Col de Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Col de Sainte-Marie
Image illustrative de l'article Col de Sainte-Marie
En venant d'Alsace
Altitude 772 m
Massif Massif des Vosges
Coordonnées 48° 14′ 35″ N 7° 07′ 59″ E / 48.243056, 7.13305548° 14′ 35″ Nord 7° 07′ 59″ Est / 48.243056, 7.133055
Pays Drapeau de la France France
Vallée Vallée du Blanc Ru
(ouest)
Vallée de la Liepvrette
(est)
Ascension depuis Wisembach Sainte-Marie-aux-Mines
Kilométrage 4,5 km 6 km
Accès D 459 D 459
Fermeture hivernale rare

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Col de Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Col de Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col de Sainte-Marie

Le col de Sainte-Marie est un col du massif des Vosges, culminant à 772 mètres d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le col de Sainte-Marie relie Wisembach, commune située dans le département des Vosges, et Sainte-Marie-aux-Mines, ville sise dans le département du Haut-Rhin.

Trafic routier[modifier | modifier le code]

Col d'importance secondaire du massif vosgien, il retrouve cependant un rôle essentiel quand le tunnel Maurice-Lemaire est fermé, ce qui était le cas de 2004 à 2008 en raison de travaux de mise aux normes, suite à la incendie du tunnel du Mont-Blanc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux cols du massif, le col de Sainte-Marie a matérialisé la frontière franco-allemande entre 1871 et 1918. À 200 mètres, du côté alsacien, un petit cimetière militaire – avec le statut de nécropole nationale[1] – garde sur une superficie de 4 000 m2 la mémoire de 230 soldats français tués au cours de la Première Guerre mondiale. 48 d'entre eux sont inhumés dans des tombes individuelles. 182 soldats inconnus sont réunis dans un ossuaire. Une stèle perpétue leur mémoire. Le cimetière a bénéficié d'une réfection totale en 1976[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nécropole nationale Le col de Sainte-Marie (Relevé n° 1870), MémorialGenWeb
  2. Le col de Sainte-Marie (L'atlas des nécropoles, Chemins de mémoire)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Specht, Au col de Sainte-Marie pendant la guerre 1939-1945, C. Specht, Sainte-Marie-aux-Mines, 1991, 33 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :