Temps de Planck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le temps de Planck, ou de façon plus correcte durée de Planck, également appelé échelle de Planck[réf. nécessaire], est en physique l'unité de temps du système des unités de Planck.

Notation[modifier | modifier le code]

Le temps de Planck est couramment noté tP, symbole composé de la lettre latine t minuscule, initiale du latin tempus (« temps »), suivie, à droite et en indice, de la lettre latine P majuscule, initiale du nom patronymique de Max Planck.

Définition[modifier | modifier le code]

Le temps de Planck[1] est défini par :

,

où :

Valeur[modifier | modifier le code]

Dans le Système international d'unités, la valeur recommandée[2] du temps de Planck est :

s,

avec une erreur relative de l'ordre de 10-4.

Le temps de Planck est le plus souvent utilisé comme ordre de grandeur caractérisant des phénomènes encore mal décrits par la physique actuelle; c'est pourquoi on l'arrondit généralement à 10-43 s.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Le temps de Planck est le temps qu'il faudrait à un photon dans le vide pour parcourir une distance égale à la longueur de Planck[1]. Comme celle-ci est la plus petite longueur mesurable, et la vitesse de la lumière dans le vide la plus grande vitesse possible, le temps de Planck est la plus petite mesure temporelle ayant une signification physique dans le cadre des théories actuellement admises.

L'âge de l'Univers est estimé à environ 14 milliards d'années, soit 4×1017 s. Par conséquent soixante ordres de grandeur temporelle séparent l'échelle de Planck de l'échelle cosmique. Les théories fondamentales de la mécanique quantique et de la relativité générale sont incapables d'englober dans un schéma unifié des quantités aussi disproportionnées.

À l'échelle d'une longueur de Planck, une fluctuations quantiques peut être suffisamment violente pour créer une particule de Planck pendant la durée d'un temps de Planck.

Dans la théorie du Big Bang, l'univers âgé du temps de Planck se trouverait dans une hypothétique ère de Planck, au cours de laquelle les quatre interactions fondamentales (électromagnétisme, interaction faible, interaction forte et gravitation) sont unifiées. En-deça du temps de Planck, la description de ce qu'est l'univers ne relève plus de la physique, dans le sens où ces phénomènes échappent par nature à l'observation : après cette limite, on entre littéralement dans le domaine de la métaphysique. Le fait que l'on ne puisse plus mesurer quoi que ce soit au-delà de cette limite ne signifie pas nécessairement que l'espace et le temps changent effectivement de nature à cette échelle : l'espace-temps peut mathématiquement toujours être prolongé jusqu'aux mesures nulles, mais l'incertitude associée sera telle que la description obtenue par le modèle n'a pas de sens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mur et unités de Planck, sur le site formules-physique.com
  2. « Planck time », sur NIST

Articles connexes[modifier | modifier le code]