Alerte !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alerte !
Titre québécois L'Épidémie
Titre original Outbreak
Réalisation Wolfgang Petersen
Scénario Laurence Dworet
Robert Roy Pool
Musique James Newton Howard
Acteurs principaux
Sociétés de production Arnold Kopelson Productions
Punch Productions
Kopelson Entertainment
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Catastrophe
Durée 128 minutes
Sortie 1995


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Alerte ! ou L'Épidémie au Québec (Outbreak) est un film catastrophe américain co-produit et réalisé par Wolfgang Petersen, sorti en 1995.

Un virus hémorragique mortel, le virus Motaba, est introduit en Californie par un singe importé du Zaïre, se propage à la vitesse de l'éclair dans la ville de Cedar Creek[1], menaçant ainsi le continent américain. Premier à pressentir le terrible danger, le colonel Sam Daniels se démène pour empêcher que ce virus anéantisse la totalité de la population, tandis que l'armée se prépare à raser la petite ville.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En , des combats font rage autour d'un camp de mercenaires du Congo-Kinshasa. Billy Ford et McClintock — membres de l'armée des États-Unis — arrivent à bord d'un hélicoptère en combinaison médicale étanche. Un personnel médical du camp leur décrit une maladie foudroyante. Ils effectuent un prélèvement sanguin sur un malade, alité avec de nombreux autres combattants portant tous les traces d'une maladie. Ils repartent très vite. Un peu plus tard, un avion largue une bombe au-dessus du camp, qui se trouve totalement détruit.

En 1995, deux scientifiques travaillent pour le USAMRIID (en) (institut de recherche de l'armée des États-Unis spécialisé dans les armes biologiques) : le colonel Sam Daniels et Casey Schuler. Ils sont envoyés par leur supérieur — le général Billy Ford — au Zaïre. Ils arrivent dans un village où quasiment tout le monde est mort à cause d'une maladie transmissible. Ils apprennent que la maladie ne se transmet pas par l'air, et que c'est l'eau du puits du village qui a été le vecteur de transmission. Ils rapportent des échantillons.

Ils reviennent aux États-Unis, et produisent un rapport alarmant. Malgré ce rapport, le Général Billy Ford refuse de déclencher une alerte. Ils se mettent à étudier le virus, et découvrent qu'il est inconnu et extrêmement virulent : il met cinq heures pour commettre autant de dommages que le virus Ebola en plusieurs jours. Malgré son souhait de continuer à travailler sur le nouveau virus, Sam est assigné par Billy à une autre mission au Nouveau-Mexique, où un hantavirus a été détecté.

Pendant ce temps, un singe porteur du virus, mais résistant à celui-ci, est capturé en Afrique. Il voyage dans un bateau jusqu'à San José, en Californie. Il est récupéré par Jimbo, qui essaye de le vendre à Rudy, un ami. La transaction n'a finalement pas lieu, mais le singe africain transmet le virus à un autre singe appartenant déjà à Rudy, puis à Rudy même. Jimbo se retrouve également contaminé.

N'ayant pas réussi à vendre le singe, Jimbo le relâche dans une forêt, puis prend l'avion pour Boston, où il retrouve son amie. Arrivé à l'aéroport, il s'écroule. De son côté, Rudy manifeste aussi les symptômes de la maladie. Son sang est analysé, et un accident survenant, Henry — un membre du personnel médical — est contaminé à son tour. Très inquiet, il est rassuré par un collègue. Le soir, il se rend dans un cinéma de Cedar Creek. Les symptômes apparaissent durant la séance, et il contamine des personnes par voie aérienne.

Plus tard ce soir-là, l'hôpital est rapidement débordé par l'afflux de personnes malades. Apprenant cela, Sam désobéit, et se rend à Cedar Creek plutôt qu'au Nouveau-Mexique. L'armée, sous les ordres des Généraux Billy Ford et Donald McClintock, met la ville en quarantaine en l'encerclant : déploiement de barrières, pose de fils barbelés, postes de contrôle sur les routes d'accès…

Sur place, Sam découvre rapidement que la maladie est capable de se propager par les airs, et qu'il existe donc deux souches du virus. Il essaye avec son équipe de reconstituer l'arbre de transmission. Par l'étude des faits, ils en déduisent qu'il existe un animal qui porte les deux souches.

