1943 dans les Pyrénées-Orientales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie des Pyrénées-Orientales

Cet article recense les événements ayant eu lieu en 1943 dans les Pyrénées-Orientales.

Contexte[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

  • 15 : création des Mouvements unis de la Résistance départementaux par la fusion des mouvements « Combat » « Franc-Tireur » et « Libération ».
  • 19, à Prats-de-Mollo : arrestation de passeurs du réseau « Sainte-Jeanne ».
  • 28 : création de la Milice des Pyrénées-Orientales. André Cutzach en est le commandant.

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

  • au cours du mois, avant le 19, à Err : l'ancien maire révoqué le mois précédent, Barthélemy Lledos, est arrêté. Il sera libéré de la prison de Compiègne (Oise) le 26 avril 1944.
  • 23 :
  • 28, à Valmanya : les Allemands tentent d'arrêter le résistant René Horte, instituteur du village. Celui-ci parvient à s'échapper. Les autorités arrêtent sa femme à sa place, et la déportent à Ravensbrück.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 1er : le résistant et instituteur René Horte est suspendu par l'Inspection académique. Il entre en clandestinité, et crée rapidement un maquis indépendant, s'engageant dans l'action violente.
  • 20 : Dominique Cayrol devient le nouveau chef de l'Armée secrète des Pyrénées-Orientales en remplacement de Louis Torcatis, en fuite pour échapper aux forces allemandes.

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

  • 5 : Jacques Henry, le préfet de Corse, est nommé préfet des Pyrénées-Orientales.
  • 7, à Valmanya : quatre douaniers allemands tentent d'arrêter le résistant René Horte. Celui-ci blesse deux des douaniers et parvient à s'enfuir.
  • 13, au Pla Guillem (plateau désert du massif du Canigou), accrochage entre René Horte (accompagné de cinq Espagnols) et une patrouille de huit soldats allemands. Quatre des allemands sont tués.
  • (?) André Cutzach démissionne de son poste de chef de la Milice des Pyrénées-Orientales.
  • 16 : le nouveau préfet, Jacques Henry, prend ses fonctions.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 29 : Joseph Denoyés, président de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Orientales, quitte cette fonction.
  • 30, à la Collada Verda (dans le massif du Canigou, non loin du pla Guillem) : accrochage entre René Horte et quatre volontaires espagnols d'une part, et une patrouille allemande de huit soldats d'autre part. Cinq soldats allemands sont tués, deux blessés.

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 5 : Paul Balley est nommé préfet des Pyrénées-Orientales à la place de Jacques Henry.
  • 15 : Paul Balley prend ses fonctions de préfet.
  • 22, sur les flancs du Pic de Costabonne : René Horte et ses hommes tuent six douaniers allemands.

Décembre[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

  • 13 décembre, à Bages : Claude Barate, futur conseiller général et député du département.

Décès[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Gérard Bonet, Les Pyrénées Orientales dans la guerre : les années de plomb, 1939-1944, Horvath, coll. « La Vie quotidienne sous l'occupation », , 176 p. (ISBN 2717107541)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00104059, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Gérard Bonet, « Balley (Paul, Louis, Emmanuel) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  3. Notice no PA00103963, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. « Philippe Roques » sur le site de l'Ordre de la Libération.