200 mètres aux championnats du monde d'athlétisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Championnats du monde d'athlétisme.
200 m aux championnats du monde d'athlétisme
Description de cette image, également commentée ci-après
Usain Bolt, quadruple vainqueur de l'épreuve.
Généralités
Sport Athlétisme
200 mètres
Organisateur(s) IAAF
Éditions 17e en 2019
Catégorie Championnats du monde

Palmarès
Tenant du titre Noah Lyles (2019)
Dina Asher-Smith (2019)
Plus titré(s) Usain Bolt (4)
Allyson Felix (3)
Records Usain Bolt (19 s 19, 2009)
Dafne Schippers (21 s 66, 2015)

Le 200 mètres fait partie des épreuves inscrites au programme des premiers championnats du monde d'athlétisme, en 1983, à Helsinki.

Le Jamaïcain Usain Bolt, vainqueur à quatre reprises, en 2009, 2011, 2013 et 2015, est l'athlète le plus titré dans cette épreuve. Avec trois titres, l'Américaine Allyson Felix, lauréate en 2005, 2007 et 2009, est l'athlète féminine la plus couronnée.

Les records des championnats du monde sont actuellement détenus par Usain Bolt, qui établit un nouveau record du monde en 19 s 19 le en finale des mondiaux de Berlin, et par la Néerlandaise Dafne Schippers avec 21 s 66, réalisés le à Pékin.

Éditions[modifier | modifier le code]

Années 83 87 91 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17 19 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X 17
Femmes X X X X X X X X X X X X X X X X X 17

Hommes[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1983-1995[modifier | modifier le code]

Michael Johnson, champion du monde du 200 m en 1991 et 1995.

Lors des premiers championnats du monde d'athlétisme, en 1983 à Helsinki, l'Américain Carl Lewis décide de ne pas s'aligner dans l'épreuve du 200 m, malgré son temps de référence de 19 s 75 établi quelques semaines plus tôt lors des championnats des États-Unis[1]. La victoire revient à son compatriote Calvin Smith, alors détenteur du record du monde du 100 m, qui s'impose en 20 s 14, devant l'autre américain Elliott Quow et l'Italien Pietro Mennea, alors détenteur du record du monde.

Calvin Smith conserve son titre quatre ans plus tard en 1987 aux mondiaux de Rome où il ne s'impose qu'au millième de seconde face au Français Gilles Quénéhervé (20 s 16) qui établit à cette occasion un nouveau record de France[2]. Le Britannique John Regis complète le podium en 20 s 18

En 1991, au cours des championnats du monde de Tokyo, l'Américain Michael Johnson, invaincu tout au long de la saison, remporte la médaille d'or en 20 s 01 (record des championnats) malgré un vent contraire de 3,40 m/s. Le Namibien Frank Fredericks est médaillé d'argent en 20 s 34 et le Canadien Atlee Mahorn médaillé de bronze en 20 s 49.

Deux ans plus tard, aux championnats du monde 1993 à Stuttgart, et en l'absence de Michael Johnson, Frank Fredericks prend sa revanche en s'adjugeant le titre mondial en 19 s 85, signant un nouveau record des championnats ainsi qu'un nouveau record d'Afrique. Distancé aux 100 mètres par John Regis et Carl Lewis, le Namibien parvient à refaire son retard sur ses adversaires dans les 50 derniers mètres et l'emporter. John Regis se classe deuxième de la course en descendant pour la première fois de sa carrière sous les 20 secondes (19 s 94) alors que Carl Lewis complète le podium en 19 s 99[3].

Aux championnats du monde 1995, à Göteborg, Michael Johnson renoue avec la victoire en décrochant son deuxième mondial sur 200 m après Tokyo 1991. Il s'impose dans le temps de 19 s 79, échouant à 7/100e de seconde seulement du record du monde de Pietro Mennea, et devance Frankie Fredericks (20 s 12) et l'autre américain Jeff Williams (20 s 18).

1997-2005[modifier | modifier le code]

Maurice Greene, champion du monde du 200 m en 1999.

En l'absence de Michael Johnson, détenteur du record du monde du 200 m depuis la finale des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta (19 s 32) qui décide de ne s'aligner que sur 400 m, la finale des championnats du monde 1997 est remportée par le Trinidadien Ato Boldon en 20 s 04, devant Frank Fredericks (20 s 23) qui décroche à cette occasion la quatrième médaille consécutive dans cette épreuve (une médaille d'or et trois médailles d'argent). Le Brésilien Claudinei da Silva se classe troisième de l'épreuve.

