Éterpigny (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éterpigny.

Éterpigny
Éterpigny (Somme)
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Somme
Maire
Mandat
Nicolas Prousel
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80294
Démographie
Population
municipale
176 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 30″ nord, 2° 55′ 33″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 82 m
Superficie 4,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Éterpigny

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Éterpigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éterpigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éterpigny

Éterpigny est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est de formation quaternaire reposant sur une formation crétacé. Le diluvium des plateaux est pour un quart de la superficie communale argilo-siliceux et pour les trois quarts composé de terre franche[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau légèrement incliné vers la Somme à l'est et vers des marécages à l'ouest[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Somme et par le canal de la Somme. Sur les versants, on trouve dans l'eau de la chaux dissoute[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Éterpigny est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de sud-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé en son chef-lieu.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'agriculture demeure l'activité dominante de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Éterpigny (Somme)
Péronne
Barleux Éterpigny (Somme) Brie
Villers-Carbonnel

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Éterpigny, dans les textes anciens : Strepenny, Eterpeine, Estrepigny, Esterpigny venant du latin Sterpiniacum, Stirpiniacum et Sterignolium[2].

Le nom Éterpigny dériverait d'un anthroponyme d'origine germanique, celui du conquérant germain qui s'appropria le lieu au Ve ou au VIe siècle, auquel les indigènes gallo-romains accolèrent le suffixe iacum qui se transforma en « gny ». Ce cas de figure est assez fréquent en Picardie[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Charte sur parchemin chirographe rédigée en latin. Trace de sceau pendant à la lanière de cuir blanc (Archives nationales de France).

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'archéologie aérienne a révélé la présence d'une villa gallo-romaine sur le territoire de la commune[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ce serait à Eterpigny que la reine Bathilde et son fils Clotaire III auraient signé la charte de fondation de l'abbaye de Corbie au VIIe siècle.

Il est fait mention de l'existence d'une église à Éterpigny en 977.

En 1134, par une charte, Simon, évêque de Noyon, donna l'autel d'Éterpigny au prieur de Cappy qui nommait à la cure.

En 1158, l'évêque de Noyon, Baudouin, confirma la donation d'une terre faite par le comte de Vermandois Raoul Ier, aux moines hospitaliers qui y fondèrent une commanderie. En 1177, Philippe d'Alsace et Élisabeth de Vermandois, son épouse, ratifièrent cette donation.

En 1311, la suppression de l'ordre des Templiers conduisit à la réunion des biens de cet ordre avec ceux de l'ordre des hospitaliers de Saint-Jean. La commanderie d'Eterpigny reçut une maison à Saint-Quentin, les seigneuries du Catelet et de Montescourt, de Passel près de Noyon etc. avec dîmes, terres y afférant.

En 1316, Nicolas de la Rivière, commandeur d'Éterpigny conclut un accord avec les chapitres canoniaux du diocèse de Noyon au sujet des prébendes laissées vacantes du fait de la suppression de l'ordre des Templiers dont la commanderie d'Eterpigny voulait conserver les revenus[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1536, pendant le siège de Péronne, Jean d'Humières commandeur d'Éterpigny réussit à entrer dans Péronne avec un important chargement de vivres mais il fut tué par un coup de canon.

Cent ans après, en 1636, Éterpigny eut à souffrir des invasions espagnoles.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre franco-allemande de 1870, Éterpigny eut à souffrir des réquisitions en argent et en nature que les Prussiens imposèrent aux habitants[1].

Pendant la Première Guerre mondiale, la commune fut totalement détruite. Elle fut reconstruite durant l'entre-deux-guerres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Jean-Luc Maerten   Décédé en cours de 2e mandat 2008-2014[5]
  en cours
(au 6 mai 2014)
Nicolas Prousel   Élu pour la fin du mandat 2008-2014, réélu pour le mandat 2014-2020[6]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2015, la commune comptait 176 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204190209231241258275279277
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240266218205216208214200204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
197200198130154180169140144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
129124143167185184176175176
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Médard.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d E. Hadengue, instituteur, Notice géographique et historique sur la commune d'Eterpigny, Archives départementales de la Somme, .
  2. a et b Abbé Paul Decagny, L'arrondissement de Péronne, Recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, Péronne,
  3. Charles Rostaing, Les Noms de lieux, Paris, PUF, , p. 64
  4. Michel de La Torre, Guide de l'art et de la nature Somme, Paris, Nathan, (ISBN 9 - 782 092 - 863 800)
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 13 août 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.