dans les deux études, homosexuels et hétérosexuels partageaient des fantasmes similaires, mais les genres inversés. Une étude non-représentative de 2006 a examiné les hommes homosexuels en Inde. Ils étaient plus axés sur les fantasmes exploratoires, intimes et impersonnels que les hétérosexuels. Il n'y avait pas de différences pour les fantasmes sadomasochistes. En général, il y avait peu de différence dans les fantasmes d'hommes homosexuels et hétérosexuels. Au moment de l’étude, l’homosexualité y était illégale.

Une étude de 2005 a comparé les femmes hétérosexuelles et homosexuelles de la région métropolitaine de Los Angeles et a constaté certaines différences dans le contenu de leurs fantasmes. Dans les conclusions sexospécifiques, les homosexuelles avaient plus de fantasmes sur des parties spécifiques de la femme (visage, seins, clitoris, vagin, fesses, bras ou cheveux), tandis que les hétérosexuelles avaient plus de fantasmes sur certaines parties du corps de l'homme (visage, pénis, fesses, bras ou cheveux). Les homosexuelles avaient aussi plus de fantasmes d'"impressionner beaucoup de femmes", il n'y avait pas de différence significative lorsqu'on demandait aux sujets si elles rêvaient de "plaire à beaucoup d'hommes". Il n'y avait pas de différence significative dans les réponses aux questions qui n'étaient pas sexospécifiques.

Acte forcé[modifier | modifier le code]

Le viol ou le kidnapping est un fantasme commun aux hommes et aux femmes, que ce soit à titre central ou comme ingrédient dans un scénario sexuel particulier. Le fantasme peut impliquer le rôle actif ou passif de l'acte forcé. Certaines études ont montré que les femmes ont tendance à fantasmer d'être forcées à avoir des rapports sexuels plus souvent que les hommes. Une étude réalisée en 1974 par Hariton et Singer a révélé que le fait d’être « maîtrisé ou forcé à se soumettre » était le deuxième fantasme le plus fréquent de leur enquête. Une étude réalisée en 1984 par Knafo et Jaffe a trouvé, elle, que c'est le fantasme le plus courant pendant les rapports sexuels, et une étude réalisée en 1988 par Pelletier et Herold a révélé que plus de la moitié des femmes interrogées avaient des fantasmes de relations sexuelles forcées. D'autres études ont découvert cette tendance, mais avec une fréquence et une popularité plus faibles. Cependant, ces fantasmes féminins n'impliquent nullement que le sujet désire être violé pour de vrai - les fantasmes contiennent souvent des images romantiques où la femme s'imagine être séduite, et le mâle qu'elle imagine lui est désirable. Plus important encore, la femme garde le contrôle total de son fantasme. Les fantasmes n'impliquent généralement pas que la femme soit blessée. Inversement, certaines femmes qui ont été victimes de violences sexuelles dans le passé font état de fantasmes sexuels non désirés, semblables aux flashbacks de leur sévisse. Ils sont réalistes et la femme peut se souvenir de la douleur physique et psychologique qui en résulte.

L'hypothèse la plus fréquemment citée pour expliquer pourquoi les femmes fantasment sur une activité sexuelle est que le fantasme évite la culpabilité induite par la société - la femme n'a pas à reconnaître la responsabilité de ses désirs et de son comportement sexuels. Une étude menée en 1978 par Moreault et Follingstad est conforme avec cette hypothèse et a révélé que les femmes ayant des niveaux élevés de culpabilité sexuelle étaient plus susceptibles de rapporter un fantasme impliquant le contrôle, la domination et l'impuissance. En revanche, Pelletier et Herold ont utilisé une mesure de culpabilité différente et n'ont trouvé aucune corrélation. D'autres recherches suggèrent que les femmes qui rapportent des fantasmes sexuels d'actes forcés ont une attitude plus positive à l'égard de la sexualité, ce qui contredit l'hypothèse de culpabilité. Une étude menée en 1998 par Strassberg et Lockerd a révélé que les femmes qui fantasmaient sur le viol étaient généralement moins coupables et plus érotophiles, et se relient à des fantasmes plus fréquents et plus variés. En outre, elle montre que ces fantasmes d'actes forcés ne sont clairement pas les plus courants ou les plus fréquents.