Après son titre obtenu quelques jours plus tôt sur 100 m, l'Américain Maurice Greene remporte l'épreuve du 200 m lors des championnats du monde 1999, à Séville, Il réalise son meilleur chronomètre de l'année en 19 s 90 et devance sur le podium Claudinei da Silva, médaillé de bronze deux ans plus tôt, et le Nigérian Francis Obikwelu. Pourtant qualifié pour la finale, Frank Fredericks ne prend pas le départ de la course.

Aux championnats du monde 2001, à Edmonton, la victoire revient au Grec Konstantínos Kentéris dans le temps de 20 s 01, devant le Jamaïcain Christopher Williams (20 s 20) et le Kim Collins (20 s 20 également) qui établit un nouveau record de Saint-Christophe-et-Niévès.

Lors des championnats du monde de 2003, à Saint-Denis, l'Américain John Capel remporte son premier grand titre international en s'imposant dans le temps de 20 s 30, devançant d'un centième de seconde seulement son compatriote Darvis Patton (20 s 31) et le Japonais Shingo Suetsugu (20 s 38).

Déjà titré sur 100 m, l'Américain Justin Gatlin réalise le doublé lors des championnats du monde 2005, à Helsinki. Il remporte l'épreuve du 200 m en 20 s 04 et devance sur le podium ses compatriotes Wallace Spearmon (20 s 20) et John Capel (20 s 31).

2007-2015[modifier | modifier le code]

Usain Bolt remporte quatre titres mondiaux consécutifs sur 200 m de 2009 à 2015, ainsi qu'une médaille d'argent en 2007.

En 2007, en finale des championnats du monde d'Osaka, l'Américain Tyson Gay s'adjuge le titre mondial du 200 m après s'être imposé quelques jours plus tôt sur 100 m. Auteur de la meilleure performance mondiale de l'année et d'un nouveau record des championnats avec 19 s 76, il devance le Jamaïcain Usain Bolt, médaillé d'argent en 19 s 91 et Wallace Spearmon, médaillé de bronze en 20 s 05.

Lors des championnats du monde de 2009, à Berlin, la victoire revient à Usain Bolt, champion olympique en 2008, et médaillé d'argent sur la distance deux ans plus tôt, qui établit en finale un nouveau record du monde du 200 m en 19 s 19[4], laissant ses principaux concurrents, le Panaméen Alonso Edward (19 s 81) et l'Américain Wallace Spearmon (19 s 85) à plus de six dixièmes de seconde.

Disqualifié pour faux-départ dans l'épreuve du 100 m lors des championnats du monde 2011, à Daegu, Usain Bolt conserve son titre mondial du 200 m en 19 s 40 (+ 0,8 m/s), établissant le meilleur temps de l'année et la 4e meilleure performance de tous les temps. Il devance sur le podium l'Américain Walter Dix et le Français Christophe Lemaitre, qui descendent également sous les vingt secondes, respectivement en 19 s 70 et 19 s 80[5].

En 2013, lors des championnats du monde de Moscou, Usain Bolt s'adjuge son troisième titre mondial consécutif sur 200 m en établissant la meilleure performance mondiale de l'année en 19 s 66, devant son compatriote Warren Weir (19 s 79) et l'Américain Curtis Mitchell (20 s 04)[6].

Usain Bolt remporte son quatrième titre mondial consécutif sur 200 m en s'imposant en finale des mondiaux 2015, à Pékin, en 19 s 55, devant Justin Gatlin et le Sud-africain Anaso Jobodwana. Il signe la meilleure performance mondiale de l'année, ainsi que son meilleur temps sur la distance depuis sa victoire aux Athlétisme aux Jeux de Londres, en 2012[7].

Depuis 2017[modifier | modifier le code]

Lors des championnats du monde 2017, à Londres, le Turc Ramil Guliyev déjoue les pronostics en remportant la finale du 200 m en 20 s 09[8], devant le Sud-Africain Wayde van Niekerk (20 s 11) et le Trinidadien Jereem Richards (20 s 11 également). Premier turc titré dans une épreuve de sprint, il est également le premier à succéder à Usain Bolt[8], vainqueur en discontinue depuis 2009.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Édition Or Argent Bronze
1983 Drapeau : États-Unis Calvin Smith
20 s 14
Drapeau : États-Unis Elliott Quow
20 s 41
Drapeau : Italie Pietro Mennea
20 s 51
1987 Drapeau : États-Unis Calvin Smith
20 s 16
Drapeau : France Gilles Quénéhervé
20 s 16
Drapeau : Royaume-Uni John Regis
20 s 18
1991 Drapeau : États-Unis Michael Johnson
20 s 01
Drapeau : Namibie Frank Fredericks
20 s 34
Drapeau : Canada Atlee Mahorn
20 s 49
1993 Drapeau : Namibie Frank Fredericks
19 s 85
Drapeau : Royaume-Uni John Regis
19 s 94
Drapeau : États-Unis Carl Lewis
19 s 99
1995 Drapeau : États-Unis Michael Johnson
19 s 79
Drapeau : Namibie Frank Fredericks
20 s 12
Drapeau : États-Unis Jeff Williams
20 s 18
1997 Drapeau : Trinité-et-Tobago Ato Boldon
20 s 04
Drapeau : Namibie Frank Fredericks
20 s 23
Drapeau : Brésil Claudinei da Silva
20 s 26
1999 Drapeau : États-Unis Maurice Greene
19 s 90
Drapeau : Brésil Claudinei da Silva
20 s 00
Drapeau : Nigeria Francis Obikwelu
20 s 11
2001 Drapeau : Grèce Konstantínos Kentéris
20 s 04
Drapeau : Jamaïque Christopher Williams
20 s 20
Drapeau : Saint-Christophe-et-Niévès Kim Collins
20 s 20
Drapeau : États-Unis Shawn Crawford
20 s 20
2003 Drapeau : États-Unis John Capel
20 s 30
Drapeau : États-Unis Darvis Patton
20 s 31
Drapeau : Japon Shingo Suetsugu
20 s 38
2005 Drapeau : États-Unis Justin Gatlin
20 s 04
Drapeau : États-Unis Wallace Spearmon
20 s 20
Drapeau : États-Unis John Capel
20 s 31
2007 Drapeau : États-Unis Tyson Gay
19 s 76
Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
19 s 91
Drapeau : États-Unis Wallace Spearmon
20 s 05
2009 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
19 s 19
Drapeau : Panamá Alonso Edward
19 s 81
Drapeau : États-Unis Wallace Spearmon
19 s 85
2011 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
19 s 40
Drapeau : États-Unis Walter Dix
19 s 70
Drapeau : France Christophe Lemaitre
19 s 80
2013 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
19 s 66
Drapeau : Jamaïque Warren Weir
19 s 79
Drapeau : États-Unis Curtis Mitchell
20 s 04
2015 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
19 s 55
Drapeau : États-Unis Justin Gatlin
19 s 74
Drapeau : Afrique du Sud Anaso Jobodwana
19 s 87
2017 Drapeau : Turquie Ramil Guliyev
20 s 09
Drapeau : Afrique du Sud Wayde van Niekerk
20 s 11
Drapeau : Trinité-et-Tobago Jereem Richards
20 s 11
2019 Drapeau : États-Unis Noah Lyles
19 s 83
Drapeau : Canada Andre De Grasse
19 s 95
Drapeau : Équateur Alex Quiñonez
19 s 98

Multiples médaillés[modifier | modifier le code]

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 2009–2015 4 1 0 5
2= Calvin Smith Drapeau des États-Unis États-Unis 1983–1987 2 0 0 2
2= Michael Johnson Drapeau des États-Unis États-Unis 1995–1999 2 0 0 2
4 Frank Fredericks Drapeau de la Namibie Namibie 1991–1997 1 3 0 4
5 Justin Gatlin Drapeau des États-Unis États-Unis 2005–2017 1 1 0 2
6 John Capel Drapeau des États-Unis États-Unis 2003–2005 1 0 1 2
7 Wallace Spearmon Drapeau des États-Unis États-Unis 2005–2009 0 1 2 3
8= John Regis Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1987–1993 0 1 1 2
8= Claudinei da Silva Drapeau du Brésil Brésil 1997–1999 0 1 1 2

Records des championnats[modifier | modifier le code]

