Xeroderma pigmentosum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xeroderma pigmentosum
Référence MIM Voir article
Transmission Récessive
Chromosome Voir article
Gène Voir article
Empreinte parentale Non
Anticipation Non
Prévalence 1 sur 100 000 à 1 000 000
Maladie génétiquement liée Voir article
Diagnostic prénatal Possible
Liste des maladies génétiques à gène identifié
Xeroderma pigmentosum
Classification et ressources externes
Xeroderma pigmentosum 02.jpg
Enfant de 8 ans atteinte de xeroderma pigmentosum, au Guatemala
CIM-10 Q82.1
CIM-9 757.33
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Décrit en 1870[1] par Moritz Kaposi, le xeroderma pigmentosum est une maladie d'origine génétique rare. Elle se caractérise par une sensibilité excessive de la peau au soleil, des troubles oculaires et un risque très fortement multiplié de développer un cancer de la peau ou des yeux. Concrètement, les mécanismes de réparation de l'ADN sont inopérants et n'arrivent pas à réparer notamment les dimères de thymine. Plus précisément, ces patients sont déficients dans l'un des gènes codant les protéines participant au mécanisme de réparation par excision de nucléotides. Les mutations dues à l'environnement (surtout les ultraviolets) s'accumulent donc au cours des mitoses successives.

Le xeroderma pigmentosum (XP) touche les deux sexes. En fonction de sa forme et de l'âge auquel il se déclare, il réduit significativement l'espérance de vie du malade.

Il n'existe à l'heure actuelle aucun traitement. On ne peut que limiter les symptômes en appliquant des mesures préventives drastiques et très onéreuses.

Symptômes[modifier | modifier le code]

La moitié des personnes atteintes ont dès le plus jeune âge une réaction cutanée excessive à l'exposition solaire. Une des caractéristiques de la maladie est la présence de lentigines solaires semblables à des taches de rousseur importantes au niveau du visage avant l'âge de deux ans, alors que celles-ci sont rares chez les enfants. La peau est sèche et épaisse avec des anomalies variées de la pigmentation.

Les troubles oculaires sont souvent limités à la chambre antérieure de l'œil impliquant une cataracte ou une kératite. Les paupières sont très fragiles avec perte des cils et pouvant aller jusqu'à la destruction totale. L'âge moyen de survenue des cancers de la peau est inférieur à 10 ans.

Un tiers des individus ont des manifestations neurologiques comprenant des pertes de l'audition, une microcéphalie, des troubles du développement et des réflexes tendineux diminués ou absents.

Les formes variantes du xeroderma pigmentosum se manifestent beaucoup plus tard. L'affection se caractérise dès la petite enfance pour la plupart de ses formes par des hyperpigmentations apparaissant au soleil évoluant en cancer ou complications oculaires.

Le xeroderma pigmentosum peut aussi inclure d'autres problèmes neurologiques ou un nanisme.

Étiologie[modifier | modifier le code]

Xeroderma pigmentosum est un syndrome génétique causé par des mutations d'enzymes de réparation de l’ADN[2].

Aspects génétiques[modifier | modifier le code]

Illustration de la transmission autosomique récessive.

Le xeroderma pigmentosum est une maladie qui se transmet de génération en génération. L’enfant n’héritera pas de cette maladie si le gène muté n’est présent qu’en un seul exemplaire, ce qui suppose que pour l’avoir il faut que les deux parents transmettent le même gène muté en un exemplaire chacun. Contrairement à l’enfant, les parents eux ne sont pas concernés par la maladie puisque porteur que d’un seul exemplaire. Si les parents ont donné naissance à un enfant malade, la probabilité d’avoir un second enfant atteint de cette même maladie est donc de 25 %.

Cette maladie concerne une à quatre personnes sur 1 000 000. Ce chiffre concerne surtout l’Europe et les États-Unis, on constate en effet une incidence plus grande en Asie et au Moyen-Orient. On compte environ un cas pour 100 000 naissances.

Différents types de xeroderma pigmentosum[modifier | modifier le code]

Type Fréquence Signes cutanées Clinique Gène Chromosome M.I.M
A 25 % Oui Signes neurologiques XPA 9q22.3 278700
B Rare Pas obligatoire Syndrome de Cockayne ERCC3 2q21 133510
C 25 % Oui Troubles des ongles et des cheveux XPC 3p25 278720
D 15 % Pas obligatoire Troubles des ongles et des cheveux-Syndrome de Cockayne-Syndrome de Pena-Shokeir-Signes neurologiques ERCC2 19q13.2-q13.3 278730
E Rare Oui Pas de signes neurologiques DDB2 11p12-p11 278740
F 6 % Oui Pas de signes neurologiques ERCC4 16p13.3-p13.13 278760
G 6 % Oui Syndrome de Cockayne ERCC5 13q33 278780
Variant 21 % Oui Pas de signes neurologiques POLH 6p21.1-p12 200150

Diagnostic de la maladie[modifier | modifier le code]

Généralement la maladie est diagnostiquée assez tôt, en effet des brûlures apparaissent dès les premières expositions au soleil. Ces brûlures très importantes attirent généralement l’attention de l’entourage de l’enfant ainsi que du médecin. Malgré tout certaines personnes atteintes ne présentent pas ces brûlures. La maladie n’est donc diagnostiquée qu'à l’apparition des lésions précancéreuses ou cancéreuses sur la peau. Les manifestations au niveau des yeux, en particulier la photophobie, peuvent aussi révéler la maladie. Le xeroderma pigmentosum étant d’origine génétique le diagnostic est confirmé en analysant l’ADN. Pour cela on prélève de la peau en profondeur grâce à une biopsie.