Saint-Sébastien a toujours été représenté à la fois comme une icône religieuse et une figure de fantasme sexuel secret. Saint-Sébastien, Musée national de la Céramique.

Vu par la société[modifier | modifier le code]

Les opinions populaires sur le fantasme sexuel (et le sexe en général) diffèrent à travers le monde. Le secret du fantasme d'une personne est grandement influencée par les conditions sociales. En raison du tabou des fantasmes sexuels dans de nombreux endroits du monde, en parler ouvertement - ou même reconnaître leur existence - est interdit, les enfermant les fantasmes dans l'espace intime. Dans des conditions plus souples, une personne peut partager ses fantasmes avec des amis proches, des proches ou un groupe de personnes avec qui elle est à l'aise.

L'acceptation morale et l'étude formelle du fantasme sexuel dans la culture occidentale sont relativement nouveaux. Avant ceux-ci, les fantasmes sexuels étaient considérés comme mauvais ou des péchés, et ils étaient généralement perçus comme des pensées horribles plantées dans l'esprit des gens par des "agents du diable". Même lorsque les psychologues étaient disposés à accepter et à étudier les fantasmes, ils ont montré peu de compréhension et sont allés jusqu'à diagnostiquer l'hystérie chez les femmes qui en montraient. Avant le début du XXe siècle, de nombreux experts considéraient que le fantasme sexuel (en particulier chez les femmes) était anormal. Sigmund Freud a suggéré que ceux qui en avaient étaient sexuellement privés ou frustrés ou qu’ils manquaient de stimulation sexuelle et de satisfaction. Au terme de plusieurs décennies, ils sont devenus plus acceptables en tant qu'œuvres et compilations notables, telles que les rapports Kinsey (1948 et 1953), Erotic fantasies; a study of the sexual imagination (1970) de Phyllis et Eberhard Kronhausen, et My Secret Garden (1973) de Nancy Friday, Moralité, faits sexuels et fantasmes, par Patricia Petersen ont été publiés. Aujourd'hui, ils sont considérés comme des éléments naturels et positifs de la sexualité et sont souvent utilisés pour améliorer les pratiques sexuelles, à la fois dans des contextes normaux et en thérapie. Beaucoup de chrétiens croient que la Bible interdit les fantasmes sexuels, sur des personnes autres que son conjoint, dans Matthieu 5:28. D'autres croient que saint Paul inclut le fantasme lorsqu'il condamne des œuvres de la chair telles que "l'immoralité" ou "l'impureté". Malgré l'attitude relativement souple du monde occidental à l'égard de la fantaisie sexuelle, de nombreuses personnes ressentent encore de la honte et de la culpabilité à propos de leurs fantasmes. Cela peut contribuer à un dysfonctionnement sexuel personnel et conduit régulièrement à un déclin de la qualité de la vie sexuelle d'un couple.

Culpabilité et jalousie[modifier | modifier le code]

Alors que la plupart des gens ne se sentent pas coupables ou dégoûtés en raison de leurs pensées ou de leurs fantasmes sexuels, un grand nombre d’entre eux le sont encore. En général, les hommes et les femmes sont équitablement représentés dans les échantillons de ceux qui se sentent coupables de leurs fantasmes. Une étude notable de 1991 contredit les autres en montrant que les femmes ressentaient plus de culpabilité et de dégoût à propos de leurs premiers fantasmes sexuels. Chez elles, une plus grande culpabilité sexuelle était associée à des fantasmes sexuels moins fréquents et moins variés, et chez les hommes, elle était associée à une excitation sexuelle moindre pendant les fantasmes. Les femmes ont également montré une culpabilité plus intense que les hommes. Les deux sexes ont déclaré une plus grande culpabilité si leur excitation et leur orgasme dépendaient d'un fantasme.

