Yrouerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yrouerre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Tonnerre
Intercommunalité CC Le Tonnerrois en Bourgogne
Maire
Mandat
Maurice Pianon
2014-2020
Code postal 89700
Code commune 89486
Démographie
Gentilé Iratoriens
Population
municipale
184 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 41″ N 3° 56′ 56″ E / 47.7947222222, 3.94888888889 ()47° 47′ 41″ Nord 3° 56′ 56″ Est / 47.7947222222, 3.94888888889 ()  
Altitude Min. 205 m – Max. 331 m
Superficie 14,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yrouerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yrouerre

Yrouerre est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Iratoriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 8 km de Tonnerre et à 12 km de Noyers-sur-Serein.

La longueur de la voirie communale est de 5 273 m.[réf. nécessaire]

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 428 hectares ; son altitude varie entre 205 et 331 mètres[1].

L’église est située à une altitude de 273 mètres.[réf. nécessaire]

La superficie de la forêt communale est de 81 ha 63 a.[réf. nécessaire]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Viviers Tonnerre Rose des vents
Poilly-sur-Serein N Sambourg
Fresnes
O    Yrouerre    E
S
Sainte-Vertu Môlay Annay-sur-Serein

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? en cours Maurice Pianon[2] DVD Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323 486 501 439 458 455 439 420 431
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
394 390 394 392 355 383 396 345 340
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
310 282 263 233 239 210 224 223 199
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
179 161 152 136 161 197 194 194 185
2011 - - - - - - - -
184 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments « inscrits » à l'inventaire des monuments historiques :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean De Rochefort[7] de la Coisette[8], 15??-1604, seigneur du dit lieu (18), d'Yrouerre, de Rochefort-sur-Armançon[9] (21), de La Villeneuve et Montigny-sur-Vingeanne (21), fils de René De Rochefort et de Jeanne Hurault. Il épouse Anne De Saultour fille du seigneur d'Yrouerre le 21 septembre 1582 (son frère Anne, seigneur de Mareuil (18), épousera un peu plus tard Charlotte l'autre fille de François De Saultour). Il décède le 11 juillet 1604 et est inhumé dans l'église d'Yrouerre, après avoir fait son testament où il lègue une partie de ses biens à l'hôpital de Tonnerre et une rente aux pauvres d'Yrouerre, ce qui n’empêchera pas certains habitants du lieu de jouer au "foot" avec la tête de son effigie provenant de son tombeau lors de la Révolution de 1789[10].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Église Saint-Nicolas d'Yrouerre », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Château d'Yrouerre », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. Cette famille est originaire de Rochefort-sur-Nenon (39). Voir la page de son bi-aïeul Guy De Rochefort.
  8. Lieu dit à Chezal-Benoît (18)
  9. Château situé à Asnières-en-Montagne (21).
  10. Archives reconstituées du château de Vassy-sous-Pisy (89).