Évolution du record des championnats[9]
Temps Athlète Lieu Date Record
20 s 95 Drapeau : Allemagne de l'Est Frank Emmelmann Helsinki
20 s 80 Drapeau : Italie Pietro Mennea Helsinki
20 s 76 Drapeau : Italie Carlo Simionato Helsinki
20 s 75 Drapeau : Italie Carlo Simionato Helsinki
20 s 68 Drapeau : Italie Pietro Mennea Helsinki
20 s 29 Drapeau : États-Unis Calvin Smith Helsinki
20 s 14 Drapeau : États-Unis Calvin Smith Helsinki
20 s 05 Drapeau : États-Unis Michael Johnson Tokyo
20 s 01 Drapeau : États-Unis Michael Johnson Tokyo
19 s 85 Drapeau : Namibie Frank Fredericks Stuttgart AR
19 s 79 Drapeau : États-Unis Michael Johnson Göteborg
19 s 76 Drapeau : États-Unis Tyson Gay Osaka
19 s 19 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Berlin WR

Femmes[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Allyson Felix remporte trois titres mondiaux consécutifs sur 200 m en 2005, 2007 et 2009.

Lors des premiers championnats du monde 1983 à Helsinki, l'allemande de l'Est Marita Koch, alors championne olympique du 400m à Moscou en 1980, remporte le titre mondial du 200m en 22 s 13, devançant la jamaïcaine Merlene Ottey, bien revenue en 22 s 19. Kathy Cook remporte le bronze en 22 s 37.

4 ans plus tard à Rome, c'est une autre allemande de l'est, Silke Gladisch qui remporte le titre en 21 s 74, échouant à 3 centièmes de seconde du record du monde de l'époque. La deuxième place est attribuée à l'américaine Florence Griffith-Joyner en 21.96, devant Merlene Ottey 22 s 06.

En 1991, à Tokyo, c'est encore une ancienne allemande de l'Est, Katrin Krabbe, qui remporte le titre pour l'allemagne, dans le temps de 22 s 09 face à un vent défavorable de 2.4 m/s. Elle devance l'américaine Gwen Torrence pour l'argent en 22 s 16 et Merlene Ottey 22 s 21 pour le bronze.

En 1993 à Stuttgart, Merlene Ottey remporte enfin le titre de championne du monde en s'imposant en 21 s 98, non sans avoir peiné sur la fin, devançant de justesse Gwen Torrence 22 s 00, et Irina Privalova pour la Russie remporte le bronze en 22 s 13.

Théoriquement, aux championnats du monde de Goteborg en 1995, Gwen Torrence est sacrée championne du monde en 21 s 77 ( vent défavorable de 2.2 m/s ! ). Peu après sa victoire, l'examen du ralenti met en exergue que l'américaine a empiété sur le couloir intérieur dans le virage et se voit donc disqualifiée au profit de Merlene Ottey qui conserve son titre en 22 s 12 dans le même temps qu'Irina Privalova, deuxième. Galina Malchugina remporte le bronze pour la Russie en 22 s 37.

En 1997 à Athènes, l'ukrainienne Zhanna Pintusevitch s'impose en 22 s 32 devant Susantikha Jayasinghe pour le Sri Lanka 22 s 39 et Merlene Ottey pour le bronze en 22 s 40.

Aux championnats du monde de Séville en 1999, l'américaine Inger Miller s'impose largement dans l'excellent temps de 21 s 77, devant la jamaïcaine Beverly Mc Donald en 22 s 22, la médaille de bronze revenant à deux athlètes, la jamaïcaine Merlene Frazer et l'allemande Andrea Phillips, toutes deux ex aequo en 22 s 26.

Aux mondiaux d'Edmonton, la médaille d'or est rétrogradement attribuée à la Bahaméenne Debbie Ferguson suite à la disqualification pour dopage de L'américaine Marion Jones. Elle s'impose en 22 s 52. L'athlète américaine kelli White avait terminé initialement troisième de la course mais ayant été aussi disqualifiée pour dopage, la médaille d'argent revient à sa compatriote La Tasha Jenkins en 22 s 85 devant la représentante des Iles Caïmans, Cydonie Mothersill, 22 s 88.

Aux championnats de Paris en 2003, la médaille d'or retirée de Kelli White profite à la russe Anastasia Kapachinskaya en 22 s 38 devant l'américaine Torri Edwards 22.47, la française Muriel Hurtis remportant le bronze en 22 s 59.