Des études ont également été menées pour examiner le lien direct entre la culpabilité et la fantaisie sexuelle, par opposition au sexe et à la culpabilité. Une étude a montré que sur un échantillon de 160 chrétiens conservateurs, 16% des hommes et des femmes déclaraient être coupables de fantasmes sexuels, 5 % étaient mécontents d'eux-mêmes et 45 % estimaient que leurs fantasmes étaient «moralement erronés ou inacceptables». Les études qui ont examiné la culpabilité à propos du fantasme sexuel par âge ont des résultats peu clairs — Knoth et al. (1998) et Ellis et Symons (1990) ont constaté que les jeunes avaient tendance à se sentir moins coupables, alors que Mosher et White (1980) ont trouvé le contraire.

Une étude de 2006 a examiné la culpabilité et la jalousie chez les couples hétérosexuels américains mariés. Elle associe la culpabilité au fantasme d'un individu ("À quel point vous ressentez-vous comme coupable lorsque vous fantasmez ...") et à la jalousie avec le fantasme du partenaire ("À quel point vous ressentez-vous de la jalousie quand votre partenaire fantasme ..."). Des niveaux de culpabilité plus élevés ont été observés chez les femmes, les couples âgés de 21 à 29 ans, les relations et mariages récents, les républicains et les catholiques romains. De plus faibles niveaux se sont vus chez les hommes, les couples de 41 à 76 ans, les relations plus agées, les démocrates et les juifs. Des niveaux plus élevés de jalousie ont été observés chez les femmes, les couples âgés de 21 à 29 ans, les catholiques romains et les religieux non-juifs. Enfin, des niveaux plus bas ont été trouvés chez les hommes, les couples dans la gamme 41–76, et les juifs et les non-religieux.

Les fantasmes sexuels déviants impliquent des thèmes non consensuels, illégaux et sadiques… (artiste Joanbanjo)

Crimes sexuels[modifier | modifier le code]

Déviances[modifier | modifier le code]

Les fantasmes sexuels déviants sont des fantasmes sexuels qui impliquent des thèmes illégaux, non consensuels et sadiques. Alors que les personnes atteintes de paraphilie ont des fantasmes sexuels déviants, il est important de noter que les fantasmes sexuels déviants ne sont pas atypiques et / ou paraphiliques. Le DSM-5 définit le paraphilie comme des préférences atypiques intenses et persistantes pour des activités sexuelles ou des cibles telles que la fessée, le fouet, la liaison avec des cibles érotiques telles que les enfants, les animaux et / ou le caoutchouc. Le DSM-5 reconnaît que les psychiatres ont encore du mal à faire la distinction entre les attirances paraphiliques et les troubles paraphiliques, car la notion de normal des fantasmes sexuels est subjective. Il repose sur des facteurs tels que l’histoire, la société, la culture et la politique. Par exemple, la masturbation, les relations sexuelles orales, anales et homosexuelles étaient illégales dans certains États américains et même considérées comme des troubles paraphiliques lors de révisions antérieures du DSM.

Lorsqu'une étude a utilisé l'analyse statistique et le questionnaire de Wilson sur la fantaisie sexuelle pour étudier des fantasmes atypiques, il était rare d'avoir des fantasmes zoophiles ou pédophiles et seuls sept thèmes, dont la miction, le travestissement, le viol, etc. Un grand nombre d'études ont également montré que les fantasmes sexuels « atypiques » sont assez courants, car se livrer à une plus grande variété de fantasmes sexuels augmente la satisfaction sexuelle. Par exemple, en 2011, une étude a révélé que plus de la moitié des hommes âgés de Berlin avaient des fantasmes sexuels « atypiques », dont 21,8 % de fantasmes sadiques - une condition préalable aux meurtres sexuels. Une autre étude a révélé que les thèmes de domination et de soumission étaient extrêmement populaires dans les recherches pornographiques.

