Matthew Kapstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matthew Kapstein
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Matthew T. Kapstein, né le 15 décembre 1949, est bouddhologue, indianiste et tibétologue américain. Il est professeur à la faculté de théologie de l'université de Chicago (en) (University of Chicago Divinity School.) et directeur des études tibétaines à l'École pratique des hautes études.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, il vit à New York, et utilise la collection tibétaine de l'Université Columbia, et rencontre à cette occasion l'historien et homme politique tibétain Tsepon W. D. Shakabpa avec qui il parle en Tibétain[1],[2].

Matthew Kapstein a enseigné à l'Université de Chicago, à la faculté de théologie de l'université de Chicago (en), de 1986 à 1989. Par la suite, il a été membre du département de religion de l'Université Columbia à New York. Depuis 2002, il a travaillé pour le Département d'études religieuses à l'École pratique des hautes études à Paris où il est directeur des études tibétaines[3].

Kapstein spécialisée dans la philosophie indienne et traditions bouddhistes du Tibet. Il est membre du conseil d'administration de la Tibetan and Himalayan Library de l'Université de Virginie et a travaillé sur le développement des ressources pour l'étude du tibétain et l'histoire du Tibet. Il a réuni une importante collection de travail photographique sur le Tibet.

En octobre 1987, alors que des manifestations ont éclaté à Lhassa, il est interviewvé par Fox Butterfield et s'exprime sur la culture tibétaine et l'identité tibétaine depuis l'intervention de la Chine en 1950[4].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour Roger-Pol Droit, l'ouvrage Les Tibétains est « une synthèse accessible, par un grand expert, capable d’embrasser ces kyrielles de données, de les mettre en ordre, d’en faire un livre exact, à la fois encyclopédique et subtilement nuancé. »[5]. Dans son ouvrage Clichés tibétains: idées reçues sur le Tibet, la tibétologue Françoise Robin considère The Tibetans, paru en 2006, comme un « ouvrage fondamental qui fait un point sur la civilisation et l'histoire du Tibet, par un tibétologue mondialement reconnu pour sa connaissance des sources tibétaines »[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Buddhism in Contemporary Tibet: Religious Revival and Cultural Identity, ouvrage collectif sous la direction de Melvyn Goldstein et Matthew Kapstein, University of California Press, 1998.
  • (en) The Tibetan Assimilation of Buddhism: Conversion, Contestation, and Memory, Oxford University Press, 2000.
  • (en) Reason's Traces: Identity and Interpretation in Indian & Tibetan Buddhist Thought, Wisdom Publications, 2001.
  • (en) The Nyingma School of Tibetan Buddhism: Its Fundamentals and History, Wisdom Publications, 2002.
  • (en) The Presence of Light: Divine Radiance and Religious Experience, University of Chicago Press, 2004.
  • (en) The Tibetans, Wiley, 2006, 360 p. (vol. 12 of Peoples of Asia) ; (fr): Les Tibétains Traduit de l'anglais par Thierry Lamouroux, Paris, Les Belles Lettres, 490 p, 2015.
  • (en) Contributions to the Cultural History of Early Tibet (Volume 14 of Brill's Tibetan Studies Library), BRILL, 2007.
  • (en) Buddhism Between Tibet and China, Wisdom Publications, 2009.
  • (en) The Rise of Wisdom Moon, New York, 2009.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]