Élie Buzyn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buzyn.
Élie Buzyn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (88 ans)
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
Distinction

Élie Buzyn, né à Łódź (Pologne) le , est un chirurgien orthopédique français, d'origine polonaise, survivant et témoin de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le ghetto de Łódź[modifier | modifier le code]

Le , l'armée nazie occupe Łódź et parque la population juive de la ville dans un quartier qui devient le premier ghetto, le ghetto de Łódź[1],[2],[3],[4],[5],[6]. Élie Buzyn travaille comme ouvrier dans le tissage, puis dans la sellerie. Il parvient à survivre avec ses parents, jusqu'à la liquidation du ghetto en août 1944, l'arrestation et la déportation de sa population vers le camp d'Auschwitz.

Déportation à Auschwitz et marche de la mort[modifier | modifier le code]

Dès janvier 1945, devant l'avancée de l'armée soviétique, les autorités nazies transfèrent les prisonniers vers le camp de Buchenwald, durant les « Marches de la mort »[7]. Arrivé au camp de Buchenwald, ses pieds ont gelé. A l'infirmerie, on lui annonce qu'il faut l'amputer des deux pieds pour empêcher le développement de la gangrène. Effrayé, il s'enfuit de l'infirmerie et retourne à son baraquement. Un soldat russe, après avoir entendu ce qui s'est passé, lui dit alors : "Écoute-moi, il faut que tu trempes tes pieds alternativement dans de l'eau froide et de l'eau chaude." On aide Buzyn à se procurer de l'eau, chaude et froide, et, nuit et jour, il trempe ses pieds dedans. Quelques jours après, ses pieds commencent à guérir. [réf. souhaitée]

Après le camp[modifier | modifier le code]

Il vit d'abord sept ans en Palestine mandataire devenu État d'Israel, puis après un bref séjour en France, passe deux ans à Oran. En 1956, il s'installe définitivement en France et fait ses études de médecine, puis devient chirurgien. Il témoigne de son souhait d'oublier, qui le conduit à se faire ôter son matricule de déporté. C'est après un silence de 50 ans qu'il décide de témoigner de son vécu de survivant du ghetto et de camp[8].

Élie Buzyn participe ainsi à une visite annuelle à Auschwitz[9].

Il participe à la Commémoration annuelle de l'Holocauste par la Communauté Européenne en 2015[10].

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 2014[11] et commandeur des Palmes académiques en 2017[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Élie Buzyn est l'époux de Etty Buzyn, psychologue, psychanalyste, et écrivaine. Il est le père de Agnès Buzyn, présidente du collège de la Haute Autorité de santé puis ministre de la santé sous le gouvernement d'Edouard Philippe et le beau-père de Yves Lévy, directeur général de l'INSERM.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]

  • Rendez-vous avec l'Histoire - Témoignage d'Élie Buzyn rescapé de la Shoah. Université Paris-Dauphine, 29 janvier 2015 [1]