Crimes sexuels[modifier | modifier le code]

La plupart des recherches sur les crimes sexuels se concentrent sur les hommes. Les crimes sexuels tels que les homicides sexuels sont assez rares parce que la plupart des fantasmagoristes sexuels déviants ne se livrent jamais à des comportements sexuels déviants et ne risquent pas de commettre des crimes sexuels. Certains ont suggéré que la fréquence des crimes sexuels était sous-estimée en raison de l'étroitesse de la définition juridique des homicides sexuels. Les enquêtes sur les crimes sexuels se heurtent à plusieurs limites, telles que les « définitions » des crimes sexuels, comment et où les crimes sont commis, informations incomplètes ou inexactes liées au motif de l’exagération des auteurs, des limites légales ou de l'approche des chercheurs (l'approche essentialiste descriptive ou approche descriptive phénoménologique).

Facteurs de risques[modifier | modifier le code]

On pense que les fantasmes sexuels déviants et sadiques sont des facteurs de risque sous-jacents aux crimes sexuels. 70 à 85 % des délinquants sexuels pratiquent des fantasmes sexuels déviants, et certains thèmes peuvent être attribués à des types de crimes sexuels. Par exemple, les tueurs sexuels en série ont plus de fantasmes de viol que les meurtriers sexuels non sériels et 82 % des délinquants qui utilisent une arme ont des fantasmes sexuels violents. Les délinquants qui ont des fantasmes sexuels déviants sont aussi plus dangereux que les autres.

Parmi les autres facteurs de risque qui rendent probables des crimes sexuels, figurent des facteurs biologiques, physiologiques et psychologiques tels que les troubles mentaux (en particulier la paranoïa et la psychose) : histoire violente, arrestations, résultats scolaires médiocres, toxicomanie, gains financiers, chômage et pornographie. Cependant, c'est généralement la combinaison d'abus sexuel dans l'enfance et de fantasmes déviants qui facilitent le passage des fantasmes sexuels aux crimes sexuels et à la nature des crimes. Par exemple, la plupart des violeurs admettent à la fois des expériences traumatiques précoces et des fantasmes sexuellement déviants, et les meurtriers sexuels d’enfants ont fait état de beaucoup plus d’abus sexuels et de fantasmes sexuels déviants avant le crime que les meurtriers sexuels de femmes.

Infliger une douleur aux autres est un fantasme fréquent des délinquants sexuels, qui peut inclure la fessée comme illustré dans l'image ci-dessus. Illustration de Lewis Bald en 1913.

Fantasmes sadiques[modifier | modifier le code]

Les thèmes sadiques sont systématiquement présents dans les fantasmes sexuels des délinquants à travers différents types de crimes sexuels et de facteurs de risque variés. Ils impliquent généralement de trouver des victimes, de faire du mal / ou causer de la douleur lors des rapports sexuels tout en ressentant des sentiments de grandiosité et d'omnipotence pendant l'excitation.

Ils se produisent avec une forte prévalence associés à d'autres fantasmes paraphiliques chez les psychopathes et les individus ayant les traits de la triade noire. Un narcissisme élevé est fortement corrélé aux fantasmes sexuels impersonnels et des études ont suggéré que les fantasmes sexuels déviants et sadiques servent de mécanisme d'adaptation à la vulnérabilité narcissique. Cependant, il a été suggéré que cela est dû à une augmentation de la libido, en corrélation avec les intérêts paraphiliques. En outre, la psychopathie augmente l'effet que la pornographie a sur le développement de fantasmes déviants, ce qui contribue à la probabilité de se lancer dans des fantasmes de viol. Les effets de la psychopathie vont plus loin en augmentant la probabilité que des individus réalisent leurs fantasmes déviants illimités dans la vie réelle, tels que le BDSM, le sadomasochisme ou même le viol. Cependant, les fantasmes du BDSM sont devenus assez courants dans la population générale, probablement en raison de sa normalisation par la trilogie des Cinquante nuances de Grey. La popularisation de la trilogie a transformé la perception du BDSM de l'extrême, de la marginalisation et de la dangerosité pour être distrayant, à la mode et excitant. Elle a accru la visibilité et une certaine normalisation du BDSM dans la vie quotidienne.