Lors des championnats du monde 2005, à Helsinki, l'Américaine Allyson Felix devient à dix-neuf ans la plus jeune championne du monde du 200 m[10]. Elle remporte la finale dans le temps de 22 s 16 après avoir produit une accélération dans les cinquante derniers mètres, devançant sa compatriote Rachelle Boone-Smith et la Française Christine Arron (22 s 31) qui sont départagées au millième de seconde[11].

Allyson Felix conserve son titre mondial sur 200 m aux mondiaux d'Osaka, en 2007, en établissant la meilleure performance mondiale de la saison et un nouveau record personnel en 21 s 81, loin devant sa rivale Veronica Campbell (22 s 34) et Susanthika Jayasinghe (22 s 63) qui décroche le bronze après l'argent en 1997.

En 2009, lors des championnats du monde de Berlin, Allyson Felix devient la première athlète à remporter trois titres mondiaux sur 200 m. Elle s'impose dans le temps de 22 s 02, devant la championne olympique en titre Veronica Campbell (22 s 35) et Debbie Ferguson (22 s 41), championne du monde en 2001.

Après ses deux médailles d'argent consécutives, Veronica Campbell-Brown remporte le titre du 200 m lors des championnats du monde 2011, à Daegu où elle devance dans le temps de 22 s 22 l'Américaine Carmelita Jeter (22 s 37). La triple tenante du titre Allyson Felix se classe troisième de l'épreuve en 22 s 42.

Lors des championnats du monde 2013 à Moscou, la victoire revient à la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce, déjà titrée sur 100 m quelques jours plus tôt. Elle s'impose dans le temps de 22 s 17, devançant sur le podium l'Ivoirienne Murielle Ahouré et la Nigériane Blessing Okagbare (22 s 32 toutes les deux). Allyson Felix, qui dispute sa cinquième finale mondiale consécutive sur 200 m, ne termine pas la course.

La Néerlandaise Dafne Schippers remporte le titre du 200 m lors des championnats du monde 2015 à Pékin. En finale, elle réalise le temps de 21 s 63, devenant la 3e femme la plus rapide du monde sur cette distance en établissant un nouveau record d'Europe, la meilleure performance mondiale de l'année et un nouveau record des championnats. Elle devance les deux Jamaïcaines Elaine Thompson (21 s 66, record personnel) et Veronica Campbell-Brown (21 s 97)[12]. la Britannique Dina Asher-Smith, cinquième de la course, établit un nouveau record national en 22 s 07.

Aux championnats du monde 2017, à Londres, Dafne Schippers conserve son titre mondial en 22 s 05, devant l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou (22 s 08, nouveau record national) et la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo (22 s 15)[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Édition Or Argent Bronze
1983 Drapeau : Allemagne de l'Est Marita Koch
22 s 13
Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
22 s 19
Drapeau : Royaume-Uni Kathy Cook
22 s 37
1987 Drapeau : Allemagne de l'Est Silke Gladisch-Möller
21 s 74
Drapeau : États-Unis Florence Griffith-Joyner
21 s 96
Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
22 s 06
1991 Drapeau : Allemagne Katrin Krabbe
22 s 09
Drapeau : États-Unis Gwen Torrence
22 s 16
Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
22 s 21
1993 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
21 s 98
Drapeau : États-Unis Gwen Torrence
22 s 00
Drapeau : Russie Irina Privalova
22 s 13
1995 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
22 s 12
Drapeau : Russie Irina Privalova
22 s 12
Drapeau : Russie Galina Malchugina
22 s 37
1997 Drapeau : Ukraine Zhanna Pintusevich
22 s 32
Drapeau : Sri Lanka Susanthika Jayasinghe
22 s 39
Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey
22 s 40
1999 Drapeau : États-Unis Inger Miller
21 s 77
Drapeau : Jamaïque Beverly McDonald
22 s 22
Drapeau : Jamaïque Merlene Frazer
22 s 26
Drapeau : Allemagne Andrea Philipp
22 s 26
2001 Drapeau : Bahamas Debbie Ferguson-McKenzie
22 s 52
Drapeau : États-Unis LaTasha Jenkins
22 s 85
Drapeau : îles Caïmans Cydonie Mothersille
22 s 88
2003 Drapeau : Russie Anastasiya Kapachinskaya
22 s 38
Drapeau : États-Unis Torri Edwards
22 s 47
Drapeau : France Muriel Hurtis
22 s 59
2005 Drapeau : États-Unis Allyson Felix
22 s 16
Drapeau : États-Unis Rachelle Boone-Smith
22 s 31
Drapeau : France Christine Arron
22 s 31
2007 Drapeau : États-Unis Allyson Felix
21 s 81
Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell
22 s 34
Drapeau : Sri Lanka Susanthika Jayasinghe
22 s 63
2009 Drapeau : États-Unis Allyson Felix
22 s 02
Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell-Brown
22 s 35
Drapeau : Bahamas Debbie Ferguson-McKenzie
22 s 41
2011 Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell-Brown
22 s 22
Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter
22 s 37
Drapeau : États-Unis Allyson Felix
22 s 42
2013 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser-Pryce
22 s 17
Drapeau : Côte d'Ivoire Murielle Ahouré
22 s 32
Drapeau : Nigeria Blessing Okagbare
22 s 32
2015 Drapeau : Pays-Bas Dafne Schippers
21 s 63
Drapeau : Jamaïque Elaine Thompson
21 s 66
Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell-Brown
21 s 97
2017 Drapeau : Pays-Bas Dafne Schippers
22 s 05
Drapeau : Côte d'Ivoire Marie-Josée Ta Lou
22 s 08
Drapeau : Bahamas Shaunae Miller-Uibo
22 s 15
2019 Drapeau : Royaume-Uni Dina Asher-Smith
21 s 88
Drapeau : États-Unis Brittany Brown
22 s 22
Drapeau : Suisse Mujinga Kambundji
22 s 51

