Étoile de Planck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec particule de Planck.
Page d'aide sur les redirections « Étoile de Planck (Wing Commander) » redirige ici. Pour les autres significations, voir Étoile (homonymie) et Planck.

Une étoile de Planck[1],[2] (en anglais : Planck star) est un type hypothétique d'étoile qui serait un objet compact du genre étoile exotique. Elle peut être définie, en première approximation, comme le stade de l'évolution stellaire où la densité (volumique) d'énergie de l'étoile, exprimée en termes de masse volumique, atteint une valeur de l'ordre de celle de la densité de Planck.

Son existence, prédite dans le cadre de la gravitation quantique à boucles, a été suggérée en par deux physiciens italiens : Carlo Rovelli, de l'université d'Aix-Marseille, et Francesca Vidotto, de l'université Radboud de Nimègue[3]. Depuis lors, le modèle de l'étoile de Planck a été repris et développé par Carlo Rovelli avec Francesca Vidotto[4], Aurélien Barrau[5] et Hal M. Haggard[6].

Désignation[modifier | modifier le code]

L'étoile de Planck est ainsi désignée en l'honneur du physicien allemand Max Planck (1858-1947), initiateur, en 1899-1900, du système d'unités naturelles dites unités de Planck et lauréat, en 1918, du prix Nobel de physique pour ses travaux en théorie des quanta.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'étoile de Planck est un modèle théorique, alternatif au modèle classique — c'est-à-dire relativiste mais non quantique — du trou noir, qui permettrait de décrire l'intérieur — c'est-à-dire la région comprise au-delà de l'horizon — d'un trou noir stellaire résultant de l'effondrement gravitationnel d'une étoile.

D'après ce modèle, au-delà de l'horizon, l'étoile poursuivrait son effondrement jusqu'à ce qu'elle atteigne l'état d'une étoile de Planck, c'est-à-dire jusqu'à ce que sa densité (volumique) d'énergie atteigne la limite de la densité de Planck. Cet état atteint, l'étoile cesserait de s'effondrer, de sorte qu'un trou noir stellaire ne comporterait pas de singularité gravitationnelle. En effet, à la densité de Planck, la gravitation deviendrait répulsive, de sorte que le trou noir stellaire exploserait en un trou blanc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]