Gland (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gland.
Gland
Panneaux indicateurs à l'entrée de Gland
Panneaux indicateurs à l'entrée de Gland
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Arrondissement d'Avallon
Canton Canton de Cruzy-le-Châtel
Intercommunalité CC Le Tonnerrois en Bourgogne
Maire
Mandat
Sandrine Neyens
2014-2020
Code postal 89740
Code commune 89191
Démographie
Gentilé Glandinois
Population
municipale
46 hab. (2011)
Densité 2,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 20″ N 4° 13′ 00″ E / 47.82222, 4.21667 ()47° 49′ 20″ Nord 4° 13′ 00″ Est / 47.82222, 4.21667 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 312 m
Superficie 16,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gland

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gland

Gland est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pimelles Cruzy-le-Châtel Rose des vents
Ancy-le-Libre N Sennevoy-le-Haut
O    Gland    E
S
Ancy-le-Franc Chassignelles Stigny

Histoire[modifier | modifier le code]

Les terres, qui étaient tenues en franche aumône[1] par l'abbaye de Molosmes, relevaient du comté de Tonnerre qui les garda jusqu'à la Révolution.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Léon Tridoux    
1945 1953 Marcel Pignot    
1953 1971 Marcel Chervaux    
1971 2008 Guy Perret    
2008 ... Sandrine Neyens [Note 1]  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 46 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378 325 338 333 332 317 317 312 319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
309 311 286 275 270 241 227 234 209
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
191 171 161 148 148 121 113 109 105
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
100 58 59 56 42 46 50 51 46
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Gland
  • Église : L'église a été construite en 1827, par les Mortenot d'Ancy-le-Franc, à la place de l'ancienne qui se trouvait hors du village, à l'emplacement du cimetière actuel. Elle est à trois nefs, dans un goût toscan, autrement dit en une sorte de plein cintre bâtard. Les colonnes des cinq travées, privées de chapiteaux, soutiennent directement les poutres du plafond. Le sanctuaire a été construit en cul de four. On y trouve également un bénitier en fonte (1603).
  • Lavoir-mairie : Le lavoir date de 1833 et se situe sous la mairie. Il donne sur une grande pièce d'eau. L'architecture, qui a été modifiée à plusieurs reprises, offre aujourd'hui une succession de voûtes qui s'arc-boutent sur le bassin. Bel intérieur voûté, deux bassins et deux murs avec arches en demi cercle. La petite salle limitrophe est l'ancien four.
  • Ancien couvent : Cet ancien couvent bénédictin est surmonté d'une statue de la vierge à l'enfant ; la statue appartenant toujours à l'évêché de Sens

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si Mme Sandrine Neyens s'est présentée sans étiquette lors des élections municipales de 2008, il est à noter qu'elle a accordé son parrainage à Mme Marine le Pen, candidate Front National, lors de l'élection présidentielle de 2012. Cf « Journal Officiel n°0078, Listes des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République »,‎ 31 mars 2012.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les expressions « terres tenues en franche aumône » et « qui relèvent en franche aumône » se disaient des terres et des rentes données à l'Église par le roi ou par quelque seigneur, sans autre obligation que de reconnaître qu'on les tenait de celui qui les avait données.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011