Purnode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Purnode
Vue sur le village
Vue sur le village
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Dinant
Commune Yvoir
Code postal 5530
Zone téléphonique 082
Démographie
Gentilé Purnodois(e)
Population 586 hab. (31/12/2006)
Densité 166 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ N 4° 57′ E / 50.3, 4.9550° 18′ Nord 4° 57′ Est / 50.3, 4.95  
Superficie 352 ha = 3,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Namur

Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Purnode

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Purnode

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Purnode

Purnode (en wallon Purnôde) est une section de la commune belge d'Yvoir située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

De nombreuses potales en pierre bleue et brique du début du siècle sont à signaler[1].

Purnode est doté d'une distribution d'eau depuis 1913 et d'un réseau d'électrification depuis 1917.

Potale Saint-Joseph, rue Pont de Bayenne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « Purnode » évoquerait selon Carnoy un bois de pruniers (Pronote au Xe siècle). La finale –ode étant souvent une romanisation du germanique wald (bois) [1].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village abrite la brasserie du Bocq, fondée en 1858, où l'on fabrique des bières artisanales. On peut citer, entre autres; La Gauloise, la Blanche de Namur, Applebocq, Deugniet, Triple Moine, ...

Géographie[modifier | modifier le code]

Le centre du village.

Purnode est situé dans le Condroz, au creux d'un vallon sec, et a une superficie de 3,52 km².

Son altitude moyenne est de 245 m: place de l'église; maximum de 285 m: sur le chemin vers le dessus de Dorinne (route de Dorinne); minimum de 160 m: fond de la vallée du Bocq. Il y a donc 125 m de différence entre les niveaux extrêmes.

Le village est situé dans une petite cuvette ayant une ouverture au nord vers la vallée du Bocq; d'où l'appellation wallonne "li taîye di Purnôde" (taîye = anciennement, l'écuelle utilisée pour écrémer le lait).

L'habitat est dispersé en plusieurs zones accusées par le relief du terrain. Un développement de l'habitat linéaire s'est établi le long de la N937 (Yvoir - Spontin), tranchant par son matériau, essentiellement de la brique[1].

Purnode est bordé au nord par le Bocq, à l'est par Dorinne, au sud par Awagne, au sud-ouest par Houx, au nord-ouest par Évrehailles; à 6 km d'Yvoir, 7 km de Dinant et 15 km de Ciney.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Bataille de France pendant la Seconde Guerre mondiale, Purnode est le théâtre d'affrontements le 12 mai 1940 dans l'après midi entre des français du Ier bataillon du 14e régiment de dragons portés et les allemands de la Voraus-Abteilung Werner[2] (avant garde de la 5e Panzerdivision de Max von Hartlieb-Walsporn). Plusieurs blindés sont détruits de part et d'autre, mais Purnode tombe aux mains des allemands après le repli des français[2].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église paroissiale Saint-Remacle est un édifice néo-roman en calcaire construit à un nouvel emplacement en 1880-1881.
  • L'ancien presbytère constitué d’un ensemble en U bâti du XVIe au XIXe siècle en moellons de calcaire et de grès chaulés.
  • La Brasserie du Bocq, fondée par Martin Belot en 1858, est restée longtemps une entreprise familiale. Elle brasse annuellement plus de 6 millions de litres de bière, toutes spéciales et refermentées après embouteillage. La Brasserie, qui est encore une des rares en activité dans le Namurois, a construit un vaste hall d’entreposage et de fermentation pour faire face à la demande ; on peut la visiter lors de journées spéciales ou sur demande.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le tourisme à Yvoir
  2. a et b Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers, tome I, p.190 et p.197, Heimdal, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]