Fantasmes sadiques et crimes[modifier | modifier le code]

Le fantasme sexuel sadique est l'un des facteurs clés pour comprendre les tueurs en série. Leurs crimes sexuels sont des "essais", des "expériences" qui maintiennent et développent leurs fantasmes. C'est-à-dire qu'ils commettent des crimes en fonction de leurs fantasmes, puis incorporent les crimes dans leurs fantasmes pour augmenter l'excitation et développer ensuite son contenu sadique.

Beaucoup d'homicides sexuels sont donc planifiés en raison de la pratique extensive des fantasmes sexuels. Les meurtres entraînent beaucoup de douleur et de terreur, ce qui permet de satisfaire le fantasme sadique, même si ce n'est que temporaire. Ils s'efforcent de reproduire leurs fantasmes plus soigneusement, avec entrainement et continueront jusqu'à ce qu'ils soient pris, car un fantasme ne peut jamais être reproduit avec une précision de 100 %.

La maltraitance des enfants joue un rôle important dans la genèse des fantasmes sadiques. La plupart des délinquants sexuels qui ont subi des abus sexuels durant leur enfance révèlent un début précoce de fantasmes de viol et des préoccupations sexuelles telles que les conflits sexuels, l'incompétence, les inhibitions, l'ignorance et le dysfonctionnement social. Ces préoccupations provoquent du stress et le délinquant compte sur ses fantasmes déviants comme mécanisme d'adaptation à son stress. La résolution infructueuse des problèmes mentionnés ci-dessus provoque une obsession pour leur monde fantasmagorique, où ils se sentent en situation de contrôle. Ils investissent énormément d'énergie dans leurs fantasmes déviants et lorsque leurs fantasmes commencent à perdre de leur efficacité à cause de la désensibilisation ou de la répression, ils dégénèrent et commencent à réaliser leurs fantasmes pour soulager le stress interne. Ils programment leurs crimes pour se sentir excités ou commettent des meurtres violents et compulsifs. Les crimes compulsifs violents sont impulsifs et se produisent parce que la résistance et les restrictions empêchant les fantasmes violents et sadiques de se manifester peuvent mener à des manifestations psychosomatiques ou d'anxiété. Ces manifestations provoquent alors des désirs incontrôlables produire son fantasme pour trouver un soulagement.

Les chercheurs ont constaté que le contenu sadique des fantasmes commençait à apparaître 1 à 7 ans environ après le début de la masturbation. En raison de la gêne sociale, la plupart des délinquants n’ont pas la possibilité de pratiquer leurs envies sexuelles avec le partenaire ou le sexe souhaité, ce qui contribue de manière significative à mettre leur confiance dans leurs fantasmes. Finalement, leurs fantasmes et leurs «essais» deviennent leur seule source d’excitation.

Certaines études suggèrent que les scénarios sexuels déviants pourraient être acquis à travers la théorie de l'apprentissage social, en raison d'une exposition précoce via l'agression sexuelle et de renforts par l'orgasme et la masturbation. Cependant, tous les enfants agressés sexuellement ne deviennent pas des délinquants incapables de contrôler un passage à l'acte de leurs fantasmes. MacCulloch et ses collègues ont suggéré que les expériences traumatisantes précoces entraînent le développement précoce de fantasmes sadiques par le biais du préconditionnement sensoriel, ce qui pourrait expliquer pourquoi les délinquants trouvent trop difficile de se retenir de concrétiser leurs fantasmes sadiques dans la vie réelle. Alors que certains pourraient soutenir que les distorsions cognitives sont la cause de crimes sexuels tels que la pédophilie, l'évidence suggère que les distorsions cognitives sont utilisées pour justifier des actes après que les criminels aient été arrêtés et ne les motivent pas.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]