Multiples médaillées[modifier | modifier le code]

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Allyson Felix Drapeau des États-Unis États-Unis 2005–2011 3 0 1 4
2 Merlene Ottey Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 1983–1997 2 1 3 6
3 Dafne Schippers Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2015–2017 2 0 0 2
4 Veronica Campbell-Brown Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 2007–2015 1 2 1 4
5 Debbie Ferguson Drapeau des Bahamas Bahamas 2001–2009 1 0 1 2
6 Gwen Torrence Drapeau des États-Unis États-Unis 1991–1993 0 2 0 2
7= Irina Privalova Drapeau de la Russie Russie 1993–1995 0 1 1 2
7= Susanthika Jayasinghe Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 1997–2007 0 1 1 2

Records des championnats[modifier | modifier le code]

Évolution du record des championnats[14]
Temps Athlète Lieu Date Record
23 s 34 Drapeau : Royaume-Uni Joan Baptiste Helsinki
23 s 05 Drapeau : États-Unis Florence Griffith-Joyner Helsinki
23 s 01 Drapeau : États-Unis Randy Givens Helsinki
22 s 78 Drapeau : Royaume-Uni Kathy Cook Helsinki
22 s 38 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Helsinki
22 s 13 Drapeau : Allemagne de l'Est Marita Koch Helsinki
21 s 74 Drapeau : Allemagne de l'Est Silke Möller-Gladisch Rome
21 s 63 Drapeau : Pays-Bas Dafne Schippers Pékin AR

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parienté et Billouin 2003, p. 133.
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 134.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 137.
  4. (fr) « Usain Bolt établit un nouveau record du monde du 200 m », Le Monde.fr, 20 août 2009.
  5. « Athlé – ChM (H). 200 m : Bolt en or, Lemaitre 3e », L'Équipe, 3 septembre 2011.
  6. « Sur 200 m, Usain Bolt s'offre un septième titre mondial », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. J.-D.C., à Pékin, « Championnats du monde de Pékin: Usain Bolt remporte la finale du 200m devant Justin Gatlin », sur L'Equipe.fr (consulté le 30 août 2015)
  8. a et b avec S.K. à Londres, « Championnats du monde : Le titre pour Ramil Guliyev sur 200m, Wayde van Niekerk deuxième », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2017)
  9. (en)« Progression du record des championnats du monde - Hommes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 11 janvier 2013)
  10. « Allyson Felix », sur jta.sport (consulté le 7 octobre 2019)
  11. (en) « 200 Metres Result | 10th IAAF World Championships in Athletics » (consulté le 7 octobre 2019)
  12. « IAAF: 200 Metres Result | 15th IAAF World Championships | iaaf.org », sur iaaf.org (consulté le 18 mai 2016)
  13. « IAAF: World Champs London 2017 women 200m final », sur iaaf.org (consulté le 12 août 2017)
  14. (en)« Progression du record des championnats du monde - Femmes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 11 janvier 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]