Aire (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aire
Aire (Ardennes)
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Rethel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rethélois
Maire
Mandat
Olivier Flauzac
2020-2026
Code postal 08190
Code commune 08004
Démographie
Population
municipale
228 hab. (2018 en augmentation de 6,54 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 56″ nord, 4° 09′ 44″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 125 m
Superficie 6,29 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Château-Porcien
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Aire
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Aire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aire

Aire est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aire est située à 15 km de Rethel, à 4 km d'Asfeld et à 37 km de Reims. Ce petit coin de verdure, à 67 m d'altitude, arpente une colline qui culmine à 100 m. Le hameau de Bellevue, qui jouxte le village voisin de Blanzy-la-Salonnaise est situé sur le territoire de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le canal des Ardennes à Aire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Aire est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77 %), zones agricoles hétérogènes (15,6 %), forêts (6,6 %), zones urbanisées (0,6 %), prairies (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme Aire vient vraisemblablement de l'aire, en latin aera, qui désigne soit l'emplacement de battage des céréales, soit l'aira, ou canche, qui est une graminée fréquente sur les sols marneux et sablonneux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village souffre des combats pendant les guerres de Religion entre les ligueurs et les calvinistes, dans le prolongement de la tuerie de Gomont, de l'autre côté de l'Aisne, en [8].

Il subit également des incendies qui ravagent une bonne partie du village, en 1770 et 1780[8].

Le , les habitants de la commune, rattachée au bailliage de Reims, rédigent un cahier de doléances. Le bourg compte alors 98 feux. À travers les préoccupations citées dans ce cahier de doléances, quelques activités sont mises en exergue, dont la vigne et la culture du chanvre que les villageois souhaitent rouir dans la rivière, sans être inquiétés[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1876 après 1877 Namur[10]    
avant 1981 1983 André Henry    
mars 1983 mars 2001 Michel Henry    
mars 2001 novembre 2003 M. Claude Gillet    
novembre 2003 réélue en 2008 Isabelle Henry[11] SE  
mars 2014 En cours
(au 23 mai 2020)
Olivier Flauzac [12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE Professeur de faculté

Isabelle Henry était également présidente de la communauté de communes l'Asfeldois, depuis sa création en 2002[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 228 habitants[Note 3], en augmentation de 6,54 % par rapport à 2013 (Ardennes : −3,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442432451453477464454450433
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
395352336311298296278269266
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
226180198189197167172177182
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018 -
180160163205235212220228-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Il existe en effet trois exploitations (EARL) dont le siège est à Aire, mais de nombreux ménages sont des agriculteurs à la retraite, ou des agriculteurs en activité, mais dont le siège de l'exploitation est dans un village voisin. Donc les agriculteurs, anciens agriculteurs et leur famille occupent une part importante, quoique non majoritaire, de la population de Aire.

L'activité d'élevage reste également significative.

Industries et services[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas d'industrie à Aire.
La commune de Aire est assez peu desservie en service : la commune est très petite et les services sont déjà assez complets à Asfeld, à quatre kilomètres. Sont présents à Aire un garage, un couvreur, une entreprise de menuiserie.

Le reste vient de l'extérieur : les autres services proviennent d'Asfeld ou de plus loin.

En dehors des agriculteurs et des artisans travaillant sur place ou dans les environs, l'emploi à Aire est essentiellement polarisé par les villes de Rethel et de Reims, via des migrations pendulaires.

Deux gites proposent des hébergements sur l'étang d'Aire[18].

Vie locale[modifier | modifier le code]

L'association Les Fous volants d'Aire rassemble une quinzaine de passionnés d'aéromodélisme, avec notamment un terrain d'aviation de 250 mètres sur 30 mètres[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edmond Louis Marie Wagrez (1815-1882), artiste peintre né à Aire[21]. Le musée de Douai en conserve quelques tableaux[22]. Il est le père de Jacques Clément Wagrez, connu pour avoir illustré les œuvres d'Honoré de Balzac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Albert Meyrac, Géographie illustrée des Ardennes, Paris, 1965
  9. Les cahiers de doléance ardennais, ouvrage, réalisé par les Archives départementales des Ardennes et l’École normale mixte des Ardennes à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française, Publication du conseil général des Ardennes, 1989, (ISBN 2-86008-000-7)
  10. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p234.
  11. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  13. Article de Pascal Remy du 18 novembre 2011 en ligne sur le site du journal l'Union
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. [1] Gites d'Aire sur le site du Comité Départemental du Tourisme en Ardennes
  19. Association des Fous volants d'Aire, la passion de l'aéromodélisme, La semaine des Ardennes 23 février 2012
  20. Henri Jadart, Tribune peinte de l'église d'Aire, Édition H. Delesques, 1894.
  21. Edmond Louis Marie Wagrez sur artnet.com
  22. Œuvres référencées sur Musenor