Le xeroderma pigmentosum peut parfois être confondu avec d’autres maladies comme le syndrome de Cockayne ou celui de Bloom. Il peut aussi parfois s’agir d’une simple photosensibilité anormale. L’examen du malade ainsi que la biopsie de la peau permettent de distinguer les différentes maladies entre elles.

Il est important de dépister cette maladie rapidement car des mesures protectrices doivent être prises le plus tôt possible.

Évolution et risques[modifier | modifier le code]

Non ou mal protégée, la peau des sujets atteints peut présenter des lésions photosensibles : dépigmentation, hyperpigmentation,, lentigos, télangiectasies, kératoses actiniques et atrophie. Le coefficient multiplicateur concernant le risque de cancer de la peau, hors mélanome, est estimé à 10 000, 2 000 pour le mélanome, avant l'âge de 20 ans[3].

De même yeux et paupières sont particulièrement sensibles : au moins 40 % des patients présentent blépharospasme et photophobie. Sont également fréquents les érythèmes, troubles de la pigmentation, atrophies et lésions cancéreuses sur les paupières, tout comme les opacifications cornéennes et les ptérygions[3].

Mesures de protection[modifier | modifier le code]

Le seul moyen de lutter efficacement contre le xeroderma pigmentosum est de protéger la totalité du corps des rayons ultraviolets (UV). De préférence il faut éviter de sortir le jour et éviter l’exposition à certaine lampes dégageant des UV (type néons) et mesurer son taux d'UV avant d'y exposer les malades. Sinon lors des sorties le corps doit être protégé grâce à des vêtements amples, des gants, des chapeaux à large bords et appliquer intensivement et fréquemment des crèmes solaires à indice de protection maximal. Il faut consulter très régulièrement son dermatologue et traiter tout problème dermatologique rapidement.

Il y a quelques années une combinaison intégrale de protection était développée par la NASA mais sa production a été arrêtée. Il n’existe donc pas de système de protection dédié à part entière pour cette maladie. Ces mesures sont très coûteuses et très contraignante, pour le malade qui est souvent coincé chez lui, ce qui implique de grandes difficultés pour la scolarisation et le maintien du lien social, mais aussi pour la famille qui doit s’adapter à cette maladie.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Chris Snow, le héros de la trilogie de Moonlight Bay du célèbre auteur de best-sellers américain Dean Koontz est un jeune homme atteint de xeroderma pigmentosum.
  • Il était une fois sous la lune, de Catherine Lafaye Latteux : une histoire pour les 6-12 ans qui présente la maladie et ses conséquences.
  • Mon amoureux de la Lune, de Agnès de Lestrade, paru dans Les petites sorcières : une histoire pour les 8-12 ans racontant l'histoire d'une jeune fille qui découvre que son nouveau voisin est atteint de la maladie mais pourtant va se voir lié d'amitié avec lui.
  • Comte Cain de Kaori Yuki, dans le volume 3 Kafka chapitre 2, Julianne Alche est atteinte de xeroderma pigmentosum. Quand le Comte Cain ouvre les volets, Devon (le frère de Julianne) lui crie de fermer les volets car le soleil blesse sa sœur, et qu'elle ne peut même pas sortir dehors.
  • Susan Hopper, série de Anne Plichota et Cendrine Wolf, édition XO Jeunesse : Susan, orpheline touchée par une malédiction, va se liée d'amitié avec Eliot, le fils de ses parents adoptifs, atteint de xeroderma pigmentosum.

Dans la cinématographie[modifier | modifier le code]

Dans la série japonaise et le film japonais de même nom : Taiyō no Uta, l'héroïne, incarnée respectivement par Erika Sawajiri et par YUI, est atteinte de la maladie. Alejandro Amenábar, dans le film Les Autres, avec Nicole Kidman, s'est inspiré du xeroderma pigmentosum pour la maladie dont les deux enfants sont atteints. Ils vivent cloîtrés dans un manoir, mais il n'est pas clairement dit qu'il s'agisse du xeroderma pigmentosum. Dans les bonus du film, il y a par ailleurs un reportage sur la famille Séris, fondatrice de l'association Enfants de la Lune, et dont deux enfants sont atteints de la maladie. En 2011, Delphine Gleize fait de cette maladie le sujet central de son film La Permission de minuit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hebra F. et Kaposi M « On disease of the skin, including exanthemata » London - New Sydenham Society.
  2. C. Robert, A. Sarasin, « Xeroderma pigmentosum », sur www.therapeutique-dermatologique.org,‎ mars 2005 (consulté le 23 juillet 2012)
  3. a et b (en) Ramkumar HL, Brooks BP, Cao X, Tamura D, Digiovanna JJ, Kraemer KH, Chan CC, « Ophthalmic manifestations and histopathology of xeroderma pigmentosum: two clinicopathological cases and a review of the literature », Surv Ophthalmol, vol. 56, no 4,‎ 2011, p. 348-61. (PMID 21684361, PMCID PMC3137889, DOI 10.1016/j.survophthal.2011.03.001) modifier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

maladie génétique | épiderme | ultraviolet | mélanine | mitose | cancer | Acide désoxyribonucléique | Syndrome de Cockayne

Liens externes[modifier | modifier le code]