Viplaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viplaix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Huriel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Huriel
Maire
Mandat
Jean-Michel Dumontet
2008-2014
Code postal 03370
Code commune 03317
Démographie
Population
municipale
290 hab. (2011)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 41″ N 2° 22′ 48″ E / 46.4613888889, 2.38 ()46° 27′ 41″ Nord 2° 22′ 48″ Est / 46.4613888889, 2.38 ()  
Altitude Min. 270 m – Max. 403 m
Superficie 30,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Viplaix

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Viplaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viplaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viplaix

Viplaix est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Les habitants de Viplaix sont les Viplaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Arnon.

La commune est limitrophe à celle de Saint-Désiré.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du territoire est attestée dès le Magdalénien. On a trouvé aussi des vestiges (haches polies) de l'époque néolithique[1].

La paroisse de Viplaix dépendait de l'abbaye de Saint-Denis, mais au XVe siècle elle fut rattachée au prieuré voisin de La Chapelaude.

Les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (Ordre de Malte) avaient sur la paroisse de Viplaix une commanderie, Lavaux-Saint-Jean, dépendant de la commanderie de Chanonat et composée d'un domaine constitué de terres et de bois, ainsi que de dîmes et cens[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la bande d'argent chargée d'une épée de gueules, accompagnée de deux gerbes de blé d'or liées de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Roland Vincent    
mars 2008   Jean-Michel Dumontet[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 290 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660 640 675 900 884 943 837 931 1 034
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 022 1 026 1 024 1 051 1 154 1 194 1 282 1 373 1 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 268 1 272 1 194 1 032 937 908 917 851 706
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
620 606 473 391 348 296 277 272 291
2011 - - - - - - - -
290 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de la première moitié du XXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Piboule, in Histoire des communes de l'Allier. Arrondissement de Montluçon, Roanne, Horvath, 1986, p. 325.
  2. Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne (ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem), Lyon, H. Georg, 1883, XI-352 p., p. 297.
  3. Conseil général de l'Allier fichier au format PDF consulté le 12 juillet 2008
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011