Les habitants sont consignés chez eux, ceux qui tentent de quitter la ville sont abattus par les militaires. Des malades sont rassemblés dans une école, des cadavres sont brûlés dans une grange.

Sur la côte est des États-Unis, à la Maison-Blanche, l'USAMRIID présente ses projections à des membres du gouvernement : propagation du virus sur tout le territoire des États-Unis en 48 heures. Le groupe recommande au président des États-Unis de détruire Cedar Creek au moyen d'une bombe thermobarique pour enrayer l'épidémie.

Sam découvre qu'il existe un antisérum pour une souche du virus. Comme cet antisérum provient de l'armée, il comprend que ses supérieurs connaissaient déjà l'existence de ce virus. Il suit la piste de l'animal, et finit par découvrir que c'est un singe qui a transmis la maladie. Ses supérieurs tentent de l'arrêter pour protéger leur secret. Il finit par retrouver le singe, ce qui lui permet de fabriquer un antisérum. L'ordre de détruire la ville n'est pas annulé pour autant, le Général Donald McClintock, principal responsable du désastre, souhaitant couvrir ses erreurs. Sam arrive malgré tout à convaincre les pilotes de l'avion chargé de larguer la bombe de désobéir aux ordres. Finalement, McClintock est mis aux arrêts.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes: version française (VF) sur AlloDoublage[2], version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[3]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Alerte ! faillit connaître une rivalité avec un film similaire. Il était prévu de tourner The Hot Zone par Ridley Scott pour 20th Century Fox, basé sur un article de Richard Preston pour The New Yorker, racontant comment l'armée américaine contint la propagation du virus Ebola. Pour l'achat des droits d'auteurs, Lynda Obst de la Fox remporte le marché face à Arnold Kopelson de Warner Bros. Kopelson développa l'histoire d'une pandémie de son côté, arguant que l'intrigue est dans le domaine public. The Hot Zone devait inclure un parti-pris plus macabre. Mais Alerte ! est plus rapidement mis en chantier quand The Hot Zone est victime de divergences scénaristiques entre la Fox, Scott, le scénariste James V. Hart et les deux acteurs devant porter le projet, Robert Redford et Jodie Foster. Finalement, après 45 millions $ dépensés en pré-production et les décors conçus, la Fox annule The Hot Zone en août 1994. Il semble que les deux films profitèrent des fuites du script du concurrent[4].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Harrison Ford s'est vu proposé dans le rôle de Sam Daniels mais l'a refusé[5], de même que Sylvester Stallone et Mel Gibson qui l'ont rejeté[6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en Californie (Ferndale, Arcata, Eureka, Pasadena, ainsi qu'aux studios de Warner Bros. à Los Angeles) et à Hawaï (île de Kauai), entre le et le [7].

Accueil[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le virus fictif du film « Motaba », est inspiré du virus Ebola, en beaucoup plus rapide. La production et la recherche médicale sont également trop rapides pour la crédibilité du film. Le film a eu d'autant plus de retentissement qu'en 1995, il y a eu une nouvelle épidémie d'Ebola à Kikwit, en République démocratique du Congo[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cedar Creek, 2 618 habitants, est une ville imaginaire en Californie.
  2. « Fiche du doublage français du film », consulté le 20 janvier 2015
  3. « Fiche du doublage québécois du film », consulté le 20 janvier 2015
  4. Simon Braund (dir.) et Simon Crook (notice), Les Plus grands films que vous ne verrez jamais, Dunod, (ISBN 978-2-10-070199-5), p. 178-181.
  5. (en) Bernard Weinraub, « FILM; Wrestling a Virus to the Screen », sur nytimes.com, (consulté le ).
  6. (en) Billy Nilles, « 25 Shocking Secrets About Outbreak », sur eonline.com, (consulté le ).
  7. (en) Alerte ! sur l’Internet Movie Database (consulté le 21 décembre 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]